Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #t une femme catégorie

2022-08-13T06:00:00+02:00

Laissez-moi vous rejoindre de Amina DAMERDJI

Publié par Tlivres
Laissez-moi vous rejoindre de Amina DAMERDJI
 
Le bal des 68 Premières fois  se poursuit avec un premier roman fascinant, « Laissez-moi vous rejoindre » de Amina DAMERDJI.
 
Une femme, Haydée SANTAMARÍA, à peine la soixantaine, se souvient de son enfance à Encrucijada à Cuba. Nous sommes en 1951, dans les pas de son frère, Abel, 6 ans plus jeune qu’elle, elle adhère au Parti orthodoxe, fondé par Eduardo CHIBÁS à La Havane en 1947. Prío SOCARRÁS est alors Président de la République. Haydée SANTAMARÍA ne sait pas encore que l’élan de la révolution cubaine la fera descendre dans la rue, l’impliquera jours et nuits en faveur du soulèvement, jusqu’au 26 juillet 1953…
 
Haydée SANTAMARÍA a l’arme à feu dans la bouche, elle s’apprête à tirer. 
 
Dans une narration à la première personne, comme une longue confession qui va vous prendre aux tripes, et par la voie du roman, une pure fiction, Amina DAMERDJI rend hommage à une révolutionnaire cubaine, une guerillera.
 
De ce mouvement, on se souvient bien sûr de Fidel CASTRO et de Che GUEVARA, les portraits emblématiques de cette révolte. L’autrice vient rendre justice à une femme militante, une prisonnière politique. En réalité, par la voie de cette biographie, Amina DAMERDJI rend hommage à toutes les femmes qui y étaient investies. A défaut, ne finiraient-elles pas, elles aussi, comme "Les grandes oubliées" ?
 
J’ai aimé découvrir les premières heures de son engagement pour son pays :


Mais c’est aussi parce que c’était la première fois que je manifestais dans un cortège. Peu à peu, la force de ces voix vibrant à l’unisson a fait battre mon cœur d’une manière spéciale, plus lentement mais plus puissamment aussi. P.

Son appartement deviendra progressivement le QG de la mobilisation révolutionnaire, elle vouera sa vie au combat jusqu’à l’assaut de la caserne de Moncada à Santiago de Cuba.
 
Quelle aurait été sa vie sans la présence d’Abel et ses actes politiques ? Le roman montre l’amour fraternel que vouait Haydée SANTAMARÍA pour son frère, Abel, mort sous les balles du régime...


Je pensais surtout à travers deux grands yeux brillants derrière leurs lunettes sales, ceux de mon frère. P. 89

Elle vouait à son frère un amour inconditionnel. Etait-elle une révolutionnaire dans l'âme qui n'attendait que son frère pour se révéler ? Son frère lui a-t-il permis de trouver une cause à défendre ? Dans tous les cas, Haydée SANTAMARÍA lui aura été fidèle toute sa vie. Rien, ni personne, ne viendra éroder ce lien, pas même Boris Luis SANTACOLOMA, lui aussi militant, l'amoureux de Haydée SANTAMARÍA.
 
Dans ce portrait brossé par l’écrivaine d'une femme publique, j'ai aimé découvrir aussi sa condition de femme des années 1950. 
 
Ce roman résonne comme une détonation, celle de l’arme de Haydée SANTAMARÍA contre elle-même, fatiguée d’avoir chaque année à tenir le même discours, tenir debout alors que les autres, eux, sont tombés fièrement sous les balles des militaires.
 
La plume de Amina DAMERDJI est fascinante et son premier roman une révélation. Merci aux fées des 68 d'avoir fait une place à ce roman historique dans cette #selection2022.
 
Avant de nous quitter, vous prendrez bien quelques notes de musique, du jazz revisité par le grand Franck SINATRA, c'est une référence de l'écrivaine elle-même.

Retrouvez les autres références de la #selection2022 :

"Une nuit après nous" de Delphine ARBO PARIENTE

"Les enfants véritables" de Thibault BERARD

"Aux amours" de Loïc DEMEY,

 "Les nuits bleues" de Anne-Fleur MURTON,

"Furies" de Julie RIOCCO,

"Ubasute" d’Isabel GUTIERREZ,

"Les envolés" d'Etienne KERN,

"Faire corps" de Charlotte PONS

"Blizzard" de Marie VINGTRAS,

"Saint Jacques" de Bénédicte BELPOIS,

 "Les confluents" de Anne-Lise AVRIL,

"Le parfum des cendres" de Marie MANGEZ,

"Jour bleu" de Aurélia RINGARD

"Debout dans l'eau" de Zoé DERLEYN,

"La fille que ma mère imaginait" de Isabelle BOISSARD...

#68premieresfois #68premieresfoisetplussiaffinité #68premieresfois2022 #litteraturefrancaise #premiersromans #68unjour68toujours
#bookstagram #selection2022 #premierroman #7anscasefete #onnarretepasles68 #un68sinonrien #touchepasamon68 #jepensedoncje68  #Laissezmoivousrejoindre #Aminadamerdji

Voir les commentaires

2022-07-28T18:43:56+02:00

Anne-Marie GARAT s'est éteinte

Publié par Tlivres
Anne-Marie GARAT s'est éteinte

 Anne-Marie GARAT, j'avais eu la chance de la rencontrer à la Librairie Richer d'Angers. 

Je viens de découvrir qu'elle s'est éteinte le 26 juillet dernier. 

Son sourire, son regard, son énergie, sa pétillance... me manquent déjà. Heureusement que ses romans assurent la postérité d'une formidable conteuse, elle nous entraîne dans des aventures tout à fait exceptionnelles au bras de personnages éminemment romanesques, notamment des femmes dont les portraits sont hauts en couleur.

Son univers littéraire nous fait voyager à travers le temps, les territoires... Je pense notamment au roman « Le Grand Nord-Ouest » qui se passe aux Etats-Unis dans les années 1930,  et puis à « L’enfant des ténèbres » et "Dans la main du diable".

 

Il est encore possible d'écouter sa voix. Augustin TRAPENARD l’avait accueillie le 27 février 2020 dans son émission « Boomerang », un pur moment de bonheur.

 

Je vous laisse savourer !

 

 

 

 

 

 

  

Voir les commentaires

2022-07-02T11:35:33+02:00

Simone, éternelle rebelle de Sarah BRIAND

Publié par Tlivres
Simone, éternelle rebelle de Sarah BRIAND

Simone VEIL s’est éteinte le 30 juin 2017. 

Certains la disait effrontée, Sarah BRIAND la qualifie ainsi : « Éternelle rebelle ». C’est le titre d’une fascinante biographie, celle d’une grande Dame qui a tant agit en faveur des droits des femmes. Sa voix nous manque tellement aujourd’hui. C’est ma #Vendredilecture.

Tout commence avec l'extrait du discours de réception de Simone VEIL à l'Académie Française prononcé par Jean d'Ormesson, nous sommes en 2010, mais ce moment de consécration ne saurait cacher son passé douloureux dont elle s'est attachée à assurer la mémoire. Le numéro 78651 figure sur son bras à l'encre bleue, il fut longtemps sa seule identité. Déportée alors qu'elle n'avait que 16 ans, Simone VEIL a survécu à la Shoah.

 

Le 22 décembre 2004, par un froid glacial, elle retrouve le camp d'Auschwitz Birkenau, elle est accompagnée de ses enfants et petits-enfants, un moment d'une très grande intensité.

 

Simone a toujours été rebelle, c'est peut être ce qui lui a permis de survivre à l'indicible et à mener une existence toute entière dédiée à la défense de causes d'intérêt général.

 

Elève brillante, Simone va suivre les conseils de sa mère :


Faire des études pour pouvoir travailler et être indépendante financièrement. P. 61

Elle ne sait pas encore que l'homme qu'elle épouse en 1946 s'opposera à sa volonté, mais c'est son compter sur la personnalité de Simone, rebelle, elle l'est, y compris dans son propre foyer.

 

En 1957, elle entre au Ministère de la Justice, elle est magistrate. Elle travaille à la direction de l'Administration pénitentiaire, elle doit inspecter les prisons françaises. Son indignation devant l'état des geôles va la pousser à faire valoir les droits des prisonniers notamment en matière de santé. C'est d'ailleurs pour ce ministère qu'en 1974 le tout nouveau Premier Ministre Jacques Chirac la nommera.

 

Sa carrière politique ne fera que commencer, elle sera sur le devant de la scène le 26 novembre de la même année pour prononcer son discours en faveur de la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse, l'un des engagements de campagne pris par le Président de la République, Valéry Giscard d'Estaing.

 

Sarah BRIAND focalise sur le côté profondément humain de cette femme qui avait un charisme à toute épreuve. Simone était une épouse, elle fut également une mère, une grand-mère et même une arrière-grand-mère. J'ai adoré les passages sur sa tribu et notamment l'imaginer préparer le déjeuner du samedi, devenu un rituel.

 

Cette femme n'a pas été épargnée par les épreuves de la vie, il y a eu des décès d'êtres chers. Depuis le tout dernier,  celui de son mari, elle ne sortait plus pour des événements publics.

 

Sarah BRIAND a su montrer une femme "ordinaire" avec ses forces, elle en avait beaucoup, et ses faiblesses.

 

J'ai adoré les passages sur sa complicité avec Marceline LORIDAN et Paul SCHAFFER, ses deux amis connus en déportation avec lesquels elle entretiendra une relation incommensurable.

 

C'est un portrait pluriel que nous brosse Sarah BRIAND :


L'adolescente qui aimait lire, la jeune déportée qui n'a cessé de lutter, l'épouse, la mère, la grand mère, l'amie, la ministre, la présidente du Parlement européen, la discrète, la combattante, la passionnée, l'éternelle rebelle, est accueillie sous la Coupole. P. 167

Elle évoquait bien sûr celle de l'Académie française.

 

Une autre coupole l’accueille désormais, elle et son mari, Antoine, celle du Panthéon, une consécration pour une femme EXTRA-ordinaire.

 

Magnifique biographie, à lire, et relire, sans «modération.

Voir les commentaires

2022-03-31T22:23:13+02:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Clio VAN DE WALLE et clap de fin !

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Clio VAN DE WALLE et clap de fin !

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs.

C'est aujourd'hui le dernier jour de l'édition 2022, l'opportunité d'inviter le 6ème art à faire son entrée.

En 2021, j'ai eu l'immense chance de faire partie d'un jury populaire, le bureau des 100 lecteurs et lectrices retenu.e.s par le Théâtre Le Quai d 'Angers pour choisir un texte parmi sept, un texte inspiré de la phrase de Rosa PARKS :


Je suis fatiguée d'être traitée comme une citoyenne de seconde zone.

L'initiative de Thomas JOLLY, comédien, metteur en scène, directeur du Théâtre Le Quai, et Damien GABRIAC, responsable artistique, a été mise en oeuvre par Jenny DODGE, responsable de projet, avec le concours de Laurence BEDOUET, assistante.

Un immense merci à toute l'équipe pour nous avoir fait vivre cette aventure.

J'avoue, des textes de théâtre, je n'en avais pas relu depuis le lycée (je ne compte plus les années). J'ai donc repris contact avec les didascalies et les narrations sous forme de scènes, une expérience littéraire pas comme les autres.

Nous avons évalué les textes, fait notre choix, et débattu.

Et puis, il y a eu les résultats, un texte lauréat, celui d'une femme, pétillante, pleine d'énergie, Clio VAN DE WALLE, qui a travaillé avec Bernard SOBEL. Sur son tee-shirt noir lundi soir était écrit : "I do what I want", c'est dire si elle est éprise de liberté, un thème qui lui est cher.

Clio VAN DE WALLE est une artiste, comédienne, c'est aussi la directrice artistique de la Compagnie de théâtre Indigo. Elle écrit des pièces de théâtre donc, ainsi que des textes politiques, la femme est militante et souhaite faire entendre sa voix. Quelle belle idée !

C'est avec "Bien né.e.s, du mauvais côté de l'Eau" que j'ai découvert l'autrice dont la plume est éminemment percutante. Dans la préface du livre qui accueille sa pièce, elle dit :


Le Livre que vous tenez entre vos mains est un objet dangereux, un objet incandescent et flamboyant.

et pour introduire son texte, un extrait du poème Home de Warsan SHIRE


Il faut que tu comprennes
Que personne ne pousse ses enfants sur un bateau
A moins que l'eau ne soit plus sûre que la terre ferme.

Vous l'avez compris, il s'agit de la condition des réfugiés incarnée dans la pièce par Tauri, une star, une femme d'une quarantaine d'années qui se trouve sur un bateau où le champagne coule à flot. C'est là que bientôt elle va dérouler le fil de sa vie, de son exil, son déracinement.

Quant à la mise en scène, réalisée en l'espace de trois mois et demi, un temps record au cours duquel Mélanie LERAY n'a pas chômé mais là commence une autre histoire derrière laquelle se cache... UNE autre FEMME !

Bravo à Clio VAN DE WALLE pour la qualité de sa prose. En attendant, qui sait, de découvrir une autre pièce, Sanga, dont la création est prévue à l'automne prochain au Théâtre de La Flèche à Paris, je me réjouis de lire "Nuit, ma liberté !", un texte qu'elle avait proposé dans le cadre de la première édition du DESC.

Voir les commentaires

2022-03-30T20:55:23+02:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Julie BIRMANT

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Julie BIRMANT

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs.

Place une nouvelle fois au 9ème art.

Il y a quelques semaines, je vous ai présenté une BD, un album tout à fait truculent, signé de deux femmes et dédié à des femmes, des « Drôles de femmes ».

Le scénario est original, il est signé de Julie BIRMANT qui a collaboré avec Catherine MEURISSE.

Il est organisé autour des interviews de femmes, des femmes drôles, parfois malgré elles.

En arrière plan, une toile de Nathalie-Audrey Dubois

En arrière plan, une toile de Nathalie-Audrey Dubois

Tout commence avec celui de Yolande MOREAU, un bijou, un portrait tendre, émouvant. 

Et puis il y a aussi Maria PACOME, Anémone, Dominique LAVANANT, Amélie NOTHOMB, Tsilla CHELTON, Florence CESTAC, Michèle BERNIER, Sylvie JOLY, Claire BRETECHER.

Les entretiens sont éblouissants de sincérité, il y a de l’authenticité et une façon de croquer les personnages que j’aime tout particulièrement.

Cet album, c’est une réussite, d’abord parce qu’il met en lumière des femmes inspirantes, des femmes qui se sont affranchies des carcans de la société pour s’épanouir et se réaliser. Et puis, le graphisme vient souligner leur fantaisie, l’énergie qu’elles ont dû déployer. Il y a de la tension dans les personnages, jusque dans la police de caractères des textes. 

Julie BIRMANT, vous la connaissiez peut-être pour "Pablo" (Pablo PICASSO), lauréat du Grand Prix RTL de la Bande dessinée en 2012. Elle avait alors travaillé avec Clément OUBRERIE.

Voir les commentaires

2022-03-30T20:28:57+02:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Marie VINGTRAS

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Marie VINGTRAS

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs.

Celle de Marie VINGTRAS, je l'ai découverte très récemment avec son premier roman publié aux éditions de l'Olivier. "Blizzard" fait partie de la #selection2022 des 68 Premières fois.

La publication de ma chronique est prévue le samedi 9 avril prochain mais je souhaitais absolument évoquer l'écriture de la toute jeune femme avant de clore ce mois de mars haut en couleurs.

Et puis, en naviguant sur la toile, j'ai mis la main sur un podcast qui lui était dédié. Au micro, Julien LECLERC, dans le cadre de ses "Balades artistiques", j'ai trouvé intéressant de partager avec vous cette interview.

A vos écouteurs !

Voir les commentaires

2022-03-29T21:41:47+02:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Marcia BURNIER

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Marcia BURNIER

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs.

J'ai fait connaissance avec celle de Marcia BURNIER avec "Les orageuses" chez Cambourakis éditions lors de la #selection2021 des 68 Premières fois.

C'était il y a un an et pourtant, cette lecture n'a pas pris une ride. Je m'en souviens comme au premier jour, gage d'une très grande qualité !

Il était une fois... on pourrait croire au conte de fées mais vous allez voir que l’on en est bien loin, à moins que la vengeance et la réparation ne soient un brin fabuleuses. 
 
Il était une fois, donc, un gang de filles, toutes des meufs violées, des filles dont les corps n'en font qu'à leur tête. Comment être bien dans sa peau quand vous avez été contraintes, souillées, pénétrées par des membres abjects ? Mia, Lucie, Leo, Lila, Inès... sont autant de femmes que la colère anime. Pourquoi la violence serait l’apanage des hommes ? Franchement, quelle question !  Ces femmes qui se ressemblent, donc, décident de faire communauté avec un objectif : se faire justice soi-même puisqu'elles ne peuvent compter sur les institutions pour leur rendre leur du. Et si elles réglaient d'abord leurs comptes avec leurs assaillants, leurs prédateurs ?
 
Vous l’aurez compris, le ton est ironique, un brin sarcastique.
 
Ce livre se structure autour d’un scénario burlesque, une manière de tourner en dérision tout ce qui agresse les femmes. Il m'a fait penser à "Une joie féroce" de Sorg CHALANDON. Marcia BURNIER a ce talent de vous surprendre, vous faire emprunter une voie que vous n'aviez pas imaginée.
 
Il y a des passages magnifiques sur l'art du tatouage et ce pourquoi certaines femmes s'y adonnent jusqu'à couvrir des pans entiers de leur corps, une certaine forme de rédemption.
 
La plume est belle, l’objet dérangeant.
 
La première de couverture est une œuvre d’art, vraiment. C'est la création de Marianne ACQUA, je vous invite à aller visiter son compte Instagram.

Voir les commentaires

2022-03-29T21:38:38+02:00

Je serai le feu de Diglee

Publié par Tlivres
Je serai le feu de Diglee

Mon #Mardiconseil c'est un livre EXTRAordinaire : "Je serai le feu" de Diglee.

S'il y a des femmes qui parlent des "Grandes oubliées", je pense à Titiou LECOQ bien sûr, il y en a d'autres qui consacrent leurs ouvrages à des femmes pour leur assurer la postérité.

Ce mois-ci, il y a eu la BD de Catherine MEURISSE et Julie BIRMANT, "Drôles de femmes" qui croquent avec gourmandise des femmes qui nous ont fait rire, et parfois le font toujours, de ces 4 ou 5 dernières décennies : Valérie BERNIER, Dominique LAVANANT, Florence CESTAC, Yolande MOREAU, et bien d'autres encore.

Et puis, il y a la démarche de Diglee. Peut-être connaissez-vous Diglee... personnellement, c'est une découverte pour moi, un très joli cadeau de ma grande fille.

Diglee s'improvise dans différents registres, la bande dessinée, le roman... elle est également présente sur toile avec son "Blog d'illustratrice", une belle entrée en matière dans l'univers d'une "illustratrice, lectrice, féministe". Elle n'hésite pas non plus à se mettre en scène avec de nombreuses vidéos postées sur sa chaîne Youtube. Elle y chronique notamment des livres. J'aime son style décomplexé, elle est nature et c'est comme ça qu'on l'aime. Elle est drôle mais attention, parfois, le rire est jaune. Diglee est une militante, elle a ses combats.

Là, l'idée de cet ouvrage lui est venue en rencontrant une libraire, Marie-Josée COMTE-BEALU, veuve du poète Marcel BEALU.

C'est un livre toilé aux reflets dorés enflammés, quel plus joli cadeau ? Je suis comblée.

Diglee explique elle-même être passée pendant sa jeunesse à côté de poétesses. De là à dire que l'Education Nationale ne connaissait que les hommes, il n'y a qu'un pas que je crois pouvoir rapidement franchir.

Diglee, elle, a choisi d'en honorer cinquante qu'elle classe entre :

Les filles de la lune

Les prédatrices

Les mélancoliques

Les magiciennes

Les excentriques

Les insoumises

Les alchimistes du verbe

Les consumées

J'y ai retrouvé Andrée CHEDID, l'occasion d'un petit clin d'oeil au Book Club qui nous avait proposé "Le message". Mais je dois bien l'avouer, je n'en connaissais que très peu. Après la lecture de "Je serai le feu", j'aurais comblé un certain nombre de lacunes.

Pour chaque rubrique, une présentation du genre poétique. Ainsi, 


Les filles de la Lune sont les poétesses lyriques. Celles qui à chaque vers invoquent la nature, ses couleurs, ses fleurs, ses bruits et ses parfums [...]. P. 10

A chaque femme, une illustration, (n'oublions pas que Diglee est illustratrice et j'avoue qu'elle a particulièrement soigné ses dessins), des éléments biographiques et puis, des poèmes bien sûr. Quel bonheur que de s'arrêter quelques minutes pour en lire un, ou deux, savourez, tout simplement.

Je vous propose "Le temps qui passe" de Maya ANGELOU :

"Ta peau aurore

La mienne crépuscule.

L'une peint le début

d'une fin certaine.

L'autre, la fin

d'un certain préambule."

Des vers, il y en a pour tous les goûts, toutes les humeurs.

Tiens, tiens, les traductions des textes en anglais sont le fruit du travail de Clémentine BEAUVAIS, je crois que j'ai rendez-vous avec elle dans le cadre de la #selection2022 des 68 Premières fois, le monde est petit, non ?

Ce livre, il peut rester sur votre table de salon et devenir l'un de vos fidèles amis.

Comme j'aime stopper l'instant, admirer l'esthétisme de l'ouvrage et m'y plonger. C'est une invitation à appuyer sur la touche "pause" de la vie et à se faire plaisir. C'est bien simple, je ne peux plus m'en passer ! Merci infiniment à celle qui a eu la délicate attention de le glisser dans la hotte du Père Noël, je l'aime !

Voir les commentaires

2022-03-28T18:00:00+02:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Isabel GUTIERREZ

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Isabel GUTIERREZ

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs.

Je viens de découvrir celle d'Isabel GUTIERREZ avec la lecture, dans le cadre de la #selection2022 du bal des 68 Premières fois, de son premier roman, "Ubasute" aux éditions La fosse aux ours, c'est un coup de coeur que je vous présenterai samedi 2 avril.

L'opération #marsaufeminin sera terminée mais je ne pouvais pas ne pas la citer !

En attendant, vous pouvez en écouter un extrait lu par Céline Hamel, médiathèques du réseau BiblioFil.

Voir les commentaires

2022-03-28T18:00:00+02:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Julie RUOCCO

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Julie RUOCCO

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs, des plumes découvertes ces derniers mois.

J'ai fait connaissance avec celle de Julie RUOCCO, "Furies" de Julie RUOCCO chez Actes Sud, dans le cadre de la #selection2022 des 68 Premières fois,.

Bérénice est archéologue de formation. Elle part en mission. Elle a pris l’habitude de faire l’aller-retour. Elle recèle des antiquités. Mais arrivée à Kilis, une ville turque à la frontière avec la Syrie, au moment où elle doit choisir les bijoux qu’elle rapportera en France, une voiture explose. C’est un attentat suicide. Sonnée, elle s’enfuie avec le sac ensanglanté. Elle trouve refuge chez sa logeuse. Lors d’une sortie, près du grillage de la frontière, une mère lui confie son enfant. Une petite fille. Bérénice dont la vie est en danger assume cette nouvelle responsabilité. Elle doit rentrer en France avec elle mais pour ça, un passeport est nécessaire. Elle s’adresse à un homme qui fait de faux papiers. Il fait revivre tous ceux de son village, assassinés, en transmettant leurs noms à ceux qui cherchent encore à sauver leur vie. Avec lui et l’enfant, Bérénice va laisser s’étirer le temps, à la vie, à la mort.

Ce roman, c’est une claque, un roman puissant qui parle de la guerre en Syrie, une guerre civile engagée depuis 2011. Souvenez-vous, soufflait alors l’élan du Printemps arabe !

L'écrivaine fait de la guerre un objet littéraire, une tragédie, et revisite les événements à travers des personnages de fiction.

Dans un récit rythmé par les explosions, elle a cette capacité à faire émerger de la torpeur et l’hébétude des instants de grâce, des moments aussi précieux que fulgurants comme autant de ponts dressés entre les hommes que plus rien ne retient.

Julie RUOCCO nous livre un roman percutant, une bombe… à retardement. Souvenez-vous bien d'elle, nul doute que Julie RUOCCO est promise à un très beau parcours en littérature.

Voir les commentaires

2022-03-27T20:10:44+02:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Agathe SANJUAN

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Agathe SANJUAN

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs, des plumes découvertes ces derniers mois.

J'ai fait connaissance avec celle de Agathe SANJUAN avec la lecture de son premier roman, "La maison enchantéeaux éditions Aux Forges de Vulcain.

Zoé est arrivée sur Paris pour travailler. Elle est passionnée d'art. A ses heures perdues, elle fréquente les galeries. C'est au cours de l'une de ses flâneries qu'elle découvre des estampes. Elle s'intéresse à la discipline, explore la technique, devient fidèle d'une maison et se lie avec Julien, le jeune homme qui l'accueille, la guide, l'oriente. C'est avec lui aussi qu'elle fera la visite d'un musée privé, un brin mystérieux...

Si vous aimez l'art mais que vous n'avez pas de formation particulière, vous apprécierez certainement d'accompagner Zoé dans ses tribulations. 

Zoé, c'est un personnage profondément attachant, une jeune femme que rien ne prédisposait à aimer l'art. A la maison, quand elle était enfant, il n'y avait pas d'oeuvres. Elle a donc fait ses armes seules. Agathe SANJUAN restitue parfaitement le sentiment de solitude que l'on peut éprouver parfois quand on est passionné par une discipline et qu'il est difficile d'en parler avec parents, famille et amis, sans avoir l'impression de les "gaver". C'est pourtant là que les choses deviennent intéressantes, quand les êtres dévoilent leur vraie nature.

Agathe SANJUAN nous plonge au coeur d'une discipline, les estampes. Elle va, un peu comme sait très bien le faire Maylis DE KERANGAL, le temps d'une lecture, nous apprendre les techniques, replacer dans le contexte historique les différents mouvements, enrichir nos connaissances.

Enfin, il y a la qualité de la plume. Je suis littéralement sortie "enchantée" par les mots de la jeune femme, Agathe SANJUAN, dont l'écriture est éminemment romanesque. Elle n'en fait pas trop, juste ce qu'il faut pour éveiller notre curiosité et nous tenir en haleine. Entre fiction et onirisme, elle nous propose de découvrir "La maison enchantée" tout en volupté, bravo !

Voir les commentaires

2022-03-25T19:18:01+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Isabelle DANGY

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Isabelle DANGY

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs, des plumes découvertes ces derniers mois.

 

Isabelle DANGY, c’est avec « Les nus d’Hersanghem » aux éditions Le Passage que nous avons fait connaissance, un roman plein de poésie.
 

Grégoire Arakelian arrive de Marseille à Hersanghem en avril, il est nommé au Tribunal de Grande Instance pour un premier poste de greffier. Marie, sa fiancée, est restée à Marseille, sa ville d’origine, malgré leur quatre années d’amour. Elle ne se sentait pas prête. Grégoire, de son côté, fait connaissance avec Monsieur Vivien, comptable à la retraite, qui lui fait visiter la ville. Tous deux arpentent les lieux. Au gré de leurs promenades, Grégoire prend des photos qu'il expédie à Marie. Il devient l'ambassadeur de Hersanghem pour lever les doutes de sa bien-aimée. Mais aujourd'hui, les vibrations changent. La ville vit au rythme de l'événement qui ponctue l'année, la braderie estivale, le dernier week-end de juillet. Grégoire perd tous ses repères. Pire encore, le temps est à l'orage !

 

Peut-être aurez-vous la même tentation que moi et irez chercher Hersanghem sur internet... Vous n'y trouverez rien, cette ville relève de la pure imagination de l'écrivaine, mais quelle imagination ! 

 

Dans un processus littéraire original, Isabelle DANGY va créer de toutes pièces une cité avec ses propres espaces publics, ses monuments et autres aménagements. Au gré d'une succession de chapitres répondant aux doux noms du Quai d’Hazebrouck, du cinéma du centre Jasmyn... l'écrivaine nous offre un paysage urbain à parcourir, paysage regardé par le filtre de l'appareil photographique.

 

Mais là où les choses deviennent vraiment intéressantes, c'est lorsqu'elle en brosse le paysage humain. Isabelle DANGY explore avec une incroyable minutie les hommes et les femmes qui y habitent, celles et ceux qui en composent la vie, à l'image du gardien de Beffroi. Dans une approche un brin anthropologique, elle va, les uns, les autres, les mettre à nu. 

 

Je crois que je ne suis pas la seule à avoir apprécié cette lecture. Elle fait partie des 20 sélectionnées pour le Prix du Livre Orange 2022
 

 

 

Voir les commentaires

2022-03-24T23:01:45+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Ariane BOIS

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Ariane BOIS

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs, des plumes découvertes ces derniers mois.

Ariane BOIS a écrit "L'amour au temps des éléphants" aux éditions Belfond.

Arabella Cox, rebelle, insoumise depuis sa plus tendre enfance, bercée par les histoires de sa grand-mère inspirées de sa propre expérience de missionnaire adventiste en Afrique australe, est fascinée par le cirque. Elle assiste, indignée, à l’effroyable spectacle, la mort d’un éléphant par pendaison. Nous sommes dans le Tennessee en 1916. Tous les journalistes sont là pour couvrir l’événement. Lors de la parade du cirque, la veille, dans les rues de Kingsport, l’éléphante Mary a tué son dresseur devant une foule apeurée. Arabella a profondément été affectée par l’assassinat du pachyderme. Elle poursuit sa vie d’adolescente sous le regard exigeant de son père, adventiste du 7ème jour. Et puis, il y aura une histoire de jeunesse, dénoncée par son frère. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, Arabella est renvoyée de la famille par son père. Elle part pour New-York où elle suit une formation d’infirmière, mais là ne sera qu’une première étape de son itinéraire à travers le monde.

Arabella est un personnage haut en couleurs, un très beau portrait de femme, c’est sans conteste l’héroïne du livre. Petite, elle ne faisait rien comme les autres enfants de son âge. Elle aura repoussé les limites jusqu’au point de rupture avec son père mais c’est sans doute là le plus beau cadeau qu’il ait pu lui faire, lui offrir la voie de la liberté. Et puis, Arabella est éminemment romanesque. Elle va vivre une histoire d’amour fougueuse et une histoire d’amitié absolument magnifique, les deux intimement liées par une même allégresse.

« L’amour au temps des éléphants » est un brillant roman d’aventure, un foisonnant roman historique, le tout servi par une plume jubilatoire. Je vous le conseille absolument.

Voir les commentaires

2022-03-23T21:33:48+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Catherine MEURISSE

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Catherine MEURISSE

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs.

Nous sommes mercredi et seulement quelques jours après la clôture du Festival d'Angoulême, place donc au 9ème art avec Catherine MEURISSE, une autrice, dessinatrice et illustratrice de BD.

Avec Julie BIRMANT, elle nous a récemment livré "Drôles de femmes", un album dans lequel elles croquent d'autres femmes et en dressent de beaux portraits pour concourir à leur mémoire. C'est une démarche généreuse, pleine de fantaisie et d'humour.

Plus tôt, il y avait eu "La légéreté". Catherine MEURISSE, qu'une panne de réveil a sauvé des attentas de Charlie Hebdo, vit un drame intime, singulier, profond, intérieur, l'instinct de survie repose sur la beauté. Elle en fait sa quête personnelle, quotidienne. Elle va se mettre à rêver du "syndrome de Stendhal".

Pour faire plus ample connaissance avec cette femme pleine de talent, vous pouvez aussi écouter le podcast de l'émission de Boomerang sur France Inter du 15 janvier 2021, elle était interviewée par Augustin TRAPENARD, un très bel entretien.

Voir les commentaires

2022-03-21T22:38:29+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Séverine VIDAL

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Séverine VIDAL

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs.

Celle de Séverine VIDAL, je l'ai découverte grâce à ma fille qui m'a confié un roman graphique, "George SAND", réalisé avec la dessinatrice, Kim CONSIGNY.

Cette biographie d'une femme du siècle est brillamment restituée, quelques textes accompagnés d'illustrations en monochrome avec des personnages aux seuls contours. 

J'étais loin de connaître l'ensemble de la vie de cette femme de lettres. Cette désignation lui sied tout particulièrement. Elle en aurait rédigé à peu près 20 000 qu'elle adressait à ses amants, sa famille, toutes celles et tous ceux avec qui la féministe et l'écrivaine entretenait une relation.

Cette BD s’inspire d’événements marquants de l’existence de George SAND pour en brosser le portrait à grands traits.

Cette BD résonne comme un appel à se replonger dans l’œuvre de l'écrivaine. Je vous invite à écouter La compagnie des auteurs qui a consacré sur France Culture quatre volets à la romancière, la critique littéraire, la femme engagée que fut George SAND.

Mais plus que ça, il s'agit là de s'intéresser à Séverine VIDAL. Honte sur moi quand je vois le nombre de livres réalisés. Si là, il s'agit d'un roman graphique, l'écrivaine a plus d'une corde à son arc, elle navigue entre les registres littéraires. Sa production est époustouflante. Je crois que je vais m'y intéresser de plus près. Vous aussi j'espère !

Voir les commentaires

2022-03-21T22:14:05+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Laurine THIZY

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Laurine THIZY

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs.

Il en est une découverte tout récemment dans le cadre de la #selection2022 du bal des 68, Laurine THIZY avec son roman, "Les maisons vides" aux Éditions de L’Olivier, une lecture coup de poing.

Dans ce roman, il est question du corps, de la mort, de la religion.

Le personnage de Gabrièle, adolescente, est profondément émouvant. Impossible de l'oublier, vraiment.

Quelle plume, la main de fer dans un gant de velours, quelle construction narrative, une alternance de chapitres méticuleusement rythmés, quel premier roman, une lecture coup de poing, tout simplement. J'en suis sortie K.O., bravo !

Cette découverte, je la dois aux fées que je ne remercierais jamais assez de repérer dans la rentrée littéraire des  plumes tout à fait exceptionnelles.

Repérez bien ce nom, Laurine THIZY, nul doute que l'on reparlera d'elle !

Voir les commentaires

2022-03-21T22:06:29+01:00

Les violences conjugales selon Firoozeh

Publié par Tlivres
Les violences conjugales selon Firoozeh

Sur Angers, du 7 au 31 mars 2022, les grilles du Musée Pincée et du Jardin des Plantes deviennent un lieu d'exposition à ciel ouvert pour l'égalité femme/homme.

Une trentaine de dessins de presse est visible pour le badaud flânant dans les rues de la ville. Il s'agit d'imaginer d'autres formes d'action après le mouvement #MeToo.

Après deux créations de Carrilho, portugais, place aujourd'hui à Firoozeh, une artiste iranienne, membre du collectif Cartooning for peace.

Au dos des grilles du Jardin des Plantes, c'est-à-dire côté intérieur, sont exposées des créations choquantes, âmes sensibles d'abstenir.

En réalité, il s'agit d'aller au-delà des carricatures et autres humiliations des femmes pour passer à la force supérieure et évoquer les violences physiques faites aux femmes.

Là, une maison, toute en noir, un rideau tiré qui laisse passer la lumière intérieure pour mieux repérer le visage d'une femme, torturé. Au théâtre, on parlerait d'une tragédie mais nous ne sommes pas au théâtre. Il n'y a pas de comédiens, il n'y a pas de rôles à jouer. Il s'agit de faits réels.

Cette création, ma #lundioeuvredart, fait référence aux 126 000 femmes qui, en 2019, ont été victimes des violences de leur conjoint, c'est-à-dire dans l'intimité familiale, à la maison, dans l'appartement, à l'abri des regards. 102 femmes y ont laissé leur vie en 2020.

S'il n'y a pas de hiérarchie dans les violences faites aux femmes, les violences physiques sont la représentation la plus forte, la plus insupportable aussi, de la soumission des femmes. Louise MEY avec "La deuxième femme" nous livre un roman insoutenable sur le sujet, roman qu'elle a écrit sur la base de nombreux témoignages et autres archives. 

Si des actions sont lancées par le Gouvernement et les Associations pour permettre aux femmes de trouver un nouveau logement après une solution d'hébergement temporaire, chacun sait que sortir des griffes du prédateur reste l'une des plus grandes difficultés pour les femmes battues.

Cette oeuvre d'art constitue, de mon point de vue, un très bon prétexte à l'échange. Elle est tellement explicite. Bravo à Firoozeh pour le message accessible par tous.

Voir les commentaires

2022-03-21T21:24:43+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Jakuta ALIKAVAZOVIC

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Jakuta ALIKAVAZOVIC

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de revenir sur des plumes pleines de talent.

Il en est une découverte très récemment qui m'a offert un vrai moment d'émerveillement, celle de Jakuta ALIKAVAZOVIC.

Il aura fallu une soirée organisée par l'Association Bouillon de Cube au  Musée des Beaux Arts d'Angers pour que je tombe sous le charme de la prose de l'autrice du Prix Medicis Essai 2021, "Comme un ciel en nous", publié aux  éditions Stock dans la collection "Ma nuit au musée".

Jakuta ALIKAVAZOVIC, c'est au Musée du Louvre de Paris qu'elle a passé une nuit, juste avant le confinement de 2020, en mars, dans la section des Antiques, dans la salle des Cariatides.

Quelques pas de danse et puis, la nuit venue, l’installation du matelas au pied de la Vénus de Milo, un petit clin d’œil à sa mère.

Mais cet essai est en réalité une formidable preuve d’amour d’une fille qui à son père, cet immigré arrivé du Monténégro en France à l’âge de 20 ans. Ses études d’économie ont très vite été abandonnées pour laisser place à celles de l’histoire de l’art. Il s’enivrait de la beauté. Homme de fantaisie, il posait régulièrement cette question à sa fille :


Et toi, comment t’y prendrais-tu, pour voler la Joconde ?

De l’histoire de son père, son arrivée en France, l’apprentissage des codes… elle n’en a rien su. Quand il y faisait référence, tout n’était qu’un conte, mais elle sait aujourd’hui qu’il mentait.

 

La question de la transmission des traumatismes aux générations suivantes me captive. Comment ne pas mettre cet essai aujourd’hui en relation avec ce que vivent les réfugiés ukrainiens qui fuient leur pays, menacés de mort par Vladimir POUTINE ? Comment vont-ils se construire après ces événements ?

J’ai été profondément émue par cette dimension de l’essai.

Et puis, il y a eu aussi le rapport à l’art, l’appréciation des détails grâce à un regard initié porté aux œuvres. Fascinant !

Enfin, et c’est là le sel de ce livre, c’est le sujet de la transgression, le fait de pourvoir repousser les limites et accéder à un interdit. 

Je ne connaissais pas encore Jakuta ALIKAVAZOVIC, pourtant lauréate du Prix Goncourt du premier roman pour « Corps volatils » en 2008. C'est désormais chose faite et je me réjouis d'avoir devant moi quelques livres d'elle à lire !

Voir les commentaires

2022-03-20T21:47:55+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Anne-Fleur MURTON

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Anne-Fleur MURTON

L'opération #marsaufeminin est l'occasion de mettre des plumes féminines sous les projecteurs.

Il en est une découverte tout récemment dans le cadre de la #selection2022 du bal des 68, Anne-Fleur MURTON avec son premier roman, "Les nuits bleues" aux éditions de L'Observatoire.

Ce roman inspiré de l'histoire personnelle de l'autrice, c'est une histoire d’amour, d’une femme avec une femme, une histoire de vie, quotidienne, amoureuse, passionnante, une histoire de tous les jours, de toutes les couleurs... de l'arc-en-ciel.

Là, la plume a elle seule est un roman, des phrases courtes, des phrases longues, le tout avec un minimum de ponctuation, voire pas, en vers, ou pas, laisser rythmer sa lecture, se laisser porter par la cadence, tenter, trébucher, recommencer, épouser.

Anne-Fleur MURTON incarne la nouvelle génération d'écrivaines, des jeunes femmes qui sortent des sentiers battus des canons de la narration pour s'affranchir de la forme, s'autoriser de nouvelles voies, nous proposer de nouvelles sensations. 

Impossible de vous quitter sans vous proposer de danser, nous sommes au bal, n'est-ce pas ? 

Je vous propose quelques notes de country, "Jolene" de Dolly PARTON.

Allez, musique !

Voir les commentaires

2022-03-18T22:30:20+01:00

Mars au féminin, tapis rouge pour Julie DACHEZ

Publié par Tlivres
Mars au féminin, tapis rouge pour Julie DACHEZ

L'opération #marsaufeminin, c'est l'opportunité de mettre sous les projecteurs des femmes talentueuses. Semaine du Festival de BD d’Angoulême oblige, une nouvelle fois, place à une autrice, Julie DACHEZ.

Je l’ai découverte avec « La différence invisible », un album profondément émouvant mais aussi très instructif sur le syndrome d’Asperger dont Julie DACHEZ est elle-même victime.

 

Cette BD est aussi un formidable outil pédagogique pour celles et ceux qui sont confronté(e)s de près ou de loin au syndrome d'Asperger reconnu aujourd'hui nationalement. La journée du 18 février lui est d'ailleurs dédié. Pouvoir mettre des mots sur des émotions est, à n'en pas douter, le premier pas vers l'acceptation de soi. C'est d'ailleurs ce que montre très bien le scénario de ce roman graphique qui, pour celles et ceux qui voudront aller encore plus loin, pourront terminer par un kézako sur le sujet.
 
C'est une BD très didactique que l'on devrait mettre dans toutes les mains. Je suis sûre que petits et grands auraient beaucoup à apprendre de l'itinéraire de Marguerite tant pour celles et ceux qui souffrent au quotidien d'une différence que pour celles et ceux qui regardent les autres comme s'ils étaient différents. Différents par rapport à quoi ? C'est peut‐être la question qu'il est urgent de se poser !

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog