Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2015-04-27T05:54:48+02:00

La promesse de l'aube de Romain GARY

Publié par
La promesse de l'aube de Romain GARY
La promesse de l'aube de Romain GARY

Romain GARY, je m'en souviens, je l'avais lu au collège mais il ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable.


Romain GARY, je m'en souviens aussi pour le tabac fait l'année dernière autour du 100ème anniversaire de sa naissance. Et pourtant, j'avais résisté à l'appel de toutes les rééditions de ces romans pour l'événement !


Il aura donc fallu que ma grande fille décide de se laisser séduire par ce classique et qu'elle soit interpellée par une femme, initiée semble-t-il, dans le métro parisien lui déclarant qu'elle avait beaucoup de chance de lire ce très beau livre, pour que je me décide enfin à le re-lire...


Et c'est un véritable coup de coeur, je dois bien l'avouer.


La promesse de l'aube est en réalité un récit autobiographique de l'écrivain qui commence à ses 13 ans. Il vit seul avec sa mère qui voue pour son fils un amour incommensurable. Elle est prête à tous les sacrifices pour lui permettre de manger, chaque midi, un bifteck. Ce plat est toute sa fierté. Fille d'un horloger juif de la steppe russe, mariée à 16 ans, divorcée, remariée, redivorcée, elle rivalise d'ingéniosité en affaires pour assurer leur survie à tous les 2. Elle rêve son fils artiste, d'abord violoniste, ensuite danseur.

Ses propres ambitions artistiques ne s'étaient jamais accomplies et elle comptait sur moi pour les réaliser. P. 27

Elle va le détourner de la peinture, pas assez bien pour lui.


La maladie frappera pourtant cet être prometteur et là, un voyage à destination de la France s'imposera. Leur installation à Nice sera un nouveau départ. Sa mère décrochera un marché immobilier inespéré qui lui assurera un travail. Romain fera des études de droit. Parallèlement, il mènera son apprentissage dans les services militaires, de quoi lui assurer des missions dans le cadre de la seconde guerre mondiale. Quand il rentrera, une surprise incroyable l'attendra !


C'est un très beau récit, je l'ai lu avec beaucoup d'enthousiasme. La vie de cet homme m'a émue. C'est une très belle re-découverte. En fait, je me pose vraiment la question de l'intérêt de proposer ce type de lecture à des pré-adolescents ou adolescents. Non pas, qu'ils ne soient pas capables de lire un tel récit mais je crois, comme l'indique son auteur, qu'avec le recul de la vie, les épreuves de cette classe d'âge prennent un sens tout particulier.

Ce fut seulement aux abords de la quarantaine que je commençais à comprendre. P. 38

Quand on est mère d'un grand garçon (aussi !), ce récit résonne tout particulièrement même si dans ce cas précis, il n'y a aucune "concurrence" de quiconque, ni mari, ni autre enfant... ce qui donne à ce parcours initiatique une certaine singularité.


Pour autant, je m'interroge. Une mère n'a peut-être pas toujours conscience des conséquences de son amour sur la construction de son fils justement...

Il n'est pas bon d'être tellement aimé si jeune, si tôt. ça vous donne de mauvaises habitudes. [...] Avec l'amour maternel, la vie vous fait à l'aube une promesse qu'elle ne tient jamais. [...] Après cela, chaque fois qu'une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son cr, ce ne sont plus que des condoléances. On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné. P. 38

J'ai été très sensible à la démarche artistique de Romain GARY depuis sa quête d'un pseudonyme jusqu'à l'écriture. Tout au long de ce récit, il décrit sa manière très personnelle d'appréhender la création littéraire et il en parle très bien...

Un artiste véritable ne se laisse pas vaincre par son matériau, il cherche à imposer son inspiration à la matière brute, essaye de donner au magma une forme, un sens, une expression. P. 366

Merci à ma grande fille pour cette très belle référence. Elle connaît bien sa mère !!!

Voir les commentaires

2015-04-26T20:12:30+02:00

L'art à 2 pas, 2ème jour...

Publié par
L'art à 2 pas, 2ème jour...

C'est reparti pour une 2ème journée avec beaucoup moins d'enthousiasme, je l'avoue...

Il pleut, il pleut, il pleut sans discontinuer. Je serai bien restée sous la couette à lire, je suis sûre que vous me comprenez !!!

Mais l'effort a payé, j'ai été scotchée par le travail d'une jeune femme, Anne Gaëlle LEFORT.

Ces mains sont d'une authenticité incroyable !

L'art à 2 pas, 2ème jour...

Il ne me reste plus qu'à prendre la direction d'une autre exposition... en attendant l'année prochaine !

L'art à 2 pas, 2ème jour...

Voir les commentaires

2015-04-26T11:33:09+02:00

Mudwoman de Joyce Carol OATES

Publié par
Mudwoman de Joyce Carol OATES

Coup de coeur pour ce roman de Joyce Carol OATES !


Après "Les chutes" et "La fille du fossoyeur", je suis de nouveau conquise par la plume de Joyce Carol OATES avec "Mudwoman".


En 1965, une petite fille, maltraitée, est en train de se noyer dans l'eau marécageuse de la Black River, rivière située au Sud Ouest des Adirondacks dans le Comté de Beechum aux Etats Unis. Mais, c'est sans compter l'intervention d'un jeune homme, un peu simplet, qui aperçoit d'abord une poupée à la surface de l'eau, et puis le petit corps gisant dans une boue immonde.


En 2002, M.R. Neukirchen, doctorante en philosophie, est la première femme Présidente d'une Université américaine. Son chauffeur, Carlos, l'a déposée à l'Hôtel. Elle doit tenir le discours inaugural d'un congrès. Mais, l'envie lui prend d'aller errer dans les montagnes de son enfance à quelques heures de route.


M.R., entendez Meredith Ruth, entretient une relation amoureuse avec Andre Litovik. Mais, il ne peut être plus qu'un amant (secret), cet homme vit une double vie.


Et ce n'est pas tout ! Il ne s'agit là que de quelques amuse-bouches...


Vous le savez, les romans de Joyce Carol OATES sont d'une très grande densité. Les parcours sont croisés, complexes, faits de rebondissements, qui donnent un rythme insoutenable à la lecture, au point de vous faire perdre totalement le sommeil !


Quand vous ouvrez un roman de Joyce Carol OATES, impossible de le lâcher. Après une 3ème expérience, je commence à croire qu'il s'agit là d'une singularité de l'écriture de cette écrivaine américaine.


Et pour notre plus grand bonheur, elle est toujours aujourd'hui très prolifique, de quoi nous assurer encore de très beaux moments d'évasion...


Petit clin d'oeil à Delphine BERTHOLON, je vous livre cette citation :

[...] la solitude est la grande fécondité de l'esprit, quand elle ne signe pas sa destruction. P. 141

Voir les commentaires

2015-04-25T19:06:15+02:00

L'art à 2 pas, 1ères découvertes...

Publié par

Passage obligé chez Clodine BONNET de l'Association Porte-Plume, son premier recueil de nouvelles vient d'être publié ! Bravo !

L'art à 2 pas, 1ères découvertes...

Et chez elle, elle accueille Annelyse BOURNAND, Illustratrice, d'ailleurs auteure du dessin accompagnant la nouvelle "La lune"...

L'art à 2 pas, 1ères découvertes...

Ainsi que le sculpteur, Tidjé, j'adore sa déclinaison du "Pince me, pince moi" !

L'art à 2 pas, 1ères découvertes...
L'art à 2 pas, 1ères découvertes...

J'ai fait de très belles rencontres avec...

Laëtitia GAUTHIER, Mosaïste,

L'art à 2 pas, 1ères découvertes...

Et Brigitte TOUVRON, qui anime un atelier de gravure...

Et cerise sur le gâteau, je retrouve les oeuvres de Pierre BRUNELIERE !

Voir les commentaires

2015-04-21T20:30:02+02:00

Incontournables contours, 19ème exposition !

Publié par
Incontournables contours, 19ème exposition !

De retour sur Angers, et en déambulant dans les rues de la vieille cité d'Angers, non loin du Château, guidée par le parfum des glycines :

Incontournables contours, 19ème exposition !

j'ai fait la découverte d'une galerie d'art : En face.

Incontournables contours, 19ème exposition !

Elle est située 13 rue Saint-Aignan et accueille actuellement 2 artistes locaux :


* Pierre BRUNELIERE, Peintre,

* Anne AUGUSTE, Plasticienne.


En binôme, homme/femme, les 2 artistes nous permettent de découvrir quelques oeuvres de leur crû.


Je suis toujours autant séduite par les personnages de Pierre BRUNELIERE dont la légèreté est envoûtante.


J'ai beaucoup aimé également tous ces carrés créés par Anne AUGUSTE, teintés de couleurs vives, se juxtaposant à l'envi.


Bref, si vous êtes sur Angers, comme moi, laissez-vous porter, vous ne serez pas déçu(e)...

Voir les commentaires

2015-04-20T05:52:17+02:00

Pietra viva de Léonor de RECONDO

Publié par

Alors que les qualités d'écriture de Léonor de RECONDO sont encensées par les critiques littéraires, j'ai voulu insister pour savoir si j'étais passée à côté de quelque chose lors de ma lecture de "Amours". Parfois, le contexte, l'humeur... peuvent nuire à la perception de l'art ! Joliment dit, non ?

Nous sommes en 1505, Michelangelo quitte Rome pour Carrare. Il va y choisir des blocs de marbre pour réaliser une commande passée par le Pape Jules II. Mais ce n'est pas le seul motif de son départ. Alors qu'il travaille à la morgue, il voit arriver un corps dont il découvre rapidement qu'il s'agit de la dépouille de Frère Andrea qui représentait "la beauté à l'état pur, la perfection des traits, l'harmonie des muscles et des os". P. 14


Il profitera de ce séjour pour cotoyer les carriers, ces hommes condamnés à travailler dur pour extraire les blocs de pierre et permettre à l'artiste d'exceller.


Il y rencontrera un jeune garçon, Giovanni, marqué comme lui par la mort prématurée de sa mère. Il guidera ses pas...


Oui, mais, voilà, je n'ai pas été enthousiasmée plus que ça...


Certes, il y a de belles citations sur l'inspiration artistique, la liberté de l'artiste et la beauté de la nature, la sensibilité des femmes... mais je n'ai pas vibré ! Je n'ai pas été sensible au parcours de cet homme pourtant hors du commun.


Et à force de réfléchir, je me suis souvenue d'une lecture passée du temps de l'Antre des Mots : "Rêves oubliés". Je viens de consulter ma critique et ô surprise, je découvre une même déception !


Définitivement, je crois que je vais abandonner les lectures de cette auteure...

Voir les commentaires

2015-04-18T15:15:08+02:00

Retrospective de l'oeuvre de Jeff KOONS au Centre Pompidou

Publié par
Retrospective de l'oeuvre de Jeff KOONS au Centre Pompidou

De passage sur Paris, j'ai visité l'exposition temporaire dédiée à l'oeuvre de Jeff KOONS jusqu'au 27 avril prochain.

Je l'avoue, je ne connaissais pas grand chose de cet artiste américain, contemporain et vivant. Une belle occasion donc de découvrir son art.


Personnellement, j'ai été très sensible à sa volonté de rendre accessible l'art au plus grand nombre sans discrimination aucune, d'où l'usage d'un matériau unique 

 

Retrospective de l'oeuvre de Jeff KOONS au Centre Pompidou

J'ai été séduite par ses sculptures de l'Antiquité, en plâtre, en grande dimension, mariées par l'action de l'artiste à une boule réfléchissante en verre, bleu roi. Effet magistral !


Pour que l'égalité des sexes soit respectée, Ariane et Hercule sont dignement représentés !

 

Retrospective de l'oeuvre de Jeff KOONS au Centre Pompidou
Retrospective de l'oeuvre de Jeff KOONS au Centre Pompidou

Il ne vous reste plus qu'une petite dizaine de jours pour la visiter !

Voir les commentaires

2015-04-15T20:07:46+02:00

Le liseur du 6h27 de Jean Paul DIDIERLAURENT

Publié par

Ghislain Vignolles travaille dans une usine peu ordinaire, elle détruit les livres. Pour pallier le pouvoir de destruction de la Zerstor 500 et panser ses plaies, il a adopté un rituel. Chaque matin, dans le RER qui le conduit à son lieu de travail, le train de 6h27, il lit à voix haute à l'attention des voyageurs de sa rame le contenu des pages sauvées, la veille, in extremis des intestins de la Chose ! Mais, c'est Jean-Paul DIDIERLAURENT qui en parle le mieux...

Seul l'acte de lire revêtait de l'importance à ses yeux. Il débutait les textes avec une même application acharnée. Et à chaque fois, la magie opérait. Les mots en quittant les livres emportaient avec eux un peu de cet écoeurement qui l'étouffait à l'approche de l'usine [...]. P. 13

Ce roman est un véritable hymne à la lecture et l'évasion qu'elle procure. Il y a les expériences collectives comme celles qu'organise Ghislain bientôt rattrapé par des propositions insoupçonnées... et puis les actions individuelles à l'image de Yvon Grimbert, le gardien exposé à tous les temps dans sa guérite, condamné à lever et baisser la barrière d'entrée au rythme du passage des livreurs, passionné par le théâtre lyrique depuis sa découverte d'un alexandrin ! Personnage hors norme !


Ce roman est aussi un petit concentré d'humour. Le ton est drôle, poétique, enjoué, fantaisiste..

 

La Chose ce matin s'était levée du bon piston. Elle happa et engloutit sa première ration d'ouvrages sans le moindre hoquet. Les marteaux, trop heureux de croquer autre chose que du vide, s'en donnèrent à coeur joie. Même les échines les plus nobles, les reliures les plus solides se retrouvèrent broyées en quelques secondes. P. 35

Ce roman est encore un livre qui met le doigt sur nos représentations, sur ce que nous soupçonnons que l'autre fait sans lui laisser la moindre chance de pouvoir nous surprendre. L'exemple de dame-pipi est excellent !

On attend d'une dame-pipi qu'elle nettoie, pas qu'elle écrive. Les gens peuvent concevoir que je fasse des mots fléchés, des mots croisés, des mots mêlés, des mots cachés, des mots enfermés dans toutes sortes de grilles. Ces mêmes gens peuvent également admettre que je lise à mes heures perdues des romans photos, des hebdos féminins, des magazines télé, mais que je pianote sur le clavier d'un ordinateur portable pour y coucher mes pensées, ça, ça leur interpelle l'entendement. P. 152

Ce roman est enfin une prouesse d'humanité, c'est un livre qui prend la mesure de chacun, de ses émotions, il y a de bons sentiments là dedans et c'est suffisamment rare pour être souligné.

"Le liseur du 6h27 " fait partie de la sélection du Prix Cezam 2015. J'avais laissé la possibilité à un livre de se glisser à la 3ème place ! Elle est donc pour lui après :


* Le dernier gardien d'Ellis Island de Gaëlle JOSSE,

* Le complexe d'Eden Bellwether de Benjamin WOOD,

et devant :


* L'oubli de Emma HEALEY.

Vous avez envie de passer quelques heures de plaisir, sans prétention, c'est le roman qu'il vous faut !

Voir les commentaires

2015-04-14T20:31:25+02:00

Le temps s'est art et thé, tout un programme !

Publié par

Vous vous souvenez de ma dernière rubrique "T time" ? Il y était beaucoup question du temps !


Et bien, c'est reparti pour un tour avec un salon de thé que j'aime tout particulièrement.

 

Il est situé à Angers, 7 rue Chaperonnière. Juste en face la librairie "Richer", pour les fanas de livres comme moi, vous ne pouvez pas le louper !


Son nom : "Et le temps s'est Art et Thé", génial non ?

 

Là, plus de blanc, mais du jaune qui fait penser à celui de Fragonard, un jaune vif, dynamique, lumineux... pour s'offrir un petit moment de plaisir !

 

Le temps s'est art et thé, tout un programme !
Le temps s'est art et thé, tout un programme !

L'Art y est décliné dans différentes dimensions, la sculpture, la peinture...


Et le Thé, alors là, c'est toute une histoire !

En fait, je me suis légèrement fait coiffer au poteau par angers.maville qui lui a accordé une pleine page !!!

Le mieux, c'est encore de lire l'article... P. 13, ce chiffre devrait lui porter bonheur

Alors, on s'y retrouve ?

Voir les commentaires

2015-04-08T21:56:15+02:00

Hérétiques de Léonardo PADURA

Publié par
Hérétiques de Léonardo PADURA

Coup de coeur pour ce magnifique roman historique !

Traduit de l'espagnol par Elena ZAYAS

 

Leonardo PADURA, je ne connaissais pas encore... personne n'est parfait !


Peut-être connaissiez-vous "Mort d'un Chinois à la Havane" ? "Le Palmier et l'Etoile" ? "Les Brumes du passé" ? "L'homme qui aimait les chiens" ? ou bien encore le cycle "Les quatre saisons" ?


Personnellement, j'ai donc commencé la découverte de cette plume avec le tout dernier roman publié en 2014 : "Hérétiques".


Daniel Kaminsky est né à Cracovie dans le quartier des bourgeois. Il est juif. Nous sommes en 1939, la pression se ressert autour de cette communauté, ses parents décident de confier leur fils à l'oncle Joseph, installé à la Havane. Eux iront le retrouver plus tard. Ils prendront le Saint-Louis, ce paquebot parti de Hambourg le 13 mai 1939 qui arrivera dans le port de Cuba 15 jours plus tard. A bord, 937 juifs autorisés à émigrer par le gouvernement national socialiste allemand. Ces réfugiés n'accosteront jamais en terre cubaine, ni américaine, ni canadienne. Ils repartiront en terre allemande où les attendra un destin macabre. Le petit Daniel âgé seulement de 9 ans ne fera qu'apercevoir ses parents et sa soeur sur le pont supérieur. Et pourtant, lui comme son oncle, y ont crû. Ils pensaient qu'ils étaient porteur d'un tableau de Rembrandt, bien familial, susceptible d'être monnayé et d'assurer leur survie en terre étrangère. En 2007, ce tableau est mis en vente dans une galérie londonniène. Commence alors une enquête pour reconstituer l'itinéraire de cette oeuvre depuis sa création au XVIIème siècle.


Ce roman est une formidable épopée à travers les siècles, à travers les continents.


C'est un roman historique d'une densité incroyable avec une multitude de repères chronologiques et des événements passés sous silence aujourd'hui dévoilés grâce au travail fabuleux de cet écrivain.


C'est aussi un très beau livre sur l'art, je vous laisse méditer cette citation :

 

En regardant votre oeuvre, une chose lui avait semblé évidente : l'art est pouvoir. Seulement cela ou surtout cela : le pouvoir. Non pas pour dominer des pays et changer des sociétés, pour provoquer des révolutions ou opprimer les autres. C'est le pouvoir de toucher l'âme des hommes et, à la fois, d'y semer les graines de son amélioration et de son bonheur... P. 596

nfin, c'est un roman qui porte un regard sur les tribus urbaines du XXIème siècle, le rapport au corps de ces groupuscules :

 

Cela explique pourquoi un fondement important des philosophies assimilées par ces jeunes consiste à dire que l'homme ne sera pas totalement libre tant qu'il n'aura pas fait disparaître en lui toute préoccupation concernant le corps. Pour commencer à se distancier de ce corps, ils accentuent sa laideur, ses zones d'ombre, ils le blessent, le marquent, le souillent, même si souvent ils le droguent pour s'en échapper sans en sortir. P. 503 504

Hérétiques de Léonardo PADURA

Ce roman est une véritable petite perle, 600 pages d'un pur bonheur, ne passez pas à côté !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog