Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #68 premieres fois catégorie

2021-07-29T17:00:00+02:00

Le sanctuaire de Laurine ROUX

Publié par Tlivres
Le sanctuaire de Laurine ROUX

Il y a des romans des 68 Premières fois qui vous marquent les uns plus que les autres. "Le sanctuaire", le second roman de Laurine ROUX publié chez Les éditions du Sonneur, fait partie de ceux-là.

Nous sommes bercés par les médias qui nous annoncent que bon nombre d'entre nous optent, cette année plus que d'autres, pour des vacances au vert. Mais il est aussi des modes de vie, réels ou de fiction, qui choisissent de se nicher dans la nature pour y vivre reclus, loin des autres, loin des bactéries, loin de la société.

Et puis, nous sommes le "jour du dépassement". Aujourd'hui, jeudi 29 juillet, l'humanité a consommé les ressources planétaires dont elle disposait pour l'année toute entière.

Il n'en fallait pas plus pour que je décide de remettre en lumière "Le sanctuaire" et d'y puiser ma #citationdujeudi !

Ce roman, c'est un conte des temps modernes. Il y est question d’un virus transmis à l’homme par l’animal, de confinement, d’instinct de survie, de besoins primaires et de biens essentiels. 

Mais, plus que tout, ce que je souhaiterais mettre sous les projecteurs, c'est la qualité de la plume de Laurine ROUX. L'écrivaine joue avec les atmosphères, tantôt pesantes, tantôt légères, à l'image de cette citation qui donne à voir un avenir un brin enchanté.

Alors, puisque cette lecture est un moment hors du temps. Rêvons un peu...

Voir les commentaires

2021-04-24T06:00:00+02:00

Le Mal-épris de Bénédicte SOYMIER

Publié par Tlivres
Le Mal-épris de Bénédicte SOYMIER

Le bal des 68 se poursuit. Après :

"Les monstres de Charles ROUX"

"Le sanctuaire" de Laurine ROUX"

"Over the rainbow" de Constance JOLY

"Avant le jour" de Madeline ROTH

"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault BERARD

"Les orageuses" de Marcia BURNIER

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

"Avant elleJohanna KRAWCZYK

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT

"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

tous en piste pour "Le Mal-épris" de Bénédicte SOYMIER, accompagné par 

Je vous dis quelques mots de l'histoire :

Paul est un homme au corps rebutant, un vieux garçon de 45 ans, un parfait employé de La Poste dont il tient l'agence avec rigueur. Il a deux soeurs, Emilie et Rachel, qu'il a pour partie élevées. Il a un frère aussi. Il vit dans un appartement d'une petite résidence. Ses plus proches voisins, un jeune couple déménage. Il laisse place à Mylène, une jeune femme en pleurs. Paul soupçonne une rupture amoureuse. Il commence à l'observer par le filtre de son judas, noter tout ce qu'il sait d'elle dans un petit carnet, tout neuf, acheté rien que pour cet objet. Paul va commencer à rythmer sa vie sur celle de Mylène, l'attendre dans le hall pour ouvrir sa boîte aux lettres en même temps qu'elle, la frôler, s'enivrer de son parfum, et puis, un premier mot va sortir de sa bouche, une phrase aussi, une invitation à boire un verre, chez lui...
 
Vous comprendrez que je n'aille pas plus loin. Le décor est planté, tous les ingrédients rassemblés pour que le MAL fasse son petit bonhomme de chemin. 
 
De Bénédicte SOYMIER, je connaissais le blog "Au fil des livres" sur lequel elle partage les chroniques de ses lectures. Grâce aux 68 Premières fois et ce premier roman, j'ai découvert la puissance de la plume, chapeau !
 
Si le sujet des violences conjugales transcende aujourd'hui tous les genres littéraires, voire artistiques, et l'on ne peut que s'en féliciter, une manière de les dénoncer, il est à craindre le livre de trop. En tant qu'écrivain.e, s'y aventurer relève déjà du défi, alors pour une écriture en herbe imaginez... mais les éditions Calmann Levy lui ont fait confiance, et elles ont eu terriblement raison
 
"Le Mal-épris", c'est l'exploration du MAL dans ce qu'il a de plus machiavélique.
 
Il y a d'abord les comportements MALsains de Paul. Tout commence avec ce regard posé sur Mylène, par simple curiosité. Qui n'a pas porté un semblant d'intérêt à ses nouveaux voisins ? Oui, mais quand la curiosité vous prend dans sa nasse et qu'elle devient progressivement une attention, un désir, une obsession, là, danger ! Bénédicte SOYMIER décrit avec minutie les impacts sur l'esprit de son Paul. La vue de cette femme le hante, le tourmente, le rend malade. Quant au corps, là, c'est encore une autre dimension. Le charnel s'emballe, le lubrique devient irrésistible, le lascif impérieux, la simple vue de cette femme (et puis d'une autre) lui fait perdre la raison.


Il a oublié le parfum de l'amour, les frissons et l'envie, il ne sait plus, ni dans son corps, ni dans sa tête, ça lui échappe, mais il devine - la boule serrée sous son sternum, gonflée ou dégonflée au rythme des rencontres, la moiteur de ses paumes, les doigts gourds, frottés sur ses cuisses, et son coeur qui palpite, pressions, rétractations, le pouls heurté, au cou et aux poignets, qui file sous les tissus et pulse jusqu'aux oreilles. P. 24

Ce qui m'a obsédée (moi aussi) dans cette lecture, c'est la spirale infernale dans laquelle est tombé le personnage principal de ce premier roman. Bénédicte SOYMIER décrit avec minutie la lente mais irréversible trajectoire vers la violence. Si elle n'essaie pas d'excuser le bourreau (elle le dit très bien elle-même dans la vidéo des 68 Premières fois #3 - que je vous invite à regarder bien sûr), elle en dévoile les fractures.

Parce que Paul, c'est un MALaimé. Cette condition, il la traîne depuis sa plus tendre enfance. Alors, en vieillissant, avec la solitude comme boulet, les choses ne vont pas s'arranger. 


Il est ce que l'enfance a fait de lui, une histoire d'adultes défaillants et malfaisants, le produit de sa mère et de son père, le frère des petits, l'amant de Léa, le rejet de Mylène, il est ce qu'il n'a jamais voulu être, il est ce dont il veut s'affranchir pour vivre libre, l'esprit clair. P. 184

Sous la plume de Bénédicte SOYMIER, la psychologie du personnage est ciselée, tranchante, elle va MALmener. Mais ce n'est pas sur les faits de violence que l'écrivaine va insister. Bien sûr, elle va les décrire, mais le plus puissant est ailleurs, il est dans l'effet miroir de parcours chahutés. Jamais le proverbe "Qui se ressemble s'assemble" n'a été aussi bien illustré. Après Mylène, c'est Angélique qui trouve sa place dans un scénario sournois.


Lui dire son chagrin et la honte qu'il reçoit en miroir, son passé à l'épaule. P. 130

Parce que l'Homme est faible, dans sa médiocrité, son déshonneur, sa déchéance, il va trouver plus faible que soi. Il y a un rapport dominé/dominant absolument saisissant. Tout est affaire de profil en réalité !

Quant à la question qui tue :


Est-ce qu'on traine ses gènes malgré tout ? P. 130

Ce roman, certes il traite des violences conjugales, comme beaucoup d'autres, tellement d'autres. Mais celui-là est différent et ce qui fait principalement sa singularité, c'est le jeu de l'écriture. Bénédicte SOYMIER m'a foudroyée. A peine l'avais-je ouvert, à peine avais-je commencer à lire les premières pages que je me suis retrouvée piégée, sous l'emprise d'une plume. Si elle doute encore de la force de son propos, qu'elle soit rassurée, le talent est là !

Voir les commentaires

2021-04-17T06:00:00+02:00

Les monstres de Charles ROUX

Publié par Tlivres
Les monstres de Charles ROUX

Les éditions Rivage

Les romans des 68, ils arrivent par la poste ou bien circulent « sous le manteau » entre angevin.e.s averti.e.s. Je ne connais rien de leurs sujets, ni des auteurs.rices qui les ont écrits (quoi de plus normal quand il s’agit de promo-romancier.e.s !). J’aime laisser les fées faire leur choix dans la rentrée littéraire et m’offrir le plaisir de marcher dans leurs pas.

Je ne lis pas non plus les 4èmes de couvertures depuis 2, 3, peut-être 4 années. Si avec « Les monstres » de Charles ROUX, j’avais décidé de faire une exception, my god, quel sacrilège !

Ce roman, si vous ne l’avez pas encore lu, d’abord, réjouissez-vous. Et puis, dites-vous que le jeu en vaut la chandelle.

Pour celles et ceux qui me connaissent (bien), vous vous dites que cette chronique ne me ressemble pas, que je tourne autour du pot (et quel pot ? Le chaudron d’une sorcière peut-être... qui sait ?) et vous avez sacrément raison. 

Je me la joue un peu à la Charles ROUX... mais la différence entre lui et moi, c’est que lui a du talent ! Avec presque rien, il vous dit presque tout ! Je sors de plus de 600 pages dont je me suis délectée. Ce roman, c’est une prouesse littéraire. Donc...

Je vous présente David, un homme, un mari, un père de famille, un businessman à qui tout réussit. Il vit dans le luxe, il brille, il rayonne. Il s’offre des orgies la nuit, fume, boit, se drogue et trompe sa femme, bref, il brûle la chandelle par les deux bouts, au risque de se brûler les doigts ! Et puis, il y a Alice, une femme ordinaire, célibataire endurcie, professeure d’histoire, qui mène une vie fade, sans excès, sans fioriture. Elle craint la nuit plus que tout. Au coucher du soleil, elle baisse les volets et ferme les rideaux. Elle vit recluse. Tout juste si elle s’offre une petite fantaisie, celle d’essayer de donner corps à une boule d’argile. Ses premières créations sont ramassées dans une boîte. Alice l’avoue, elle n’a pas de talent. Et pourtant... Enfin, il y a Dominique, un homme le jour, une femme la nuit. Dominique joue avec les codes, les apparences. La réussite est venue à lui, il est aujourd’hui propriétaire d’un cabinet de curiosités, il est à la tête de tout un tas de collections aussi hétéroclites qu’extravagantes. Il gère un restaurant d’une douzaine de couverts. Allez, à table !

Charles ROUX nous a cuisiné un festin.

En amuse-bouche, le jeu de l’écriture.  L’écrivain, par un stratagème tout à fait EXTRAordinaire et un peu de poudre de Perlimpinpin, va rebattre l’ensemble des cartes. Je ne vous en dis pas plus sauf que les petits fours sont succulents.

En entrée, Les personnages. J’y reviens. Charles ROUX en fait une approche psychologique ciselée. Si l’écrivain en écrit des pages sur ce qui fait d’eux ce qu’ils sont, tels qu’ils s’affichent aux autres, vous comprendrez qu’il prenne un temps insoupçonné à gratter le vernis d’un tableau trop bien brossé jusqu’à le faire craqueler. Là, plus rien ne peut lui résister. J’ai adoré.

Pour le plat de résistance (qui porte très bien son nom !), le jeu de la narration. Il est, lui aussi, époustouflant. Je ne vous ai pas tout dit. Il y a un personnage supplémentaire, une petite voix qui tutoie David, vouvoie Alice, et prend de la distance vis-à-vis de Dominique. Le travesti, elle regarde son jeu et le relate, pour en faire... un roman ! Loin de me désarçonner, ce plat, je l’ai savouré.

 

Pour le plateau de fromage, Charles ROUX a vu grand avec « Les monstres ». Il y en a pour tous les goûts : le golem, le zombie, le wendigo, la sorcière, le démon... bref, vous aurez le choix !
 
En dessert, le café est gourmand avec une grande diversité de desserts en version mignardises. 


J’ai beaucoup aimé le rapport au temps, nos souvenirs, notre mémoire...


Les atmosphères, hein, pas les moindres détails bien sûr, car ces fils qui te relient à un passé lointain se sont emmêlés. Trop nombreux, trop semblables, trop abimés, ils se sont mués en une boule impossible à détricoter. P. 284

et la longue réflexion autour de l’avenir des cabinets de curiosités, ces témoins de temps révolus. La page 121 (notamment) est remarquable. On pourrait élargir le sujet aux musées, bref, à tout ce qui raconte notre Histoire. À une autre échelle, il y a ce rapport qu'entretient l'individu au matériel. Les objets, les vêtements, les meubles de décoration... Charles ROUX nous offre de quoi méditer sur les reliques de nos petites histoires.

"Les monstres", c'est un roman social pour ce qu’il dit de notre monde moderne, un univers de la banque axé exclusivement sur les objectifs, l’occasion de pressuriser ses salariés sans modération, le monde de l’enseignement dans lequel des hommes et des femmes arrivent par défaut comme la voie royale de celles et ceux qui ont fait des études universitaires sans orientation claire. Il y a aussi la révélation de la solitude dans laquelle vivent beaucoup aujourd’hui, en particulier dans la capitale, là où l’urbanisme confine ses habitants dans quelques mètres carrés seulement, là où les transports circulent dans des galeries souterraines...

Le sujet des transgenres est aussi abordé à travers le portrait de Dominique. Derrière le cliché des paillettes et de la scène, d’autres réalités se cachent, celles de la vie quotidienne, de son identité, mais aussi des sujets éthiques autour de la mutation biologique.

Plus globalement, "Les monstres" est un roman qui interroge notre rapport à la norme. Il nous propose de faire le pas de côté. C’est de la magie, du surnaturel, appelez ça comme vous voulez, mais moi, j’ai succombé.

Et puis, l'écrivain explore le mensonge et là, l'approche est remarquable.

Le repas aurait pu être horrible comme on suppose que « Les monstres » le soient, il est en réalité profondément jubilatoire. C’est un hymne à l’authenticité, sa vraie personnalité, son « moi », c’est une ode à la liberté, une invitation à s’émanciper de nos enveloppes, nos apparences, pour, plus que vivre, EXISTER.

Dans une plume foisonnante, Charles ROUX invite ses personnages à porter leurs plus beaux habits. Il nous offre, à nous, un repas fastueux. 

Pour terminer en beauté, place au bal des 68. Pour la 11ème danse, un petit morceau de rap, ça vous dit ?

Retrouvez les autres romans de cette sélection 2021 :

"Le sanctuaire" de Laurine ROUX"

"Over the rainbow" de Constance JOLY

"Avant le jour" de Madeline ROTH

"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault BERARD

"Les orageuses" de Marcia BURNIER

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

"Avant elleJohanna KRAWCZYK

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT

"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

Voir les commentaires

2021-04-10T06:00:00+02:00

le Sanctuaire de Laurine ROUX

Publié par Tlivres
le Sanctuaire de Laurine ROUX

Les éditions du Sonneur

Signer avec les 68, c’est accepter de sortir des sentiers battus, quitter sa zone de confort et se laisser porter par la promesse de découvrir un certain registre de la littérature. le Sanctuaire a n’en pas douter illustre parfaitement cette expérience littéraire.

Papa, Maman, June et Gemma, la narratrice, vivent dans une cabane dans la montagne, loin des hommes, qui seraient tous morts, loin des oiseaux qui transmettraient un virus. C’est dans ce refuge que la famille organise sa survie. Le père part ponctuellement quelques jours. Gemma chasse, le petit comme le gros gibier, au couteau ou au tir à l’arc. A force de flirter avec l’interdit, Gemma découvre le plaisir de le défier... à ses risques et périls.

le Sanctuaire, second roman de Laurine ROUX, est un conte des temps modernes. S’il n’avait été écrit avant la pandémie de la covid19, le propos aurait à n’en pas douter trouvé sa source dans la période que nous traversons. Il est question d’un virus transmis à l’homme par l’animal, de confinement, d’instinct de survie, de besoins primaires et de biens essentiels. Le texte érige les limites géographiques du sanctuaire, jolie métaphore pour illustrer les limites psychologiques incarnées par le conte, entre fiction et réalité, mort et vie, personnages imaginaires et vivants, sauvages et hommes civilisés, croyances et faits...

C'est une allégorie de la caverne de Platon et Socrate, celle-là même qui opposait le bien et le mal.

Il est question aussi d’apprentissage. Loin de la modernité, de la ville et de la société de consommation, l’homo sapiens du XXIème siècle s'isole en pleine nature pour y puiser de la force.


La matinée est encore fraîche mais le soleil rôtit la crête des conifères ; ses rayons lardent mon visage, je me love dans leur moelleux. P. 109

D'ailleurs, il est dédié "Au petit peuple de Walden junior". Walden ou la Vie dans les bois, c'était un récit de Henry DAVID THOREAU, un pamphlet publié au XIXème siècle. On est tout à fait dans cette dimension avec "le Sanctuaire" de Laurine ROUX.

L'homo sapiens, donc, se recentre sur ses besoins vitaux, dormir et manger. Le père enseigne la chasse à ses filles de façon autoritaire. Ce roman devient un précis philosophique à moins qu’il ne soit en réalité un acte politique. Il puise dans les concepts du survivalisme qui mise sur l’effondrement du monde et la survie du genre humain, isolé, armé.

La boucle ne serait pas bouclée sans la fusion de l’homme avec le règne animal. Il y a des passages absolument fascinants sur la communication avec l’aigle.  

Enfin, terminons avec la qualité de la plume de Laurine ROUX. L’intrigue est parfaitement maîtrisée et le propos audacieux. Cette lecture, c’est assurément un moment hors du temps, et tout en poésie s'il vous plaît.


Le futur était à l’image de ces boîtes colorées : une succession de jours qui, chacun, recelait une promesse de bonheur. Il suffisait d’ouvrir le couvercle. P. 27

Retrouvez les autres romans de cette sélection 2021 :

"Over the rainbow" de Constance JOLY

"Avant le jour" de Madeline ROTH

"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault BERARD

"Les orageuses" de Marcia BURNIER

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

"Avant elleJohanna KRAWCZYK

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT

"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

Le bal des 68 se poursuit. J'invite Christophe MAE et sa "Nature" pour la 10ème danse, laissez-vous enivrer...

Voir les commentaires

2021-04-03T06:00:00+02:00

Over the rainbow de Constance JOLY

Publié par Tlivres
Over the rainbow de Constance JOLY

"Over the rainbow", c'est le titre d'une chanson écrite par Edgar YIPSEL HARBURG pour Judy GARLAND en 1939, reprise plus récemment par Israel "IZ" Kamakawiwoʻole's Platinum. 

Pour la 9ème danse de l'édition 2021 du bal des 68 Premières fois

"Over the rainbow", c'est aussi le titre du second roman de Constance JOLY publié chez Flammarion. Vous vous souvenez peut-être comme moi de son premier "Le matin est un tigre"... Si la complicité fusionnelle d'une mère et sa fille était le coeur du sujet, là, c'est un tout autre duo que va explorer Constance JOLY.

L'écrivaine puise dans ses souvenirs...

Jacques est né à Nice. Il a un petit frère, Bertrand un brin différent. Scandale, un dimanche, quand la famille rentre plus tôt que prévu à la maison après une promenade, Bertrand est découvert dans un lit avec un homme, noir. Sa punition, un exil en Guadeloupe, loin des yeux, loin du coeur. Mais avant le départ, il y a des mots qui claquent. "Ce n'est pas moi le plus pédé des deux" ! Les deux garçons de la famille seraient-ils homosexuels ? Le ver est dans le fruit et même si Jacques va engager une vie de couple avec Lucie à Paris, dans un logement situé près de la Closerie des Lilas, avoir une fille, Constance, il n'en demeure pas moins que le professeur de littérature italienne lutte contre son désir. En 1976, il part avec Ivan. La mère de Constance, désespérée, fait une tentative de suicide. Dès lors, plus rien ne sera pareil pour la petite fille sur la photo de la première de couverture.

Ce roman d'auto fiction, c'est une formidable preuve d'amour d'une fille à son père. Il est singulier dans ce qu'il découvre de l'intimité d'un noyau familial. Sous la plume de Constance JOLY, le père devient personnage de roman avec tout ce que cela recouvre de beau, séduisant, charmant, de triste aussi. L’écrivaine décrit très joliment sa démarche...


J’ai l’impression de tricoter à grosses mailles en écrivant pour te sortir de l’ombre. P. 37

Ce roman, c'est aussi celui d'une époque, les années sida. Je découvre que je suis née la même année que Constance JOLY et que ses références font rejaillir mes propres souvenirs. Jamais je n'oublierais bien sûr le baiser de Clémentine CELARIE à un malade du sida sur un plateau de télévision, vous aussi, non ? Et même si Constance JOLY ne n’évoque pas cet événement en particulier, ce qu'elle décline tout au long du roman, c'est cette époque contaminée par un virus sexuellement transmissible, c'est cette époque où la jeunesse portée par un élan de liberté est freinée dans son élan amoureux. Elle doit "sortir couvert". Aujourd'hui, on le fait aussi, mais différemment.

Avec le sida, c’est aussi la focale mise sur l’homosexualité, masculine. Par le jeu de l’écriture, Constance JOLY restaure la beauté d’une relation amoureuse. Qu’il s’agisse d’une relation homme femme ou homme homme, rien ne change, la passion vous vrille toujours les tripes, c’est le corps qui parle et nous enivre de jouissance...


Tu comprends ce qu’être heureux veut dire. Tu le comprends dans les fibres de ton corps, qui s’épanouit largement, comme s’il occupait plus d’espace à l’intérieur. P. 72

J’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume profonde et sensible de Constance JOLY. Elle brosse un très beau portrait d’un homme aujourd’hui disparu. Le voilà éternel !
 
Retrouvez les autres romans de cette sélection 2021 :

« Avant le jour » de Madeline ROTH

"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault BERARD

"Les orageuses" de Marcia BURNIER

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

"Avant elleJohanna KRAWCZYK

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT

"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

Vous prendrez bien quelques notes de musique avant de me quitter ! Si la playlist de Constance JOLY est foisonnante, je ne retiendrais qu’un titre, allez, dansez maintenant... 

Voir les commentaires

2021-03-27T09:11:44+01:00

Avant le jour de Madeline ROTH

Publié par Tlivres
Avant le jour de Madeline ROTH
 
Pour la 9ème danse de l'édition 2021 du bal des 68 Premières fois, on reste dans le registre de l'amour, du langoureux, du slow quoi !
 
Tout commence avec la vente d’un vélo d’appartement d’occasion, et puis, boum, le coup de foudre. Elle, elle a un grand garçon de 13 ans, lui, il a une femme, Sarah. Entre eux, l'histoire dure depuis quatre ans. Mais quelle histoire. Une histoire d'amour ? Une histoire de sexe ? Ce séjour prévu à Turin rien que pour eux, tous les deux, permettra peut-être de répondre aux questions qu'elle se pose. Mais, la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Quelques jours avant le départ, un sms tombe, il l’informe du décès du père de Sarah, il ne s’envolera donc pas avec elle pour l’Italie. Et elle, s’envolera-t-elle ?
 
"Avant le jour", c'est un court roman, imprimé en gros caractères. Je vais essayer de ne pas rédiger une chronique qui soit plus longue que la prose de Madeline ROTH. Un vrai challenge !
 
Je vais en profiter pour casser le modèle habituel, je vais commencer par évoquer la qualité de la plume. Imaginez, il est 5h du mat, je suis réveillée, je lis, et me retrouve à faire une séance d’abdos... non, vous ne rêvez pas. Inlassablement je me relève plusieurs fois par page pour noter des citations. En fait, le livre n’en est qu’une !
 
Que de références de nouvelles lectures glanées aussi, et puis celle de cette toile...
Une jeune femme à la fenêtre de Dali (1925)

Une jeune femme à la fenêtre de Dali (1925)

Je ne vous en dis pas plus !
 
Les mots sont beaux, justes, percutants. Le propos est d’une grande sensibilité, il y a la dimension de la femme, de l’épouse, de la mère, de l’amante... et puis cette passion amoureuse pour un homme qui n’est pas libre.
 
Ce roman, c'est un hymne au désir, celui que voue une femme à un homme, loin d'elle. 


Je ne veux pas penser à ce sentiment du vide. Je ne veux pas que l'absence de Pierre sot ressentie comme cela, comme un vide. Je veux bien de l'impatience et de la peur, mais pas du sentiment de perte, du sentiment d'abandon. Je veux aller lentement. je veux être l'aube et le crépuscule, le doute et la certitude, je veux pouvoir être perdue et sourire. Et imaginer qu'il me voit, ici, perdue et souriante. P. 47

Madeline ROTH décrit avec beaucoup de minutie la manière qu’a l’absence de vous habiter, vous envahir, vous faire souffrir à en mourir !


Dire je crois que j'en crève de marcher à côté de ma vie, comme ça. Sans toi dedans. P. 12

L'absence vous empêche de voir... le reste du monde. Le voyage en Italie, c’est la partie visible de l’iceberg. Ce qui fait de ce roman sa singularité, c’est le voyage au coeur de l’intime de cette femme que le doute ronge à petit feu.
 
J’ai adoré l’accompagner sur 7 jours, ça peut paraître court à moins que ça ne soit très long...
 
Ce roman, c’est un peu comme les « finger » de cadbury de mon enfance. Quand on le lit, on aimerait en avoir plus, beaucoup plus... mais à bien y réfléchir, je crois qu'il ne fallait pas un mot de plus. Le jeu de l'écriture m’a captivée et puis, c'est tout ce qu'il suggère, à la fin, qui en fait un biscuit délicieux. Imaginez, vous êtes à table, il reste quelques miettes que vous allez lentement coller à votre doigt pour les savourer une à une et faire durer le plaisir...
 
comme les autres romans de cette sélection 2021 :

"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault BERARD

"Les orageuses" de Marcia BURNIER

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

"Avant elleJohanna KRAWCZYK

"Le premier Homme" de Raphaël ALIX

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT

"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

Et puis, il y a quelques notes de musique, celles du bal des 68 qui résonnent, on reste enlacés... à danser !

Voir les commentaires

2021-03-20T09:02:05+01:00

Il est juste que les forts soient frappés de Thibault BERARD

Publié par Tlivres
Il est juste que les forts soient frappés de Thibault BERARD

Place à la 8ème danse de l'édition 2021 du bal des 68 Premières fois, place à un slow, tout doux, tout tendre, empreint d'un immense amour...

 

Il y a des romans qui vous prennent à la gorge dès les premières lignes, assurément, celui de Thibault BERARD fait partie de ceux-là, "Il est juste que les forts soient frappés" chez les éditions de l'Observatoire.

Sarah, la narratrice, est morte à l’âge de 42 ans. Elle se remémore son adolescence, sa première histoire d’amour avec un homme de 15 ans de plus qu’elle, ses actes de bravoure à l’encontre de la grande faucheuse. Si elle ne l’a pas emmenée lorsqu’elle avait vingt ans, Sarah était persuadée qu’elle viendrait la chercher avant la quarantaine. Elle l’a toujours dit à Théo, son amour, son lutin. Elle n’était donc pas surprise quand, à 38 ans, alors qu’elle est enceinte de 7 mois de son deuxième enfant, un garçon, le couperet tombe avec l’annonce d’une tumeur cancéreuse très mal placée la menaçant de mort imminente. Théo s’est battu comme un fou pour sauver son moineau mais il n’était pas de taille, les dés étaient jetés, les jours comptés, impossible de reculer.
 
Ce roman, je vous vois déjà vous dire, il n’est pas pour moi, et pourtant ! Thibault BERARD, éditeur chez Sarbacane, nous livre un hymne à la vie. Largement inspiré de son histoire personnelle, le propos de ce livre ô combien audacieux est un petit bijou de la littérature. Thibault BERARD aurait pu en faire un essai à l’image de ce qu’a livré Mathias MALZIEU dans son "Journal d'un vampire en pyjama", il a décidé d’en faire une fiction et c’est somptueusement réussi.
 
En ouvrant ce livre, vous acceptez de monter dans l’ascenseur émotionnel parfaitement maîtrisé par l’écrivain, vous allez vivre d’intenses moments de bonheur, vous envoler très haut, et puis, vous allez vivre des moments de grand désespoir, tomber très bas. 

Loin du pathos que j’avais soupçonné, l’écrivain surfe sur les références musicales et cinématographiques pour ponctuer le roman de formidables bouffées d’air. Les respirations artistiques comme cette citation « Welcome home, Mister Bailey. » extraite du film de Frank CAPRA « La vie est belle », sont autant de moyens de quitter cette réalité qui les assaille.
 
Et puis, il y a ce brin de fantaisie, cette fraîcheur d’esprit, tout ce qu’un jeune couple peut vivre d’original, de drôle, de fantasque, se retrouve dans la plume de ce primo-romancier. 


J’ai eu le temps de m’imaginer en cellule humanoïde fonçant à travers les artères de mon propre corps, butant sur cette immense masse noire gélatineuse qui m’aplatissait un poumon et ma veine la plus vitale, celle qui pompait le sang jusqu’à mon cœur... P. 95

Les mots sont beaux, les phrases délicates et sensuelles, les métaphores joueuses, les personnages sublimés, les sentiments magnifiés, le livre profondément touchant.
 
Ce roman, c’est une magnifique histoire d’amour entre un homme et une femme, une complicité sans faille qui agit comme un cocon protecteur du monde :
 


Nos esprits dévastés se braillaient l’un à l’autre la même phrase par le canal du regard, en boucle, nous rendant sourds à tout ce qui nous entourait. P. 93

Théo, le lutin, et Sarah, le moineau, sont attendrissants à l’envie. Ils sont éminemment romantiques et ne peuvent que nous transporter avec l’euphorie, la fougue et l’énergie, qui les animent. 

Ce roman, c’est aussi un hymne à l’amitié. Le réseau d’amis proche résiste à tout, y compris la maladie. Il y a toute une galerie de personnages autour du couple, ils aident Sarah à vivre les événements, ils aident Théo à les surmonter.

Ce roman est d’une luminosité incroyable, il est porteur d’espoir dans tout ce qu’il a de plus beau.

Enorme coup de coeur.

Souvenez-vous des autres romans de cette sélection 2021 :

"Les orageuses" de Marcia BURNIER

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

"Avant elleJohanna KRAWCZYK

"Le premier Homme" de Raphaël ALIX

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT

"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

Maintenant, musique !

Voir les commentaires

2021-03-13T10:38:25+01:00

Les orageuses de Marcia BURNIER

Publié par Tlivres
Les orageuses de Marcia BURNIER

Place à la 7ème danse de l'édition 2021 du bal des 68 Premières fois.

Après trois morceaux de hard rock, changement de tempo. Attention à toutefois ne pas baisser la garde. Le #premierroman de Marcia BURNIER chez Cambourakis éditions : "Les orageuses", est violent !

Il était une fois... on pourrait croire au conte de fées mais vous allez voir que l’on en est bien loin, à moins que la vengeance et la réparation ne soient un brin fabuleuses. 
 
Il était une fois, donc, un gang de filles, toutes des meufs violées, des filles dont les corps n'en font qu'à leur tête. Comment être bien dans sa peau quand vous avez été contraintes, souillées, pénétrées par des membres abjects ? Mia, Lucie, Leo, Lila, Inès... sont autant de femmes que la colère anime. Pourquoi la violence serait l’apanage des hommes ? Franchement, quelle question !  Ces femmes qui se ressemblent, donc, décident de faire communauté avec un objectif : se faire justice soi-même puisqu'elles ne peuvent compter sur les institutions pour leur rendre leur du. Et si elles réglaient d'abord leurs comptes avec leurs assaillants, leurs prédateurs ?
 
Vous l’aurez compris, le ton est ironique, un brin sarcastique.
 
Les violences faites aux femmes font l’actualité, dans les médias comme en littérature, au risque de banaliser un phénomène dont la gravité est sans bornes. Peut-être vous dites-vous d'ailleurs que ce roman est de trop et pourtant, il mérite que l’on s’y attarde, je vous assure.
 
Ce livre se structure autour d’un scénario burlesque, une manière de tourner en dérision tout ce qui agresse les femmes. Il m'a fait penser à "Une joie féroce" de Sorg CHALANDON. Marcia BURNIER a ce talent de vous surprendre, vous faire emprunter une voie que vous n'aviez pas imaginée.
 
Ce roman écrit par la co-fondatrice du zine littéraire féministe It’s Been Lovely but I have to scream Now est un propos militant, une manière de dénoncer la société dans tout ce qu’elle a de plus pervers.
 
J’ai été profondément touchée par la résonance du viol dans la chair et l’esprit de toutes ces femmes. L’approche du corps est d’une incroyable sensibilité.


À nouveau, elle avait pensé que son corps se dérobait. Elle avait mal quand elle se levait, elle avait l’impression d’être constamment recouverte de mille coupures à peine cicatrisées. P. 39

Il ne faut pas plus de cent quarante deux pages pour Marcia BURNIER pour vous embarquer. Je me suis surprise à rêver de descendre dans la rue, moi aussi, pour manifester, voire plus, regarder la face béate de ces hommes surpris du pouvoir des femmes. Tiens, ils ne l'avaient pas imaginé dans cette forme, les femmes n'ont plus d'ailleurs. Peut-être une affaire d'éducation...


Personne n’apprend aux filles le bonheur de la revanche, la joie des représailles bien faites, personne ne leur dit que rendre les coups peut faire fourmiller le cœur, qu’on ne tend pas l’autre joue aux violeurs, que le pardon n’a rien à voir avec la guérison. P. 101

Il y a des passages magnifiques sur l'art du tatouage et ce pourquoi certaines femmes s'y adonnent jusqu'à couvrir des pans entiers de leur corps, une certaine forme de rédemption.

Personnellement, je ne l'avais jamais abordé de cette manière, le propos est éclairant. Plus jamais je ne porterai le même regard sur les peintures réalisées sur le corps !


L’encre, c’était un peu comme des vêtements qui restaient, une armure, une mise à distance des autres. Au lieu de regarder le corps, les autres regardaient les tatouages, et Lucie avait arrêté de rentrer le ventre. P. 130

Quant au harcèlement de rue qui pourrait paraître bagatelle à certains, je crois que je ne pourrais plus le supporter. Il suffit de voir décrite la peur des femmes pour s'en convaincre...


Elle peste contre cette angoisse qui débarque quand la nuit tombe, quand elle recouvre tout, qu’elle rend les coins plus sombres et ses pas plus bruyants, les hommes menaçants et ses cris inaudibles. P. 12

La plume est belle, l’objet dérangeant.
 
La première de couverture est une œuvre d’art, vraiment. C'est la création de Marianne ACQUA, je vous invite à aller visiter son compte Instagram.
 
C’est avec des romans comme ceux-là que la société changera, j'en suis certaine. Marcia BURNIER donne la parole à des invisibles, elle se fait le relais des "sorcières", ces personnages des contes de fées réhabilités par les féministes dans les années 1970, tiens, le conte de fée, on n'en était pas si éloigné.e.s finalement, et puis avec les 68, tout peut arriver, non ? 
 
Souvenez-vous des autres romans de cette sélection 2021 :

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

"Avant elleJohanna KRAWCZYK

"Le premier Homme" de Raphaël ALIX

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT

"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

Maintenant, musique !

Voir les commentaires

2021-03-11T07:00:00+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Carine JOAQUIM

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Carine JOAQUIM

Dans les pas de Flo and books, et pour cette édition 2021 du mois de #marsaufeminin, j'ai choisi de dérouler le tapis rouge à Carine JOAQUIM.

Cette plume, je l'ai découverte très récemment avec un premier roman, "Nos corps étrangers" repéré par les fées des 68 Premières fois

En ouvrant ce livre, vous acceptez de tendre vers le chaos mais à pas mesurés.

J’ai été fascinée par le personnage d’Elisabeth, la mère de Maëva, une femme partagée entre son statut d’épouse et de mère, qui va progressivement s’en émanciper pour se réaliser.
 
Le plus fort, à n'en pas douter, c’est la chute, absolument effroyable, une chute que je n'avais pas soupçonnée mais qui dévoile à quel point nos corps peuvent devenir des étrangers.
 
Ce roman, c’est une lecture coup de poing de cette édition 2021, servie par une plume talentueuse.

Si j’en suis sortie épouvantée, j’ai pourtant aimé que Carine JOAQUIM porte un regard particulier sur des sujets éthiques du moment, l’accueil et l’intégration en milieu scolaire de personnes porteuses de handicap, la définition de l’âge des migrants isolés avec l’éventualité de tests osseux...
L’écrivaine est enseignante, peut-être a-t-elle puisé son inspiration dans ce qu’elle côtoie au quotidien ? Dans tous les cas, elle permet à des problématiques de sortir des établissements scolaires et de nous être servies sur un plateau doré, à nous maintenant de les MEDITER !

Je crois que Carine JOAQUIM mérite bien son hashtag #femmesdelettresalhonneur (initié par Moonpalaace) tout comme Alexandra KOSZELYK, Sandrine COLLETTE, Angélique VILLENEUVE, Louise MEY, Catherine ROLLAND, Carole ZALBERG, Marie CHARVET, Fatou DIOME, Adelaïde BON et Johanna KRAWCZYK.

Mars au féminin, tapis rouge pour Carine JOAQUIM

Voir les commentaires

2021-03-10T19:19:13+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Johanna KRAWCZYK

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Johanna KRAWCZYK

Dans les pas de Flo and books, et pour cette édition 2021 du mois de #marsaufeminin, j'ai choisi de dérouler le tapis rouge à Johanna KRAWCZYK.

Cette plume, je l'ai découverte très récemment avec un premier roman, "Avant elle" repéré par les fées des 68 Premières fois

C’est une lecture coup de poing. J’ai l’impression d’être montée sur un ring et d’avoir été passée à tabac.
 
D’abord, il y a la vie de Carmen, ses souffrances, son « obsidienne » qui la tenaille. Je suis tombée dès les premières pages dans le piège de la psychiatrie tendu par l’autrice, Johanna KRAWCZYK. Tout mon corps s’est mis à vibrer aux soubresauts de Carmen.
 
Et puis, il y a l’histoire, le scénario. Imaginez, vous avez 36 ans et vous ne connaissez quasiment rien de votre famille, vous êtes en quête d’identité. Votre mère a disparu dans des conditions inexpliquées. Votre père a toujours été un taiseux, rien à tirer de lui.

Enfin, il y a la narration. Johanna KRAWCZYK alterne judicieusement le propos à trois voix. Il y a les passages extraits des carnets de son père qui dévoilent son passé. Il y a les paroles de Carmen adressées à son père, un peu comme s’il était encore vivant et qu’elle pouvait converser avec lui. Enfin, il y a la petite voix  intérieure de Carmen, celle de l’intime, celle qui la torture, lui vrille les tripes, celle qui la tyrannise.

La construction est habile et audacieuse, le pari réussi. La chute est vertigineuse !

Je sors de ce premier roman foudroyée par la puissance du propos. « Avant elle » n’est rien d’autre qu’une bombe... de mots !

Voir les commentaires

2021-03-06T07:00:00+01:00

Ce qu’il faut de nuit de Laurent PETITMANGIN

Publié par Tlivres
Ce qu’il faut de nuit de Laurent PETITMANGIN

Jamais 2 sans 3 ! Nouvelle lecture coup de poing de l'édition 2021 du bal des 68 Premières fois. Après, 

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

"Avant elleJohanna KRAWCZYK

me voilà de nouveau à terre !

Fus est un jeune garçon passionné de football et reconnu pour ses qualités sportives dans le club du village. Son père l'accompagne aux matches le dimanche matin. C'est le rendez-vous, un lieu de rencontre des copains, comme un rituel qui tient toute sa place dans une journée de collégien qui se poursuit avec la visite de la moman à l'hôpital. Elle est malade d'un cancer. Trois années durant, Fus et son père seront au chevet d'une femme battue par la maladie. Quand elle s'éteint, Fus s'occupe de son jeune frère, Gillou, pendant que leur père travaille de nuit à la SNCF. Le premier été suivant la mort de la moman, les trois garçons partent en vacances en camping. Il n'y aura qu'une année tous ensemble. Fus grandit, il a de nouveaux copains, d'autres plans. Et puis rapidement, c'est l'engrenage, la distance prise avec Jérémy, son pote d’enfance,  un retour à la maison avec un bandana affichant une croix celtique, et puis, l’impossibilité à communiquer d'homme à homme, et puis, l’extrême, l’irréparable... 

La narration de ce roman est à la première personne du singulier.

Derrière le je, il y a un homme, un Français du 54, un employé de la SNCF, un supporter du FC Metz, qui s'exprime dans une langue un brin populaire, qui dévoile ses états d'âme comme une confession. Le texte est au présent, un peu comme si le narrateur nous dévoilait son journal intime au fil des années.

Derrière le je, il y a un veuf. Sa femme est décédée. Elle l'a laissé seul. Il n'y a pas eu d'élan de tendresse, de complicité amoureuse, de gestes passionnés. Elle est partie comme elle a enduré la maladie, avec fatalisme. Il s'évertue pourtant à penser qu'elle serait fière de lui...


La moman m’habitait dans ces moments, je pense qu’elle était contente de la façon dont je gérais l’affaire. P. 95

Derrière le je, il y a un père, un être qui se sent responsable, en charge de deux garçons. C'est quelqu'un qui gère le quotidien avec ses armes. Les mots et les grands discours, c'est pas son truc, mais quelle preuve d'amour ! Bien sûr, s'il n'avait pas été directement concerné par l'affaire, il aurait pris de la distance, il se serait peut-être même exprimé, mais là... c'est un peu comme une déferlante qui s'abat sur lui. Il est tétanisé par la gravité des faits et rongé par un sentiment de culpabilité.


Un réflexe de vieux, poussif à ne plus en pouvoir, mais j’avais agi en père dont le fils était en danger. P. 10

A travers cet itinéraire familial, c'est un roman social, celui de la désillusion d'une famille, de la mort d'une industrie, d'une région aussi. 

Laurent PETITMANGIN, à défaut de comprendre, tente d'expliquer, par l'exemple, la montée du populisme, l'adhésion à une idéologie de haine, l'expression par les poings.

A la naissance, tous les bébés se ressemblent, leurs destins seront pourtant fondamentalement différents. C'est aussi la paternité qui est explorée dans une famille monoparentale, la jeunesse d'un enfant bafouée, le deuil, l'adolescence, cette période de toutes les prises de risques, de vulnérabilité aussi.


Que toutes nos vie, malgré leur incroyable linéarité de façade, n’étaient qu’accidents, hasards, croisements et rendez-vous manqués. Nos vies étaient remplies de cette foultitude de riens, qui selon leur agencement nous feraient rois du monde ou taulards. P. 171

Je me suis rapidement retrouvée piégée par le jeu d'écriture de l'auteur. La pression a monté, mon indignation aussi. J'ai senti mon coeur se serrer et puis la digue a lâché. Je me suis retrouvée à fondre en larmes sur les toutes dernières pages, la chute est magistrale.

La plume, je l'ai dit, elle est un brin populaire, ça ne l'empêche pas d'être empreinte d'une tendresse profonde et d'une force inouïe.

Chapeau Monsieur PETITMANGIN pour le contenu de l'histoire, la qualité du scénario.

Chapeau aussi à La Manufacture de livres, il fallait oser.

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN

tout juste lauréat du Prix Libr'à nous,

également le grand gagnant des Prix Stanislas et Femina des Lycéens,

est en lice pour le Prix Saint-Georges du Premier roman organisé par la Librairie de Pithiviers avec

"Avant elleJohanna KRAWCZYK

"Le premier Homme" de Raphaël ALIX

Que le meilleur gagne !

 

Au bal des 68 Premières fois, "Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN succède à :

"Avant elle" de Johanna KRAWCZYK

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT
"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

on reste dans le registre du hard rock. Je vous propose "Demon Fire" du groupe AC/DC...

Voir les commentaires

2021-02-27T07:00:00+01:00

Avant elle de Johanna KRAWCZYK

Publié par Tlivres
Avant elle de Johanna KRAWCZYK

Il y a des romans dont les premiers signes sont avant-coureurs.
 
"Avant elle" commence avec cette citation 
 
"Nous portons tous en nous une maison effondrée, tu ne crois pas ! Dis-moi ce qui te manque, cave ou grenier, quelle paroi vacille en toi, quel plancher, où se planquent tes termites et tes araignées, tes lézardes et ton salpêtre, où sont tes débarras, tes issues de secours et tes portes condamnées, ta chambre obscure, tu la connais ? Et ta pièce vide ?"
 
extraite de "La Folie Elisa" de Gwenaëlle AUBRY, un livre dont la lecture m'avait terrassée ; je ne pouvais qu'en sortir K.O., non ?
 
Carmen a 36 ans, elle est amoureuse de Raphaël. Tous deux sont les parents d’une petite fille, Suzanne. Carmen est Maîtresse de conférence, spécialiste de l’Amérique Latine. Son père est mort d’un AVC il y a un an et sept mois, sa mère, elle, s’est suicidée quand elle n’avait que 11 ans. Carmen va de mal en pis. Dans le jargon de la psychiatrie, elle est classée TPB, elle souffre des troubles de la personnalité borderline, elle est hypersensible et alcoolique. Un jour, Carmen reçoit un appel téléphonique. Le contrat d’un box de garde-meubles arrive à échéance, elle doit le vider, sinon les biens seront détruits. Quand Carmen arrive sur place, elle découvre que le box ne contient qu’un bureau ancien, un fauteuil et une lampe. Les tiroirs du bureau sont vides. Elle décide de le faire livrer chez elle, un copain s’en charge. A force de persévérance, Carmen trouve une petite clé et dans un des pieds du meuble une boîte avec tout un tas de documents, des photos, des carnets. Ils sont écrits de la main de son père. Elle commence à les lire, elle sombre. Raphaël n’en peut plus, il lui fixe un ultimatum. Elle doit s’en sortir si elle veut poursuivre sa vie avec lui et leur enfant. Carmen consacre ses jours, ses nuits, à découvrir l’histoire familiale, une histoire singulière intimement liée à la grande Histoire de l’Argentine, un scénario de pure folie !
 
Ce premier roman, c’est une lecture coup de poing. J’ai l’impression d’être montée sur un ring et d’avoir été passée à tabac.
 
D’abord, il y a la vie de Carmen, ses souffrances, son « obsidienne » qui la tenaille. Je suis tombée dès les premières pages dans le piège de la psychiatrie tendu par l’autrice, Johanna KRAWCZYK. Tout mon corps s’est mis à vibrer aux soubresauts de Carmen.
 
Et puis, il y a l’histoire, le scénario. Imaginez, vous avez 36 ans et vous ne connaissez quasiment rien de votre famille, vous êtes en quête d’identité. Votre mère a disparu dans des conditions inexpliquées. Votre père a toujours été un taiseux, rien à tirer de lui.


Le mensonge protège là où la vérité foudroie, pourquoi faudrait-il toujours que la vérité triomphe ? P. 101

Même si Carmen s’interroge, elle sait qu’elle ne peut résister devant l’appât des confessions. Partir à la découverte des carnets et de tout ce qu’ils dévoilent relève du jubilatoire. Le roman devient un véritable page turner, je n'ai moi-même pas pu résister !
 
Le contexte historique creuse encore l'abîme, la dictature argentine, ces périodes finalement universelles où les hommes deviennent des héros... ou des salauds. Je ne vous en dirai pas beaucoup plus, juste que cette lecture a fait resurgir le souvenir de "Mapuche" de Caryl FEREY !
 
Au fur et à mesure des révélations, le corps de Carmen encaisse, se débat, s’écrase, se relève, se brise. Sous la plume de Johanna KRAWCZYK, les uppercuts sont violents.


Cette différence de perception m’effraie souvent. Un événement peut être insignifiant pour l’espèce humaine et, dans un même espace-temps, le drame d’un individu. P. 74

Enfin, il y a la narration. Johanna KRAWCZYK alterne judicieusement le propos à trois voix. Il y a les passages extraits des carnets de son père qui dévoilent son passé. Il y a les paroles de Carmen adressées à son père, un peu comme s’il était encore vivant et qu’elle pouvait converser avec lui. Enfin, il y a la petite voix  intérieure de Carmen, celle de l’intime, celle qui la torture, lui vrille les tripes, celle qui la tyrannise.

La construction est habile et audacieuse, le pari réussi. La chute est vertigineuse !


Elle s’est envolée et a laissé à sa place une pierre qui me tranche les tripes comme un silex. P. 75

Je sors de ce premier roman foudroyée par la puissance du propos. « Avant elle » n’est rien d’autre qu’une bombe... de mots !

A ceux qui ne savent pas encore ce que représente la littérature pour moi, et ce roman en particulier, j’emprunte à Johanna KRAWCZYK cette citation :


Votre passion commune, votre luxe, c’était la littérature. Monsieur Martín t’en parlait comme d’un membre de sa famille, il te disait qu’elle était généreuse, qu’elle savait accueillir toutes sortes de récits en son sein, et que ce qu’il vénérait par-dessus tout, c’était quand la langue éclatait. Une bombe de mots qui te propulse dans un autre monde. P. 73

Au bal des 68 Premières fois, "Avant elle" succède à

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT
"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

"Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM

Après quelques notes de guitare et puis une danse pop, place à un morceau de hard rock avec "You're A Lie" de Slash... Allez, musique !

"Avant elle" est en lice pour le Prix Saint-Georges du Premier roman organisé par la Librairie de Pithiviers. Il est en lice avec

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent PETITMANGIN

"Le premier Homme" de Raphaël ALIX

Que le meilleur gagne !

 

Voir les commentaires

2021-02-20T07:00:00+01:00

Nos corps étrangers de Carine JOAQUIM

Publié par Tlivres
Nos corps étrangers de Carine JOAQUIM

La Manufacture de Livres

L’édition 2021 du bal des 68 Premières fois continue. Après quelques notes de guitare pour accompagner

"Tant qu'il reste des îles" de Martin DUMONT
et
"Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE

 
changement de registre. Je vous propose « Dance Monkey » de Tones and I pour accompagner "Nos corps étrangers" de Carine JOAQUIM, un premier roman publié chez La Manufacture de Livres, la maison de Laurent PETITMANGIN avec "Ce qu'il faut de nuit" et Franck BOUYSSE "Né d'aucune femme". Si vous connaissez un peu cette maison d'édition, vous savez à peu près à quoi vous attendre, pour les autres, vous allez plonger dans un roman noir.
 
Tout commence avec les funérailles de la grand-mère paternelle de Maëva. Cette adolescente parisienne se serait bien passée de ces quelques jours d'absence en pleine rentrée scolaire dans un collège de campagne. Ses parents ont eu la très mauvaise idée de vouloir quitter Paris pour acheter un pavillon avec jardin et dépendance, de quoi aménager un atelier à Elisabeth, sa mère qui souhaite se consacrer à la peinture. Stéphane, le père de Maëva, fera les trajets pour se rendre au bureau mais il doit bien ça à son épouse. Dans le couple, ce n'est pas la folie mais il s’offre un nouveau départ. Son harmonie, à peine retrouvée, va toutefois prendre du plomb dans l'aile avec sa fille qui a quelques difficultés à s'intégrer et va s'amouracher d'un garçon, noir, de la classe. L’adolescente prend ses aises, joue dans le registre de l'insolence jusqu'à un acte odieux, irréparable. Mais c'est là que pour tous démarrent une nouvelle histoire...
 
En ouvrant ce livre, vous acceptez de tendre vers le chaos mais à pas mesurés.
 
Je vous ai dit quelques mots de la situation de Maëva. Par la singularité du personnage de roman, Carine JOAQUIM évoque des comportements adolescents d'aujourd'hui, connectés aux réseaux sociaux, abreuvés de vidéos abjectes et parfois prises à l’insu des êtres dont la vie ne tient plus qu’à un clic. L'écrivaine brosse le portrait d'une jeunesse que rien n'arrête, une génération portée par un élan d'invincibilité, influencée par les fréquentations du moment, une génération exposée à tous les dangers. Les gens changent, les générations se succèdent et ont sensiblement les mêmes travers mais avec internet, la prise de risque est décuplée, peut-être le nouveau fléau de notre société.
 
A ce parcours chahuté de Maëva, s'y greffent des vies d'adultes nourries d'infidélité, de perfidie et de tromperie, des adultes qui, eux aussi, semblent chercher leur voie. La fragilité et la quête d’amour ne sont pas l’apanage de la jeunesse, loin de là. Les corps de Stéphane et Elisabeth en rêvent aussi. Ils veulent du charnel, de la sexualité, mais la vie n’est pas si simple, et les individus tentent parfois leur chance à l’extérieur du cocon familial pour assouvir leurs besoins.


Quelques heures durant, ils étaient seuls, ils étaient libres, rien que des âmes flottant dans des corps enfiévrés, profitant d’une renaissance dont ils sortaient, sans vraiment le savoir, un peu plus transfigurés à chaque fois. P. 121

Là aussi, attention, danger !
 
J’ai été fascinée par le personnage d’Elisabeth, la mère de Maëva, une femme partagée entre son statut d’épouse et de mère, qui va progressivement s’en émanciper pour se réaliser.
 
Le plus fort, à n'en pas douter, c’est la chute, absolument effroyable, une chute que je n'avais pas soupçonnée mais qui dévoile à quel point nos corps peuvent devenir des étrangers.
 
Ce roman, c’est une lecture coup de poing de cette édition 2021, servie par une plume talentueuse. Si j’en suis sortie épouvantée, j’ai pourtant aimé que Carine JOAQUIM porte un regard particulier sur des sujets éthiques du moment, l’accueil et l’intégration en milieu scolaire de personnes porteuses de handicap, la définition de l’âge des migrants isolés avec l’éventualité de tests osseux... L’écrivaine est enseignante, peut-être a-t-elle puisé son inspiration dans ce qu’elle côtoie au quotidien ? Dans tous les cas, elle permet à des problématiques de sortir des établissements scolaires et de nous être servies sur un plateau doré, à nous maintenant de les MEDITER !

Voir les commentaires

2021-02-13T07:00:00+01:00

Les coeurs inquiets de Lucie PAYE

Publié par Tlivres
Les coeurs inquiets de Lucie PAYE

Gallimard

Il y a "Lui", un homme dont on ne connaît pas l'âge, juste qu’il vivait sur l’ile Maurice avant de rentrer sur Paris. Après la crise cardiaque de son père, il n’avait plus rien qui le maintenait là-bas. Il s’est installé dans la capitale qui l’a vu naître. Il a dû y rester jusqu’à l’âge de trois ans. Il est artiste peintre. Il s’est trouvé un appartement qui est aussi son atelier, à moins que ça ne soit l’inverse. Il cherche l’inspiration. Une femme s’impose à lui. Il n’arrive pas à la saisir, il essaie encore et encore, l’apprivoise.

Et puis il y a "Elle", une femme à qui le médecin a annoncé que son temps était compté, un an. Avec le compte à rebours, elle exprime sa dernière volonté, lui écrire.

Ce roman, comme tous ceux des 68 Premières fois, est arrivé dans ma boîte aux lettres. Je me suis réjouis de sa lecture parce que les fées veillent toujours sur de beaux berceaux, mais je ne savais absolument pas à quoi m’attendre. Et je me suis prise au jeu. En quelques pages, j’étais partie, happée par l’ambiance.

Ce roman, c’est d’abord un roman d’atmosphère, il y a le décor, décrit avec beaucoup de précisions, il y a les empreintes des états d’âmes aussi. Pour "Elle" :


Je me souviens en particulier d’une fois où, assis à la petite table rouge, tu dessinais avec une telle concentration que tu ne m’avais pas vue entrer. Encore aujourd’hui, cette image est plus vive qu’une photographie que j’aurais sous les yeux. P. 65

Pour "Lui", c’est son atelier qui est à l’image des sentiments qui le traversent, le sol jonché de lambeaux de toiles passées, lacérées, marqué par des traces de fusain écrasé, piétiné.


Encore aujourd’hui, il se souvient parfaitement de ce sourire et de sa douce brûlure. P. 47

Il y a la nuit aussi qu’il laisse pénétrer et ses invités, les ombres, les silhouettes étrangères des logements d’en face qu’il cherche à percer.

Et puis, il y a cette femme dont on devine le tracé, un dessin succinct que l’artiste cherche à approfondir. J’ai été captivée par l’inspiration du peintre, ce personnage qui s’invite dans son esprit, le hante... jusqu’à la maîtrise de son sujet !

Enfin, il y a la puissance des mots, renforcée par la construction narrative à deux voix. J’ai été profondément touchée par la lenteur du propos et le brouillard des sentiments qui progressivement se dilue. L’histoire est sublime, éminemment douloureuse, un amour nourri de l’absence, de souvenirs... mais un immense amour !


Mais comme on peut croire sans voir, on peut aimer sans toucher. P. 116

La plume est délicate, les mots d’une sensibilité éprouvante, les phrases d’une langueur douce et rêveuse, le roman d’une beauté merveilleuse, la fin émouvante.

Je suis tombée sous le charme de ce premier roman.

Parce qu'il n'y a pas de bal des 68 Premières fois sans musique, alors, pour accompagner "Les coeurs inquiets" de Lucie PAYE, je vous propose « Ton absence » de Benjamin BESSEI...

Petit récapitulatif de mes lectures de la sélection 2021 des 68 Premières fois

Tant qu'il reste des îles de Martin DUMONT 

et les notes de musique de "La Marine" de Georges BRASSENS

 

Voir les commentaires

2021-02-06T07:00:00+01:00

Tant qu’il reste des îles de Martin DUMONT

Publié par Tlivres
Tant qu’il reste des îles de Martin DUMONT
 
Martin DUMONT est l’un des quatre danseurs expérimentés du bal des 68 Premières fois. Après « Le chien de Schrödinger », il nous revient avec un second roman, « Tant qu’il reste des îles », un roman captivant, en lice pour le Prix des libraires.
 
Léni a toujours vécu sur l’île. Il a 30 ans aujourd’hui. Il travaille au chantier naval de Marcel. C’est toute sa vie, avec sa fille Agathe qu’il ne voit qu’un week-end sur deux. Quand l’amour avec Maëlys prenait le large, Léni avec, il semblait plus sage que la petite reste avec sa maman. Mais maintenant elle grandit. Elle lui manque. Alors, quand elle passe le week-end avec lui, il l’emmène en bateau. Mais, comme les châteaux de sable qu’ils construisent ensemble sur la plage, sa vie a lui, vacille. Il y a les difficultés financières du chantier et son avenir qui s’amenuise, il y a les pêcheurs comme son pote, Stéphane, qui souffrent. Il faut sortir de plus en plus en mer pêcher pour réussir à gagner sa vie, conditionnée par le prix du poisson à la criée. Et puis, comme si ça n’était pas suffisant, il y a le monstre, le pont, cette folie. Demain, des hordes de voitures accèderont à leur territoire préservé, leur île, c’est la leur, et pas celle des touristes qui viennent gâcher leur petit coin de paradis. Il y a le ferry. C’est déjà pas mal, non ? Entre deux bières et deux parties de coinche au bar du village, chez Christine, les esprits des hommes s’échauffent, pour le meilleur comme pour le pire.
 
Pour tout vous dire, ce roman, je l’ai lu d’une traite, un dimanche pluvieux, confortablement installée le long de la baie donnant... sur la mer ! Quand je vous dis qu’il n’y a pas de hasard dans la vie, ce livre est arrivé à point nommé !
 
Il m’a captivée de bout en bout.
 
D’abord, il y a le chantier naval, là où on répare les bateaux à coup de fibre de verre, de résine et de colle. Toutes les pièces du bateau sont remises en état, le safran, la coque, la quille, le mât... bref tout ce qui souffre pendant la navigation. Et des bateaux, il y en a de tous les genres, des chalutiers, des vedettes, des trimarans, des voiliers, des vieux gréements, des zodiacs, comme autant d’invitation à naviguer au rythme des marées, affronter les déferlantes et s’émerveiller des lames d’écumes. La mer, c’est d’abord des codes, du vocabulaire. Sous la plume de Martin DUMONT, j’ai adoré me plonger, le temps d’une lecture, dans cet univers.

Et puis, il y a les hommes de la mer, ceux qui lui donnent toute leur vie, même si en retour elle est parfois cruelle. Elle leur en fait voir de toutes les couleurs. Elle les fait se lever tôt, se coucher tard, elle est exigeante avec les corps. Ils travaillent dur pour deux francs six sous, quand le patron daigne bien les payer, ses ouvriers. Et tout ça, pourquoi ? Pour savourer leur liberté de l’aimer, leur île. Ils y tiennent comme à la prunelle de leurs yeux.


Pour lui, une île c’était un graal, un objectif qu’on ne pouvait atteindre qu’en affrontant la mer. P. 94

Leur île, c’est leur lopin de terre, leur terre à eux, ceux qui sont nés là, qui y vivent toute l’année, ceux qui la chérissent. Ce roman, c’est en fait une histoire d’amour entre des hommes et ce qui constitue leur patrimoine, naturel, familial, social, culturel, historique, ce sont des lieux, des modes de vie, des ambiances festives entre ceux qui partagent le même héritage, transmis de génération en génération. Pour autant, ils ne vivent pas seuls. Ils ont besoin des autres, ne serait-ce que d’un point de vue économique. Alors, quand la modernité s’invite à la table des négociations, c’est toute leur vie qui bascule.Ce ne sont pas des touristes ou des cols blancs qui la changeront leur île, quoique...
 
Aujourd'hui, il y a le monstre. Comme Léni qui construit un bateau avec Karim et Yann, d’autres hommes construisent un pont, leur édifice, leur création, leur fierté. L'auteur lui a donné la primeur. Il a organisé le roman en cinq parties, rythmé par les différentes phases de sa construction : les fondations, les piles, le tablier, les équipements et puis... l’inauguration. S'il est mis en avant, c'est qu'il vient chambouler l'équilibre savamment préservé jusque là mais, la construction d'un pont comme celle d'un bateau, c’est bonnet blanc et blanc bonnet parce que les travailleurs manuels sont ainsi. Des mêmes valeurs les unissent : l'achèvement du travail et la prospérité de l'ouvrage. Ce sont des artisans du quotidien qui, chacun dans leur domaine, revendiquent le droit d’exister. C'est là que le bas blesse !

Enfin, dans la vie d'un homme, il est une autre forme de construction, celle de l'intime, la création d'une famille. Dans ce roman, par le filtre de Léni, c'est une histoire de paternité qui est abordée, une relation déchirante au quotidien qui fait se côtoyer les excès du manque avec, le temps d’un week-end sur deux, les excès de l'euphorie. Entre les deux, Léni se bat, pour rien, pour le tout.


On espère beaucoup de choses de soi, mais la réalité est souvent différente. P. 114

 
J’ai été gagnée par le charme de l’univers littéraire de Martin DUMONT. Sa plume est belle, sensible, empreinte d’humanité. La narration à la première personne du singulier est comme une cerise sur le gâteau. La fin est très réussie. 
 
Alors, vous aussi vous êtes prêt.e.s à vous mettre dans la peau de Léni ? Dépaysement garanti !
 
Parce ce qu'il n'y a pas de bal des 68 Premières fois sans musique, je vous propose "La Marine" de Georges BRASSENS, quelques notes de guitare...

Voir les commentaires

2021-01-30T11:48:24+01:00

L’édition 2021 du bal des 68 est déclarée ouverte

Publié par Tlivres
L’édition 2021 du bal des 68 est déclarée ouverte

🎵 Nos fées nous ont concocté(e)s un programme de rêve avec des danses rythmées, des morceaux choisis, des unions langoureuses, d’autres très rock’n roll.

🎵 Dans les coulisses, des maisons d’édition toutes attendries de découvrir les premiers pas de leur progéniture.

🎵 Sur scène, 18 petits nouveaux auront la chance de côtoyer 4 danseurs plus expérimentés qui feront, là, leur deuxième apparition. 

🎵 Dans le public, des lecteurs(rices) passionné(e) qui ont toutes et tous signés pour embarquer dans l’ascenseur émotionnel des 8 prochains mois. Il y aura la découverte du colis dans la boîte aux lettres, l’ouverture énergique du précieux trésor les yeux rivés sur la première de couverture, l’émerveillement devant les mots doux, et puis cette nuit blanche à se laisser porter par la mélodie du moment. Enfin viendra l’heure du passage de relais, l’abandon le coeur fébrile et la perspective d’une nouvelle naissance pour les 22 symphonies au programme.

🎵 Maintenant, que la fête commence : « Sonnez hautbois, résonnez musettes » 💃 🕺 🎶

Voir les commentaires

2021-01-16T20:50:37+01:00

Les 68 Premières fois, c'est reparti pour un tour !

Publié par Tlivres
Les 68 Premières fois, c'est reparti pour un tour !

Il me tardait de retrouver la bande son des

 

68 Premières fois

 

Les bonnes fées ont aujourd’hui décidé de retenir les 77 candidat(e)s au bal de la rentrée littéraire de janvier 2021, je ne suis que joie d’y participer une nouvelle fois 🌟

Ma pochette CD est prête, il ne me reste plus qu’à y glisser les albums dont elles ont encore le secret (à chaque jour sa surprise 😀).

Allez, envoyez la musique 🎶

Voir les commentaires

2020-10-30T12:35:00+01:00

J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi de Yoan SMADJA

Publié par Tlivres
J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi de Yoan SMADJA

Belfond

Ma #vendredilecture, c'est le premier roman de Yoan SMADJA, "J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi", je l'ai découvert grâce aux fées des 68 Premières fois.

Il est tout juste lauréat du Prix littéraire Lucien CAROUBI, un prix qui honore les ouvrages en faveur de la paix et de la tolérance entre les hommes, avouons qu'on en a bien besoin, non ?

Sacha Alona est grand reporter. Elle, qui depuis sa plus tendre enfance, croque la vie à pleines dents, avide de découvertes à réaliser, d'expériences à faire et de défis à relever, elle prend l'avion au printemps 1994 à destination du Cap en Afrique du Sud, missionnée qu'elle est pour relater les premières élections démocratiques post-apartheid. Très vite, avec Benjamin, photographe, Sacha flaire une filière d'armes. Elle découvre des machettes en quantités effroyables et qui, coupantes des deux côtés, ne peuvent répondre aux besoins de seuls agriculteurs africains. Elles sont faites pour tuer. Sans l'accord de son employeur, elle s'envole pour le Rwanda où la guident ses pas... elle ne sait pas encore qu'en quelques mois sa vie basculera. Elle croisera effectivement sur son chemin, un homme, Daniel Kobeysi, chirurgien obstétrique, originaire de Kigali, qui partage sa vie entre sa famille de Butare et les patientes des montagnes des Virunga. Sacha et Benjamin lui demanderont de les mener jusqu'à Paul Kagamé, alors vice-président, pour l'interviewer. Mais très vite, leur destin est percuté par les événements, l'attentat perpétré contre l’avion du Président Habyarimana, l'assassinat du Premier Ministre du Rwanda  avec 10 casques bleus belges chargés de sa protection. Daniel est torturé par l'angoisse de ne pas retrouver sa femme, Rose, et son fils, Joseph, menacés du génocide Tutsi qui sévit dans tout le pays. Tous trois vont partager des moments d'intimité alors même que l'humanité sombre dans l'ignominie.

Ce premier roman est un hymne à l'écriture. Yoan SMADJA va, dans un procédé ingénieux, se faire côtoyer deux plumes, celle de Sacha qui relate les faits pour son métier et celle de Rose, cette femme qui, tout au long des événements, va écrire à son mari, Daniel, pour lui conter sa vie et celle de son fils au cas où... Le jeu de l'alternance entre chapitres et correspondances vont rythmer un brillant roman.

Yoan SMADJA signe assurément un premier roman bouleversant, de ceux qui vous font mesurer la fragilité de l'humanité, dans ce qu'elle a de plus noir, et de plus lumineux aussi. Je ne saurais dire si les larmes qui ont coulé de mes yeux étaient de chagrin, ou de plaisir.

Voir les commentaires

2020-04-05T06:00:00+02:00

La Symphonie du Nouveau Monde de Lenka HORNAKOVA-CIVADE

Publié par Tlivres
La Symphonie du Nouveau Monde de Lenka HORNAKOVA-CIVADE

Parce que c’est le printemps et que nous sommes en confinement, mais que les idées continuent de germer pour se « culturer », le blog s’associe avec Page des Libraires, chaque jour du mois d’avril, pour mettre au devant de la scène un livre et une librairie.

Au hasard, chaque jour, sur les étagères de ma bibliothèque, je prendrai un numéro du magazine de ces dernières années (j’en ai toute une collection !) dans lequel je  choisirai un livre que j’ai aimé.

Après 

le numéro 181 avec "Charlotte" de David FOENKINOS,

le numéro 190 et « Chanson douce » de Leïla SLIMANI,

le numéro 194 et « Nous aurons été vivants » de Laurence TARDIEU,

le numéro 184 avec « Le coeur à l’aiguille » de Claire GONDOR

place au numéro 197 et "La Symphonie du Nouveau Monde" de Lenka HORNAKOVA CIVADE, énorme coup de ❤️ pour ce roman, dont je vous livre les premières lignes, publié chez Alma éditeur, présenté par Lyse MENANTEAU de la Librairie Le Matoulu de Mellel'occasion d'un petit clin d'oeil aussi aux librairies L'Arbre à mots de Rochefort, Le Pain des Rêves de Saint-Brieuc, Soie d'Uzès et la Librairie de Paris de Saint-Etienne.

Lenka HORNAKOVA CIVADE, j'ai découvert sa plume avec son premier roman, "Giboulées de soleil", repéré par les fées des 68 Premières fois, l’occasion d’un petit clin d’œil à toute l’équipe. Et puis, il y a eu "Une verrière sous le ciel". Trois romans, trois coups de ❤️, c'est dire si je suis devenue au fil du temps une inconditionnelle de son art.

Si vous ne la connaissez pas encore, dites-vous qu'il n'est jamais trop tard !

Voir les commentaires

2020-03-21T11:05:04+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Caroline LAURENT

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Caroline LAURENT

Dans le sillon de Moonpalaace et Floandbooks, je poursuis la déclinaison de #marsaufeminin avec Caroline LAURENT.

Il y a quelques années encore, je ne connaissais pas cette brillante personne.

Il aura fallu l'association des 68 Premières fois (j'en profite pour embrasser chaque membre très affectueusement !) pour me mettre sur la voie de son premier roman "Et soudain, la liberté", un roman écrit pour partie à quatre mains avec Evelyne PISIER.

Et puis, il y a eu la sortie, toujours chez Les Escales, lors de cette rentrée littéraire de janvier 2020, de "Rivage de la colère", un énorme coup de coeur en la faveur d'un peuple déporté à la fin des années 1960 au prix d'une effroyable transaction entre ceux qui détiennent le pouvoir, de vie et de mort, sur les autres. Peut-être avez-vous entendu parler des Chagossiens ? Caroline LAURENT s'évertue à leur donner de la voix et les sortir de l'ombre pour leur permettre de regagner leur dignité, à défaut de leurs terres. Ce roman, je vous le conseille absolument, il nous permet de découvrir une page de notre Histoire, celle-là même qui n'entrera dans les manuels scolaires (si un jour elle daigne le faire) que dans des décennies !

Avant que cette crise sanitaire du Covid19 ne nous confine chacun chez nous, la Librairie Richer ( dont je salue chaleureusement toute l'équipe) avait eu la formidable idée de l'inviter sur Angers. Nous avions partagé ce moment de bonheur avec un public émerveillé par ses mots, un très beau moment de littérature dans la simplicité et la chaleur humaine dont Caroline LAURENT a le secret. Aujourd'hui, dans les mains d'une autre Caroline (que j'embrasse tendrement), "Rivage de la colère" attend son heure avec un joli message d'une très belle tendresse dont nous avons tous besoin plus que jamais. En choisissant le graffiti de Banksy pour orner mes coups de coeur 2020, je ne savais pas encore que l'espoir serait notre fil d'ariane des semaines à venir...

Et enfin, Caroline LAURENT, c'est une éditrice, elle travaille aux éditions Stock et est à la tête de la collection "Arpèges". Vous vous souvenez de Caroline CAUGANT bien sûr, mon coup de coeur pour "Les heures solaires", c'était elle aussi !

Caroline LAURENT, c'est une femme qui donne beaucoup de temps pour les autres. Qu'elle puisse, elle aussi, bénéficier de la bienveillance et de la reconnaissance, pure et simple, de sa personne et de son talent. Mais, à en croire la tribune de France Info du 6 février dernier, le monde de l'édition est également concerné par les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes, qui aurait crû d'ailleurs que ce domaine puisse en être exclu !

Vous comprendrez donc l'émotion que je ressens aujourd'hui à l'écriture de ce billet. Très chère Caroline, je te souhaite tout le meilleur du monde. Porte toi bien, reste chez toi, et prépare nous une rentrée littéraire de folie, nous sommes dans les starting blocks ! 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog