Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2022-11-16T07:00:00+01:00

Simone, le voyage du siècle

Publié par Tlivres
Simone, le voyage du siècle
Je voue une admiration sans limite à Simone Veil.
 
J'ai lu 
Les inséparables de Dominique MISSIKA
 
et puis, dans le cadre du Festival d'Anjou, j'ai vu le spectacle cet été 
Les combats d'une effrontée avec une interprétation magnifique assurée par Christiana REALI
 
Place maintenant au film d'Olivier DAHAN avec Elsa ZYLBERSTEIN, Rebecca MARDER, Elodie BOUCHEZ...
 
Le réalisateur, un habitué des biographies, dresse le portrait d'une enfant perspicace et d'une adolescente brillante. La guerre va briser le parcours de Simone avec la déportation. Mais, alors qu'elle a connu le pire, elle reviendra avec une combativité qui n'en sera que plus forte pour mener à bien des projets politiques ambitieux, ô combien dérangeants. Elle a bousculé les esprits avec la loi pour la légalisation de l'Interruption Volontaire de Grossesse, mais aussi en faveur des conditions de vie des prisonniers, et puis encore des malades du sida. Elle a terminé sa carrière politique avec la Présidence du Parlement Européen, rien de moins. 
 
Le film rend hommage à cette grande Dame entrée au Panthéon avec son mari, Antoine, le 1er juillet 2018.
 
Il est rythmé par des flashs historiques. Les événements de la vie de Simone VEIL composent ce qu’elle est devenue avant de nous quitter, le portrait brossé est pluriel, à l’image du caléidoscope des combats de la femme politique engagée qu’elle fut avec un seul objectif, la dignité des hommes.
 
Que de résistances a-t-elle dû surmonter pour arriver à des fins que tout homme devrait avoir comme dessein, préserver la santé de chacun, assurer la paix entre les hommes.
 
Le personnage est parfaitement incarné par Rebecca MARDER d'une part pour couvrir les années 1941-1962 et Elsa ZYLBERSTEIN d'autre part pour les années 1968-2006, Elsa ZYLBERSTEIN dont le visage est métamorphosé pour répondre aux exigences du vieillissement de Simone VEIL.
 
Le réalisateur prend le parti de montrer une femme sensible, parfois en pleurs. Ce n'était pas l'image que j'en avais mais pourquoi pas ? 
 
Comme j’ai aimé la participation de Sylvie TESTUD pour rendre hommage à son amie de toujours, Marceline LORIDAN-IVENS. Tout y est, la fantaisie, le rire, cette liberté qui les faisait vibrer toutes les deux, chacune avec ses armes.
 
Comme j’ai aimé aussi voir la diversité des publics à venir regarder ce film de 2h20, des toutes jeunes filles aussi. Souhaitons que Simone VEIL les inspire pour se construire. Parce que l’avenir appartient aux nouvelles générations, faisons leur confiance pour ne jamais avoir vivre ce que Simone VEIL a vécu.

Voir les commentaires

2022-11-15T19:17:00+01:00

Qui sait de Pauline DELABROY-ALLARD

Publié par Tlivres
Qui sait de Pauline DELABROY-ALLARD
Après « Ça raconte Sarah », un premier roman édité chez Les éditions de Minuit, Pauline DELABROY-ALLARD nous revient avec « Qui sait » chez Gallimard.
 
Dans une auto fiction, Pauline, la narratrice, prend conscience de son identité, celle qui figure sur ses documents administratifs alors qu'elle réalise une démarche dans la perspective d’un « heureux événement » mais voilà, d’évènement, il y aura une tragédie qui se produira un jour blanc. Pauline ne peut toutefois plus arrêter la machine qui s'est mise à fonctionner à plein régime dans son esprit, dans sa chair aussi. Pourquoi ces prénoms, Jeanne, Jérôme et Ysé ? De ses parents, elle ne peut rien attendre. Alors, la jeune trentenaire va chercher ailleurs des explications, glaner des informations, se lancer à corps perdu dans une enquête sur ses origines pour fuir le vide abyssal qui l’assaille comme un instinct de SURvie.
 
Après un hymne à la passion incandescente dans son premier roman, l’autrice confirme son talent. Quelle puissance, quelle force dans le propos !
 
J'ai adoré le ton des premières pages. Qui ne se retrouverait pas dans la montée improbable d'une toile de tente ? J’ai ri. 
 
J’ai été profondément troublée aussi par son émotion devant les peintures rupestres de la grotte de Pech Merle…


Mais ma peau a gardé les frissons trouvés sous terre, et je suis sonnée, poursuivie par la vision des mains rouges sur la paroi de la grotte. J’aurais voulu mettre ma main sur celle de la roche. Toucher l’autre femme à travers les âges, traverser le temps. P. 30

Et puis, il y a ce drame qu’elle va vivre et qui constitue l’onde de choc, l’effet de rupture dans un quotidien empreint d’amour, de fantaisie et d’humour. Ce qui pouvait paraître banal avant devient obsessionnel après, un irrésistible besoin d’en découdre avec son histoire familiale, une lignée de femmes qui semble marquée par le destin comme une prédisposition au malheur.
 
Le rapport au corps est une nouvelle fois largement exploré dans ce qu’il a de plus viscéral mais aussi le mouvement et la chorégraphie. Comme j’ai aimé les scènes de danses contemporaines et de natation, autant de manières de se réapproprier ce qui, un temps, lui a échappé.
 
Ce roman, c’est plus largement la quête d'une forme de résilience, d'une certaine REnaissance. Comment vivons-nous à 30 ans après l’accouchement d’un bébé mort ? Comment imaginer une vie après ? Si le sujet n’est évoqué qu’en introduction du livre, le plus important me semble-t-il repose dans ce que Pauline donne à voir de son propre parcours, personnel et singulier, unique forcément. L’approche du deuil est complexe. Là, elle repose dans ce que la narratrice réalise. Si sa démarche est une bouteille à la mer, vous prendrez bien alors quelques notes de fleur d’orange… vous comprendrez tout en lisant ce roman.
 
C’est en référence aux trois questions de métaphysique de KANT que Pauline DELABROY-ALLARD structure son roman :
Que puis-je savoir ?
Que dois-je faire ?
Que m’est-il permis d’espérer ? 
 
et nous offre un titre, "Qui sait", qui résonne comme une affirmation de soi. 
 
La plume de Pauline DELABROY-ALLARD est éminemment romanesque. Elle nous raconte une histoire ponctuée de rencontres avec des personnages aussi mystérieux qu’envoûtants. Elle nous émeut aux larmes, elle nous fait vibrer.
 
Est-ce la réalité ou une fiction ? Peu importe, non ? L'autrice a cette formule...


Sans doute que c’est dans les histoires qu’on existe vraiment, que c’est dans la fiction que se dissimule la vérité, qu’il n’y a pas d’autre endroit où vivre. P. 148

La dernière scène est tellement théâtrale, un feu d’artifice entre réalité et imaginaire. Elle y jette ses dernières forces comme un ultime combat. Chapeau !

Voir les commentaires

2022-11-14T19:02:59+01:00

La maternité revisitée par Fiumani

Publié par Tlivres
La maternité revisitée par Fiumani

Après 

Oui ça bouge de Mario DI NINO

L'enceinte de Jean-Joseph DIX-NEUF

je cherchais une création sur la maternité. 

Force est de constater qu'en matière de street art, le sujet est peu exploité. Vous comprendrez que je succombe devant le charme de la création de Fiumani, un artiste italien, un designer né à la fin des années 1980, une #lundioeuvredart découverte grâce à Urbanvibescommunity, merci.

Cette réalisation mixe en réalité deux disciplines artistiques.

Il y a celle du sticker utilisée pour représenter la silhouette d'une femme enceinte, peinte en noir, à la bombe, sur un mur.

Il y a aussi celle de la sculpture, une sorte de bas-relief, pour représenter le bébé qui croît dans le ventre de cette femme.

Le procédé est tout à fait ingénieux. Il part d'un baigneur, un bébé en plastique. De face, l'oeil est attiré par la forme et le contraste des couleurs. De profil, on découvre l'EXcroissance. L'artiste illustre ainsi l'évolution du corps de la mère pendant cette période éphémère (certes, elle dure 9 mois, mais elle reste toute relative dans la vie d'une femme) que j'admire. S'il est bien un domaine dans lequel l'homme ne peut rivaliser avec la femme, c'est bien sur la gestation d'un bébé, ce super pouvoir donné aux femmes d'enfanter, d'assurer le renouvellement des générations et l'avenir de l'humanité.

Fiumani a l'habitude de marier la peinture à des accessoires avec des réalisations tout à fait surprenantes. Je vous invite à consulter son compte Instagram, il regorge de pépites.

Belles découvertes.

Je vous quitte en musique, le titre choisi par Fiumani pour accompagner la vidéo de sa création...

 

Voir les commentaires

2022-11-13T17:49:53+01:00

Vivre de Michel BERGER

Publié par Tlivres
Vivre de Michel BERGER

Nous sommes aujourd'hui le 13 novembre 2022.

Il y a 7 ans se produisait l'indicible avec les attentats du Bataclan, un triste anniversaire aujourd'hui.

"Vivre" n'a jamais pris autant de sens. 

"Vivre", c'est le titre inédit de Michel BERGER écrit il y a 40 ans et tout juste sorti dans les bacs.

Dès les premières notes, vous reconnaitrez les tonalités et le rythme reconnaissables entre tous. La signature de l'artiste est bien là !

"Vivre", c'est un hymne à Dame Nature, c'est aussi une ode à la vie, quel plus belle philosophie ?

Les paroles sont très belles et particulièrement inspirantes.

Le titre enregistré aux Etats-Unis aurait dû figurer sur l'album "Beauséjour", mais l'absence de place l'a condamné à rester loin du grand public. Le retour n'en est que plus fort et émouvant.

Je vous laisse savourer...

Voir les commentaires

2022-11-11T07:00:00+01:00

Un raisin au soleil de Lorraine HANSBERRY

Publié par Tlivres
Un raisin au soleil de Lorraine HANSBERRY

Éditions indépendantes L’Arche

Le théâtre, je crois que je n'avais pas relu de pièce depuis de lycée.

Et puis, il y a l'aventure du DESC (Département d'Ecritures pour la Scène Contemporaine) #2 organisée par le Théâtre Le Quai sous la houlette de Thomas JOLLY (oui, c’est lui qui en est à l’initiative, l’homme a un immense talent, bravo!). J'ai eu l'immense chance de faire partie des 100 juré.e.s et d'assister à la représentation de "Bien né.e.s" Du mauvais côté de l'Eau" de Clio VAN DE WALLE, texte lauréat de l'édition et mis en en scène par Mélanie LERAY.

Le thème de cette édition était portée par cette citation de Rosa PARKS : "Je suis fatiguée d'être traitée comme une citoyenne de seconde zone.".

Et puis, il y a eu cette proposition de la Maison d'éditions L'Arche de découvrir la première œuvre théâtrale de Lorraine HANSBERRY. Nous sommes dans la même veine !

Lorraine HANSBERRY a été la première femme noire à voir sa pièce produite sur Broadway. Elle fut aussi la plus jeune dramaturge et auteure noire à être distinguée par le Prix du Cercle des Critiques New-Yorkais en 1958-1959. Je ne pouvais décemment pas refuser.

"Un raisin au soleil", c'est une histoire familiale jouée dans un huis clos, la salle de séjour de la famille Younger, une famille noire américaine dans les années 1950. Elle habite Southside, le quartier noir de Chicago. Cette famille noire est composée de Ruth (femme de ménage) et Walter Lee Younger (chauffeur), la trentaine. Ils ont un fils, Travis. Avec eux vivent Lena, la mère de Walter Lee d'une soixantaine d'années, et Beneatha, la soeur de Walter Lee, la vingtaine, qui fait des études de médecine. Toute la famille est suspendue à l'arrivée d'un chèque de 10 000 dollars d'assurance-vie. Lena veut acheter une maison, s’émanciper de cet appartement de misère mais voilà, cette somme d'argent suscite autant de rêves qu'il y a de Younger !

Avoir des rêves, voilà bien le coeur de ce texte. Pour chacun des personnages, l’espoir d’un ailleurs, l’espoir d’une autre vie, sont autant de motivations pour avancer. Lorraine HANSBERRY, militante, a fait des rêves un étendard, quelques temps avant que Martin LUTHER KING n’en fasse un discours éminemment politique. Souvenez-vous, « I have a dream », nous étions en 1963.

Largement inspirée de l'histoire personnelle de l'autrice, cette pièce de théâtre met en lumière les conditions de vie d'une famille noire et révèle les discriminations raciales de l'époque. Le logement agit comme un déterminisme géographique dès lors qu'il se trouve dans un ghetto. Souhaitons que les temps aient changé !

Cette famille, c'est le catalyseur de tous les conflits.

Il y a l'intergénérationnel bien sûr, celui-là même qui puise sa source dans les différences d'âges et de regards, exacerbé quand il s'agit de vivre sous le même toit, qui plus est dans un logement exigu et insalubre.

Il y a l’opposition entre les enfants. Si la fratrie permet quelques solidarités bienvenues, il en est d'autres qui sont explosives. Les ambitions de chacun ont la vie dure quand il s’agit de les défendre au sein de sa propre famille.

Il y a ceux encore qui s'infiltrent dans les failles de la société, les classes sociales et les inégalités, et qui montent les uns contre les autres.

Ce texte d’une profonde sensibilité est une leçon de vie. Les femmes en particulier de la famille Younger aiment à décliner le verbe RÉSISTER. Lorraine HANSBERRY brosse des portraits hauts en couleur de femmes de tempérament. Comme j’ai aimé Lena, Ruth et Beneatha, des femmes inspirantes qui, à l’image de cette petite plante verte, cherchent la lumière pour SURvivre.

J’ai vibré, j’avoue, j’y étais dans cet appartement, d’autant qu’en termes de formes, les didascalies se sont faites discrètes pour me laisser apprécier exclusivement la qualité des dialogues.

Ce texte, profondément engagé et politique, est à partager sans modération avec les adultes et les jeunes publics. J’aimerais tellement maintenant le voir joué !

Merci à Claire STAVAUX de publier cette pièce inédite en français et à Samuel LEGITIMUS et Sarah VERMANDE pour la traduction. Les arts sont toujours vivants !

Voir les commentaires

2022-11-08T15:47:05+01:00

Lalalangue (prenez et mangez en tous) de Frédérique DORUZ

Publié par Tlivres
Lalalangue (prenez et mangez en tous) de Frédérique DORUZ

Frédérique VORUZ est une artiste. Elle a plusieurs cordes à son arc. Elle est comédienne, metteuse en scène, chanteuse. 
 

Elle joue son seule-en-scène autobiographique Lalalangue – Prenez et mangez-en tous, mis en scène par Simon ABKARIAN, la première est annoncée aujourd’hui au Théâtre du Rond-Point

 

A défaut de voir le spectacle, je lis le livre tiré de la pièce et publié aux éditions Harpercollins, dans la collection Traversée, proposé dans le cadre d’une Masse critique de Babelio.

 

Quand sa mère était jeune, elle était passionnée d’alpinisme comme son mari. Enceinte de jumeaux, elle fait une chute d’escalade, perd une jambe et ses deux garçons. Le père des enfants se sort de l’accident avec « seulement » un bras cassé. Quand la mère de Frédérique sort du coma et découvre l’état du chaos, elle se jure de se venger sur ses enfants. Elle en aura 7 qu’elle meurtrira, plus ou moins, la dernière subira toute sa haine, c’est Frédérique !

 

Ce récit de vie est terrifiant, on peine à croire qu’une mère ait tant d’aversion pour ses enfants, le fruit de sa chair, et pourtant…

 

Frédérique décrit un quotidien des plus sombres et pourtant… 

 

Et pourtant, l’autrice est sur les planches !

 

Ce qui m’a beaucoup plus c’est sa quête du pourquoi, pourquoi tant de ressentiment, pourquoi ce bannissement systématique de toute forme de féminité.

 

Dans un récit ponctué par des dialogues de Frédérique VORUZ avec sa psychiatre, une perle cette femme, on est amené à faire un pas de côté et prendre soudainement conscience de ce qui se trame. 

 

Il y a aussi des dessins qui nous éclairent plus encore sur ce qui se joue dans le cercle familial. Frédérique VORUZ fait la démonstration que les enfants qui y sont élevés sont conditionnés par l’éducation qu’ils reçoivent. Pour être soi-même, REnaître, il faut pouvoir s’en libérer, s’en émanciper, s’envoler du nid n’a jamais été aussi bien illustré que par l’itinéraire de Frédérique VORUZ.

 

La préface de Simon ABKARIAN nous met sur la voie avec cette courte phrase : « Parfois, écrire est un art de la survie. » Je puis vous assurer qu’elle résonnera beaucoup plus fort quand vous terminerez votre lecture !

 

Frédérique VORUZ nous livre une leçon de vie et la preuve d’un immense amour. J’ai maintenant une irrésistible envie de voir la pièce 😃 

Voir les commentaires

2022-11-07T20:31:53+01:00

Pile ou face de Doline LEGRAND DIOP

Publié par Tlivres
Pile ou face de Doline LEGRAND DIOP

Ma #lundioeuvredart est l’occasion de revenir sur l’exposition temporaire « Art staff » installée cet été dans les jardins du Parc de Pignerolles à Saint-Barthélémy d’Anjou.

Vous pouviez y découvrir 50 personnages, un Botero revisité par des artisans d’art mais aussi des peintres comme Doline LEGRAND DIOP, Angevine elle aussi.

Je vous ai déjà parlé de cette jeune artiste et ses créations à l’occasion de La Rezidence initiée par Doris KOFFI et son association Artproject Partner.

Comme une signature, du noir, du blanc, et là, de la couleur, un cœur qui bat.

J’aime la composition, les écritures comme autant de symboles d’une autre langue, un autre continent, une autre histoire.

J’aime aussi le visage de profil, qui donne une autre dimension. 

J’aime l’idée du « Pile ou face », et là, du recto verso.

Et vous, vous aimez ?

Voir les commentaires

2022-11-06T12:32:50+01:00

This Is Not Our World

Publié par Tlivres
This Is Not Our World

Il y a des moments où prendre connaissance des actualités nous donne un drôle de sentiment, celui de ne pas être à sa place, de ne pas trouver sa place, dans le monde tel qu'il se montre à nos yeux, tel que l'Homme le dessine et le proclame. La semaine dernière n'a pas manqué de nous en montrer un florilège !

Il n'en fallait pas plus pour me donner l'envie de partager avec vous le titre "This Is Not Our World" merveilleusement interprété par deux grands artistes, Moby d'une part, Nicola Sirkis d'autre part.

Moby, Richard MELVILLE HALL, a de nombreuses cordes à son arc. Il est photographe, producteur et réalisateur mais aussi chanteur, interprète, musicien... Vous avez bien lu MELVILLE, oui, Moby est l'arrière arrière neveu de l'auteur de Moby Dick. Maintenant, vous n'oublierez plus jamais son nom, c'est certain.

Nicola Sirkis, lui, n'est autre que Nicola connu pour être le chanteur et guitariste du groupe de pop rock  Indochine.

Ces deux artistes ont eu l'idée d'un single sorti en septembre dernier.

Il est interprété en anglais pour Moby, en français pour Nicola Sirkis, histoire de faire résonner le propos à travers le monde. Parce que oui, ce titre est militant, c'est un acte politique contre la montée de l'extrême droite et les catastrophes écologiques. Tous deux nous alertent sur les faits des hommes et leurs impacts sur Dame Nature, sublimée dans le clip.

Non, ce n'est pas notre monde ! Ecoutons ce que les deux hommes ont a nous dire.

Mais si vous n'avez pas envie d'écouter le message, entendez ces sons, ces tonalités, la beauté de la musique et des voix, laissez-vous bercer par ce bijou...

Voir les commentaires

2022-11-04T07:00:00+01:00

Mesure 217 de Françoise LHOIR

Publié par Tlivres
Mesure 217 de Françoise LHOIR

Collection Évasion des éditions Academia distribuée par les éditions L'Harmattan

Les premiers romans, quand ce ne sont pas les 68 Premières fois qui les proposent, ils viennent à moi comme « Mesure 217 » de Françoise LHOIR proposé dans le cadre d’une Masse Critique de Babelio. Une nouvelle fois, bonne pioche !

Marie est violoncelliste dans l’Orchestre National de Belgique. Elle est mariée avec Beaudouin, enseignant, le père de leurs deux enfants, Jérôme et Odile. Marie a une sœur, Béatrice, son aînée de 4 ans, partie vivre aux Etats-Unis. Elle est mariée avec Scott avec qui elle a eu une fille, Morgane, adolescente, dont l’itinéraire personnel est chahuté. Béatrice demande à Marie d’accueillir Morgane chez elle pour lui offrir une pause. C’est aussi à ce moment-là qu’un garçon, Sacha (son nom de scène), prodige, l'un des cinq très jeunes talents, est accueilli par l’Orchestre National de Belgique. Il est aussi « différent ». Il ne manquait plus que Caroline, la grande amie de Marie, un brin fantasque, pour offrir un nouvel horizon à tout ce petit monde.

Françoise LHOIR, autrice belge, nous propose un premier roman trépidant. Le récit est ponctué de péripéties qui donnent du rythme à la narration, un petit bijou.

Je ne vais pas pouvoir vous le cacher bien longtemps, la musique est un personnage à part entière de ce roman délicat et grisant à la fois.


On croirait voir les personnages tourner lentement sur eux-mêmes en se destinant force courbettes, comme dans les boîtes à musique anciennes. Le chef, métamorphosé à son tour en prince des salons galants, choisit de laisser la danse onduler jusqu’au dernier point d’orgue, pour ne pas ternir le bal. P. 41

J’avais eu le nez fin de me lancer dans un Mooc sur L’orchestre, quelle bonne idée ! Je me suis délectée de la plume de Françoise LHOIR pour illustrer l’organisation très structurée et hiérarchisée d’un orchestre. C’est aussi grâce à l’écrivaine que j’ai pu mettre le doigt sur le registre musical et la discipline de travail quotidienne des artistes.

Et puis, il y a aussi et surtout la capacité de la musique à vous embarquer et vous enivrer, en premier lieu les musiciens bien sûr, les hommes et les femmes qui lui vouent leur vie professionnelle, mais aussi le public, vous, moi.

Enfin, il y a le rapport à la musique pour des enfants/ados contraints et forcés par leurs parents à faire de cette discipline leur violon d’Ingres (sans jeu de mot !). Outre le fameux solfège dont beaucoup témoignent de leur martyre dans leurs jeunes années d’apprentissage, là, il y a la musique sclérosée par tout un système, depuis les auditions jusqu’aux prestations, formatées depuis la nuit des temps. Que de frustrations !


Après le premier mouvement, la partition est abandonnée, et les jeunes gens, sans se concerter, poursuivent la même évocation en improvisant, comme de coutume, abandonnant progressivement la gravité du début pour laisser exploser une folle exubérance. P. 184

Mais il n’y a pas que la musique qui soit abordée par ce roman d’une profonde sensibilité. Non, il y a d’abord le rapport des enfants avec leurs parents, et vice et versa, à la période de l’adolescence, et cette incapacité parfois, à échanger sur des sujets qui touchent à l’intimité.

Il y a encore l’approche de ce que l’on appelle maintenant communément les « enfants différents » sans bien savoir ce que ça peut vouloir dire. Ne sommes-nous pas tous singuliers, donc tous différents ? Bref, à travers deux personnages de fiction, celui de Morgane et celui de Sacha (Jacques dans la vie), Françoise LHOIR montre la difficulté à « s’intégrer » dans une communauté d’âges, en particulier lorsqu’un jeune souffre du syndrome d’Asperger. Le mot est lâché. En plus de lire « La différence invisible », la BD de Mademoiselle Caroline et Julie DACHEZ, je vous conseille absolument de lire ce roman qui explore les comportements qui y sont liés, une acculturation tout en douceur pour des symptômes qui ne le sont pas moins.

Dans une narration s'étalant sur 9 mois, l'écrivaine offre la voie d'une REnaissance. Dans une danse qui pourrait se jouer en 4 mouvements, là, 4 chapitres aux doux titres, depuis le rocambolesque jusqu'au rationnel.

Vous l’avez compris, ce roman m’a fait vibrer. Il est à lire sans modération, par les adultes comme les jeunes, un excellent roman passerelle.

Voir les commentaires

2022-10-17T06:00:00+02:00

Une histoire d'amour mise en scène par Alexis MICHALIK

Publié par Tlivres
Une histoire d'amour mise en scène par Alexis MICHALIK
A peine les estivales du Festival d’Anjou terminées, place aux Hivernales avec le tout premier spectacle de cette édition 2022/2023 : « Une histoire d’amour », mis en scène par Alexis MICHALIK.
 
Deux jeunes femmes se rencontrent, Katia et Justine, elles vont tomber amoureuses l’une de l’autre, s’installer l’une chez l’autre, imaginer avoir un enfant l’une avec l’autre. L’insémination artificielle est réalisée. La grossesse de Katia se passe bien mais voilà, Justine rencontre un homme. Elle se laisse séduire et quitte Katia. Dès lors, la vie va prendre un tout autre sens pour Katia qui va aussi avoir à lutter contre un cancer. Elle va aller frapper à la porte de son frère William qu’elle n’a pas vu depuis 5 ans. Une autre histoire peut maintenant commencer.
 
Le spectacle démarre en chanson, a capella, 5 voix se succèdent, 1 fille, 3 femmes, 1 homme, pour interpréter le titre de Charles AZNAVOUR « Et pourtant »


Et pourtant, pourtant, je n’aime que toi
Et pourtant, pourtant, je n’aime que toi
Et pourtant, pourtant, je n’aime que toi
Et pourtant

Les micros rapidement rangés, la scène devient le lieu d’un jeu de décors ingénieusement pensé par Juliette
AZZOPARDI
, une toute jeune femme pleine de talent qui en est à son deuxième spectacle avec Alexis MICHALIK.

La vie menée comme un manège, tambour battant, dans un tourbillon de bons et tristes moments, de grandes joies et de terribles événements, ainsi va la vie... mais, c'est sans compter sur l'amour bien sûr, là, décliné dans toutes ses dimensions, l'amour hétéro, homo, l'amour entre frère et soeur, l'amour d'une mère porté à sa fille et vice et versa.

C'est déchirant, c'est gai et lumineux aussi, on rit, jaune parfois, c'est tonique et tranchant.

Cette pièce de théâtre est couronnée du Molière de la mise en scène d'un spectacle de théâtre privé. Bravo !

J'ai beaucoup aimé ce spectacle, le jeu des acteurs, l'exploitation de la scène pour le front comme le back office. Là, pas de coulisses pour le changement de costumes !

Vivement le prochain : "Clara HASKIL, prélude et fugue", un texte de Serge KRIBUS mis en scène par Safy NEBBOU et interprété par Laïtitia CASTA !

Voir les commentaires

2022-10-17T06:00:00+02:00

Méta-Morpho de l'artiste ISKIAS

Publié par Tlivres
Méta-Morpho de l'artiste ISKIAS

Ma #lundioeuvredart, je l'ai découverte à la Tour Saint-Aubin située rue des Lices à Angers. 

Du 14 au 24 octobre, vous pouvez y découvrir "Amazonik", une exposition temporaire des oeuvres d'un angevin, franco-vénézuélien, Iskias, un artiste plasticien.

Personnellement, j'ai été séduite par le charme d'une des créations présentées, "Méta-Morpho".

D'abord, elle donne à voir une partie du registre artistique d'Iskias, des oeuvres réalisées à partir de collages.

Et puis, il y a la couleur (si vous le rencontrez, vous verrez qu'il le dit avec beaucoup d'éloquence !!!), et pas n'importe quelles couleurs, des couleurs vives, lumineuses, "fluorescentes", comme j'aime, quoi !

Et encore, la composition du tableau. Là, une partie basse teintée de fuchsia avec la représentation de quelques spécimens de la flore tropicale, une fleur d'hibiscus, une rose de porcelaine, une partie haute avec du feuillage que l'on imagine à grand développement, une végétation exotique remarquable. Là, s'y cache un tapir... et puis un papillon, un morpho, bleu, dont la couleur métallique, iridescente, illumine l'ensemble.

Iskias aime confronter la réalité et l'imaginaire, les faire se côtoyer, s'imbriquer l'un dans l'autre.

Il est philosophe aussi. Il donne à sa création le titre "Méta-Morpho" qui résonne à l'oreille comme "métamorphose", métamorphose de l'environnement sous l'action de l'Homme.  Il fait d'un extrait de l'allocution de Claude LEVI-STRAUSS à l'UNESCO en 1971 un leitmotiv...


On a commencé par couper l'homme de la nature et par le constituer en règne souverain ; on a vu ainsi effacer son caractère le plus irrécusable, à savoir qu'il est d'abord un être vivant. Et en restant aveugle à cette propriété commune, on a donné champ libre à tous les abus.

Il est engagé et solidaire aussi avec les amérindiens. 10% des ventes de ses oeuvres seront reversés à des associations qui agissent en faveur de cette communauté, peut-être une affaire d'origines, mais là commence une autre histoire, son histoire personnelle et familiale...

Après le 24 octobre, il sera trop tard.

Alors, précipitez-vous à la Tour Saint-Aubin, l'exposition est en accès libre, Iskias vous y accueille chaque jour, de 10h à 19h. 

Méta-Morpho de l'artiste ISKIAS

Voir les commentaires

2022-10-17T06:00:00+02:00

#Octobrerose, une création de Cutty

Publié par Tlivres
#Octobrerose, une création de Cutty

#Octobrerose, c'est chaque année l'occasion de partir à la rencontre de nouveaux talents. Cette année, honneur aux femmes dessinatrices.

En naviguant sur Instagram, j'ai découvert le compte de Cutty.

Elle puise dans un nuancier de roses et teintes marron pour représenter ses personnages, souvent empreints de mélancolie, mais aussi avec un brin de fantaisie.

Il y a des lundis plus difficiles les uns que les autres. Là, une femme représentée dans un bocal, le corps replié, plongé dans un bain, la tête hors de l'eau mais les yeux fermés, le visage triste. Parce qu'on a parfois envie de solitude, trouver un refuge, se recentrer sur soi pour mieux se relever. Cette illustration m'a parlé, allez savoir pourquoi !

Il y a beaucoup de poésie dans les créations de Cutty, de la malice aussi. N'hésitez pas à faire les curieux, allez découvrir son style !

Voir les commentaires

2022-10-16T21:34:21+02:00

#Octobrerose

Publié par Tlivres
#Octobrerose

#Octobrerose, c'est chaque année l'occasion de partir à la rencontre de nouveaux talents. En 2022, honneur aux femmes dessinatrices.

J'avais envie de partager avec vous une création de Justine LOISON, graphiste et illustratrice, intitulée "Sororité".

Après les dessins de Virginie HUMBRECHT et Diana PEDOTT pour représenter une certaine image de la diversité au féminin, là, une création d'une jeune artiste, la superposition de trois paires d'yeux pour porter un certain regard sur le monde.

N'hésitez pas à aller découvrir son univers artistique !

Voir les commentaires

2022-10-16T06:00:00+02:00

À tout jamais de Mylène FARMER

Publié par Tlivres
À tout jamais de Mylène FARMER

Ma #chansondudimanche, c'est le tout dernier single de Mylène FARMER, "À tout jamais".

Mylène FARMER, vous la connaissez bien sûr, une immense artiste, mondialement connue, qui ne laisse rien au hasard dans ses créations.

Il y a les textes bien sûr, les paroles mixent cette fois du français et de l'anglais pour notre plus grand plaisir... 


Au démon lui
Qui consume nos vies
Souffle chaud le froid
Qui d'autre que moi le voit ?

Lui dire "fuck you too" à tout jamais
Requiem pour tout recommencer
Plus de "sorry sorry", plus dans ma chair
Toi et ton double ami, retourne en enfer

Ce single est extrait d'un album qui sortira en novembre 2022, "L'emprise". On retrouve bien sûr des thèmes chers à l'artiste, marqués de cette empreinte gothique.

Il y a aussi la musique, signée de Woodkid, un très grand du genre, il a lui-même à son actif des albums "The Golden Age" et "S16". Son EP "Run Boy Run" assure la promotion de la candidature de Paris pour les JO de 2024. Il a aussi collaboré par le passé avec Rihanna, rien que ça, pour son album "Anti". L'homme est très attiré par le monde de l'art en général. Il a travaillé avec JR, le street artiste, pour le court métrage "Ellis". Il s'est également nourri de sons du sculpteur et compagnon de Niki DE SAINT-PHALLE, Jean TINGUELY, pour "S16". Entre lui et Mylène FARMER. 

Il y a encore le clip, une oeuvre de Tobias GREMMLER, on y voit le corps d'une femme, la chanteuse, freinée dans ses mouvements par des fils, des tentacules, et puis, déferle une vague rouge, des jeux d'ombre, des mains, des bras, la position en foetus, le corps allongé... c'est sublime tout simplement.

Il y a enfin la pochette de disque, là, une création de Raegular et Robin PITCHON, tous deux graphistes pour "Mylène FARMER" écrit en relief sur fond blanc, à l'image de ces broderies du XXème siècle, de l'art, toujours de l'art.

Ce titre, c'est de la bombe, tout simplement ! Je l'écoute en boucle depuis sa sortie, pas vous ? Pas encore alors !

Voir les commentaires

2022-10-15T07:16:59+02:00

#Octobrerose, une création de Marie PERTRIAUX

Publié par Tlivres
#Octobrerose, une création de Marie PERTRIAUX

#Octobrerose, c'est chaque année l'occasion de partir à la rencontre de nouveaux talents. En 2022, honneur aux femmes dessinatrices.

J'avais envie de partager avec vous une création de Marie PERTRIAUX, entre nous "Marie My Lovely Thing".

Marie PERTRIAUX se décrit elle-même comme une illustratrice de poésie.

Son graphisme est tendre et délicat, poétique, teinté de rose, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie !

J'ai choisi cette création réalisée pour la fête des Mamans, "ou quand on voit sa fille essayer ses chaussures pour faire comme les grandes” !

Ses pieds auraient aussi pu être ceux d'un garçon !

Je me souviens notamment d'un défilé de mode organisé au Plessis-Grammoire par l'Association De Fil en Aiguille. Geoffrey MINGOT, créateur de mode, racontait à qui aimait l'entendre qu'il passait son temps, enfant, à enfiler des robes et chausser des talons aiguille, tous accessoires trop grands pour lui bien sûr, mais qui lui donnaient des ailes !

Cette illustration n'est qu'une représentation du talent de l'artiste.

Je vous invite à visiter son site. Elle y décline notamment un calendrier perpétuel pour "Semer de l'amour tous les mois de l'année", séduisant, non ?

Voir les commentaires

2022-10-15T06:50:44+02:00

#Octobrerose, une création de Ama

Publié par Tlivres
#Octobrerose, une création de Ama

#Octobrerose, c'est chaque année l'occasion de partir à la rencontre de nouveaux talents. En 2022, honneur aux femmes dessinatrices.

J'avais envie de partager avec vous une création de Ama Illustratrice.

Il y a cette petite fille (ruban rose dans les cheveux, tellement à propos !) et puis cette citation, une reprise de celle d'Oscar WILDE, rien que ça.

J'aime quand les dessinatrices en déclinent leur interprétation. A chacune son style, sa manière de l'interpréter.

Et puis, Ama est autrice jeunesse. "Ma précieuse étoile", c'est elle !

Si vous voulez en savoir plus sur son parcours, ses sources d'inspiration, n'hésitez pas à lire son interview. Elle y parle de couleurs de peau, "ébène", "métisse", c'est déjà tout un roman !

Surfez sur son site !

Voir les commentaires

2022-10-15T06:28:47+02:00

#Octobrerose, une création de Mathilde MAGNAN

Publié par Tlivres
#Octobrerose, une création de Mathilde MAGNAN

#Octobrerose, c'est chaque année l'occasion de partir à la rencontre de nouveaux talents. En 2022, honneur aux femmes dessinatrices.

J'avais envie de partager avec vous une création de Mathilde MAGNAN, illustratrice, graphiste, autrice.

Là, un nouvel univers artistique, des créations dignes d'une botaniste.

Si je ne connais pas sa formation, vous découvrirez vous-même des fleurs, des plantes, des insectes... dessinés dans leurs traits les plus fins, à l'image de ce que produisent des miniaturistes. Je suis toujours fascinée par leur capacité à traiter l'infiniment petit, quel coup de crayon, chapeau !

Ce qui me plaît beaucoup aussi dans l'univers de Mathilde MAGNAN, c'est la place du vivant, les éléments naturels qui poussent, volent, virevoltent... et font de notre environnement chaque jour une source d'émerveillement.

N'hésitez pas à aller découvrir son site !

C'est beau, coloré, délicat. C'est de l'art, quoi !

Voir les commentaires

2022-10-15T06:08:55+02:00

#Octobrerose, une création de Tataninig

Publié par Tlivres
#Octobrerose, une création de Tataninig

#Octobrerose, c'est chaque année l'occasion de partir à la rencontre de nouveaux talents. En 2022, honneur aux femmes dessinatrices.

J'avais envie de partager avec vous une création de Tataninig, illustratrice.

Je poursuis dans le thème du vent, mais là, décliné différemment que ce que propose Anne COUPVENT.

Avec Tataninig, c'est l'assurance de créations hétéroclites, il y a des personnages, des paysages, sur fond blanc ou coloré, en monochrome ou poly. Bref, c'est de la diversité artistique à l'état pur.

Là, elle a souhaité nous donner une certaine image de "son" Finistère.

Une femme regarde au loin, la mer, l'horizon, un certaine image aussi du bonheur.

N'hésitez pas à aller découvrir son site.

Je vous laisse savourer !

Voir les commentaires

2022-10-15T05:39:56+02:00

#Octobrerose, une création de Anne COUPVENT

Publié par Tlivres
#Octobrerose, une création de Anne COUPVENT

#Octobrerose, c'est chaque année l'occasion de partir à la rencontre de nouveaux talents. En 2022, honneur aux femmes dessinatrices.

J'avais envie de partager avec vous une création de Anne COUPVENT, une illustratrice.

Elle se définit elle-même comme "peintre de petites oeuvres uniques", c'est tellement joli, tellement délicat, tellement dans le ton de tout ce que vous pourrez découvrir sur son site.

Son dessein...


des petites bulles de vie, d'humour, d'amour, des tableaux comme des bonbons, colorés et gourmands, délicats aussi, peints sur bois avec des pinceaux de trois poils !

COUPVENT, un nom pour annoncer l'air que souffle Dame Nature, largement exploité dans les créations de l'artiste, tantôt ce sont les cheveux des personnages, plutôt féminins mais pas que, tantôt ce sont les vêtements, tantôt encore ce sont les postures qui donnent à voir le mouvement.

L'illustratrice prend un tendre engagement...


Même la grisaille j'essayerai de vous la transformer :)

Anne COUPVENT, j'aime son registre artistique, son créneau, sa signature, il y a quelque chose d'unique, de reconnaissable dans chacune de ses peintures réalisées sur bois.

Si vous avez des cadeaux à offrir, des cadeaux originaux et poétiques, sa boutique pourrait bien intéresser !

Voir les commentaires

2022-10-11T05:30:00+02:00

L'Archiviste d'Alexandra KOSZELYK

Publié par Tlivres
L'Archiviste d'Alexandra KOSZELYK

Aux Forges de Vulcain

Retrouver la plume d’Alexandra KOSZELYK devient pour moi presque un rituel, l’assurance de vibrer aux confins de ce que l’Homme peut offrir de plus beau comme du plus ignoble. Ce roman est de nouveau un coup de ❤️ Comme j'aime retrouver "Love" de  Botero Pop !

K est une jeune femme, l’Archiviste. Sa sœur Mila est photographe et journaliste. Leur mère a fait une attaque cérébrale quelques jours avant l’invasion russe en Ukraine. Elle a passé un temps dans le coma. Depuis son réveil, son ouïe reste atrophiée. Alors que K se trouve dans une galerie souterraine et assure la conservation des œuvres du chaos, elle reçoit la visite d’un commanditaire qui lui confie une mission, revisiter les créations d’artistes dissidents, les falsifier, réorienter leur propos au service de la propagande. Il a un moyen de pression sur K, une photo de sa sœur Mila, prisonnière de guerre. Elle n’a d’autre choix que de se soumettre pour éviter à sa sœur une mort certaine.

Avec ce roman, Alexandra KOSZELYK décline le verbe RÉSISTER sous toutes ses formes.

Il y a la guerre en Ukraine, celle qui occupe tous les médias aujourd’hui, mais qui puise sa source dans la grande Histoire. De tout temps, le régime soviétique s’est attaché à museler ce peuple, l’affamer, l’exterminer aussi. Ce roman est l’opportunité d’explorer le passé de l’Ukraine et des événements qui ont marqué sa vie, de voir que le peuple ukrainien a dû RÉSISTER à l’envahisseur, l’assaillant russe, pour être ce qu’il est aujourd’hui. Comme j’aime que la littérature comble mes faille…

Derrière le front, les combats, il est d’autres armes plus insidieuses, moins visibles et pourtant tout aussi puissantes, celles qui touchent au patrimoine culturel pour le réduire en miettes, le détruire, à moins de pousser la perversité jusqu’à l’instrumentaliser à des fins politiques, pour les siècles des siècles. L’art, comme composante de l’identité du peuple ukrainien, devient la cible à abattre. Alexandra KOSZELYK donne à voir l’itinéraire de quelques artistes dont les trajectoires se sont heurtées au pouvoir en place. Il y a Pavlo TCHOUBYNSKY, Alla HORSKA, Maria PRIMATCHENKO, GOGOL, Lessia OUKRAÏNKA,  Marko VOVTCHOK,  Sonia DELAUNAY... comme autant d’invitations à s’intéresser à leurs registres personnels.


K aidait son pays avec ses armes, loin du front, mais pour les générations futures, elle faisait en sorte que la bataille culturelle ne soit jamais perdue, que la guérilla du détail l’emporte à terre sur la trahison des formes plus imposantes. P. 183

L'écrivaine concourt tout en beauté à la mémoire d’hommes et de femmes qui, à la force de leurs mots, leurs toiles, leur expression artistique ont su RÉSISTER.

Si à l’évocation des guerres, les hommes sont souvent en première place, pour le meilleur comme pour le pire, Alexandra KOSZELYK choisit là de brosser des portraits de femmes qui elles aussi vouent ce qu’il reste de leur vie à RÉSISTER. Rien n’y est laissé au hasard. Au fil des incarnations de K, vous allez vous immerger dans une autre époque, vivre une autre vie, porter un autre costume, mesurer les enjeux du verbe EXISTER. 


Elle s’était résignée à rester à l’arrière et avait cherché à mettre de l’ordre dans les galeries souterraines : telle serait sa façon de lutter, de prêter main forte. P. 16

Une seule lettre suffit à l’autrice pour nommer un personnage, lui donner le corps et l’âme d’une résistante, c’est dire l’immensité de son talent. La fin est grandiose et le message d’espoir intact. Le peuple ukrainien reste debout. 

Enfin, L’Archiviste est la façon très singulière mais aussi très puissante et personnelle d’Alexandra KOSZELYK de RÉSISTER, le pouvoir de « sa plume et son clavier ». Les mots sont à la fois sensibles et percutants. Elle signe là un acte militant, un acte politique fort. Touchée en plein ❤️

Le rythme est soutenu, oppressant. Le foisonnement de la narration, un pur régal. 

Alexandra KOSZELYK continue de tisser sa toile d’écrivaine, ponctuant ce dernier roman de l’évocation des précédents.

C’est du grand ART mis au service de la postérité du peuple ukrainien, quel plus beau dessein ! 

Vous aimerez peut-être aussi : 

A crier dans les ruines

La dixième muse

Le sanctuaire d'Emona

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog