Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #t une femme catégorie

2017-05-17T20:01:34+02:00

Niki de Saint-Phalle et son "Arbre-serpents"

Publié par Tlivres
Niki de Saint-Phalle et son "Arbre-serpents"

Impossible de passer à côté du retour de l'oeuvre de Niki de SAINT-PHALLE "L'Arbre-serpents" dans la cour du Musée des Beaux Arts d'Angers sans rédiger une chronique sur cette artiste franco-américaine extraordinaire.

Sa petite-fille et gestionnaire de la Niki charitable art foundation, Bloum CARDENAS s'est déplacée pour l'événement. Elle a salué le travail réalisé par les restaurateurs pour offrir une nouvelle vie à cette sculpture exposée à tous les temps.

Elle dit de sa grand-mère que "c'était une bombe dans tous les sens du terme !". Niki de SAINT-PHALLE, c'est une artiste que j'aime beaucoup et depuis une belle vingtaine d'années maintenant. Elle s'affiche d'ailleurs dans la bannière du blog comme une signature depuis son tout premier jour !

Bien sûr, comme beaucoup, je l'ai découverte avec ces Nanas, ces femmes aux formes généreuses qui, dans les années 1960, affichaient le charme des rondeurs comme un contre-pouvoir exercé face aux canons de la beauté revendiqués par les professionnels de la mode. Elle savait d'ailleurs tout particulièrement de quoi elle parlait puisqu'elle fut elle-même mannequin ! Il y avait avec Niki de SAINT-PHALLE l'affirmation d'un acte militant, un acte féministe montrant une autre voie possible.

Elle était provocatrice aussi. J'en veux pour preuve sa Nana couchée, Hon, créée en 1966 avec son mari, Jean TINGUELY, et dans laquelle le public pouvait entrer par le vagin pour assister à une mise en scène artistique.

Niki de Saint-Phalle et son "Arbre-serpents"

Elle était exceptionnelle aussi dans les dimensions qu'elles donnait à ses oeuvres. Monumentales elles étaient. Hon mesurait 28 mètres de long.

Elles ont trouvé un écrin majestueux dans le Jardin des Tarots situé en Toscane. Inspirée du Parc Güell de Barcelone pour les oeuvres de GAUDI, Niki de SAINT-PHALLE y a mis beaucoup de ténacité pour mener à bien ce projet fantastique.

Ce que j'aime beaucoup dans son oeuvre, c'est le mélange des matières avec ses mosaïques composées de petites pierres, de morceaux de miroir, brillants et réfléchissants, ce sont ses couleurs aussi, chatoyantes à l'envi, gaies, lumineuses. 

Elle créait des oeuvres originales et tellement suggestives à l'image de "La Justice" par exemple. Insolite, non ?

Niki de Saint-Phalle et son "Arbre-serpents"

Niki de SAINT-PHALLE, c'était une femme qui allait jusqu'au bout de ses idées, de son art. Elle s'affranchissait des limites qui pouvaient entraver sa création, elle croyait en ses capacités de devenir une héroïne.

Sa philosophie, j'ai envie de la relayer partout autour de moi. Elle n'a pas pris une ride avec le temps. Il conviendrait même de la crier haut et fort quand les droits des femmes peuvent être un brin fragilisés.

Que toutes les petites filles, les jeunes filles, les jeunes femmes, et les autres, croient en cet horizon des possibles ! 

Niki de Saint-Phalle et son "Arbre-serpents"

Niki de SAINT-PHALLE, assurément, "c'était une bombe !".

Voir les commentaires

2017-05-16T19:10:22+02:00

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

Publié par Tlivres

Au mois de mai, fait ce qu'il te plaît ! 


Autant depuis le début de cette année, j'ai été très branchée littérature avec un rythme de folie mené avec les 68 premières fois, autant depuis quelques jours, je vagabonde !

Il y a eu la visite de l'exposition "Sisyphe Six Artistes" au Musée Jules DESBOIS de Parçay-les-Pins vendredi soir, il y a eu cette déambulation Place Giffard Langevin à Angers dimanche matin avec la rencontre de Séverine MOISY dite SMO et l'approche de la maladie mentale par la peinture, et puis, hier, dans un lieu improbable, dans une salle d'attente d'un cabinet de kinésithérapie, mon oeil a été attiré par ce qui pourrait être un journal.

 

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

D'une pile composée de magazines dépassait une revue en papier grisé. Son format A3 l'empêchait de se dissimuler et ce fut ma chance. Je l'ai retirée de cette pyramide incertaine et là, je suis restée scotchée à sa couverture : le dessin d'un arbre au feuillage léger, peut-être des roseaux ou bien des bambous. Son titre m'interroge "Dehors-dedans" et puis une légende : Résidence d'artiste 2015 au CHU d'Angers. J'étais happée, impossible de m'en détacher !


Nathalie DUBOIS a été invitée pour une résidence d'artiste par le département de soins de suite et de soins de longue durée pendant six mois. Pourquoi elle en particulier ? Parce qu'elle confère à l'art un rôle majeur dans notre société : "celui de générer du lien entre les personnes, mais aussi entre les individus et leurs lieux de vie et de travail".  Pour explorer l'urbanisme dans ses tréfonds, elle s'est associée à Mustapha SANAOUI, Architecte, il n'en fallait pas plus pour me séduire !

Elle a choisi, pour cette résidence d'artiste, d'appréhender "La Nature" dans le cadre d'oeuvres participatives où patients, visiteurs et personnels du CHU ont apporté leur contribution (des témoignages, des anecdotes...). Sur cette base, elle a stimulé des entrées et sorties pour tisser un lien entre le dehors et le dedans.


Elle s'est appropriée le milieu médical dans lequel elle était accueillie. Ainsi, dans son atelier, elle a convoqué des produits comme la bétadine, la chlorexidine... Elle y a stocké aussi des radios, des opercules de sérum utilisés pour les perfusions, et d 'autres accessoires encore dont elle a dévoyé l'usage.

 
Les oeuvres ainsi composées sont juste magnifiques.

 

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers
Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

A partir d'éléments sources de craintes, de peur, d'angoisses, de souffrance, de douleur, de mal être, elle a réussi à susciter l'esthétisme, le beau, le léger, le merveilleux à l'image de cette branche d'acacia suspendue dans les airs, à l'horizontale, dont les feuilles sont découpées dans de la gaze. Le résultat est d'une légèreté incroyable et d'une beauté exceptionnelle.

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

Pour animer ses oeuvres, elle a aussi fait entrer des oiseaux dans son univers. Ceux qui sont invités parfois, par des patients en fin de vie, à venir manger quelques graines sur le bord de leur fenêtre, comme une bouffée d'air avant le grand départ. L'oiseau retenu ne l'a pas été par hasard. Le chardonneret est effectivement cet oiseau qui se nourrit de chardons, il est à lui seul le symbole des souffrances de l'homme. Découpées dans des radios, les silhouettes des oiseaux laissent apparaître des parties de l'anatomie humaine, une main, un poignet, des doigts... Placées sur un négatoscope éclairé, la réalisation devient une oeuvre artistique remarquable. Le processus est d'une ingéniosité fabuleuse.

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

Le temps passé à attendre dans cette salle impersonnelle a été pour moi une parenthèse d'une très grande impuissance. Je n'ai pas pu résister à l'évoquer avec les professionnels et à leur demander un emprunt de cette publication pour quelques jours, histoire de me permettre de rédiger une chronique à la hauteur de l'émotion ressentie.


L'art soigne les maux, on parle aujourd'hui d'art-thérapie ! En France, les pratiques se multiplient. Elles restent toutefois méconnues. Je suis pourtant convaincue qu'elles peuvent être complémentaires aux pratiques médicales et apporter du bien-être à des hommes et des femmes frappés par la maladie.


Les kinés avec qui j'ai eu la chance d'échanger m'ont dit leur intention d'organiser une exposition des oeuvres de Nathalie DUBOIS. Je ne peux que les inciter à mener à bien ce projet, elles ont besoin de rayonner ! Cette chronique est peut-être un premier pas, notamment pour amener l'artiste à sortir du silence !

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

Voir les commentaires

2017-03-08T07:38:00+01:00

Quand Sonia RYKIEL illustre un abécédaire...

Publié par Tlivres
Quand Sonia RYKIEL illustre un abécédaire...

Il y a quelques temps déjà, j'ai découvert Le Dictionnaire universel des Créatrices, réalisé par des femmes  (bien sûr !) : Béatrice DIDIER, Antoinette FOUQUE et Mireille CALLE-GRUBER. 

 


Toutes les disciplines y sont abordées : les arts, la littérature, la politique, les sciences humaines, le sport... A croire que les femmes s'autorisent désormais tout, qu'on se le dise !

 

D'ailleurs, ça ne serait pas d'aujourd'hui puisque l'ouvrage met en lumière des créatrices sur 40 siècles, rien que ça. Il est composé de 3 volumes de 1600 pages, de quoi accorder à chacune une place à la hauteur de sa contribution pour la civilisation !


Mais, qui dit dictionnaire, dit abécédaire. Et là, c'est une artiste connue pour sa grande couture et son design qui s'est livrée à l'exercice avec une réalisation que je trouve personnellement très réussie.


Sonia RYKIEL, qui est décédée elle aussi l'année dernière, a illustré ces lettrines avec un immense talent. Chaque lettre a son identité propre. Je suis frappée par leur caractère suggestif alors même qu'il ne s'agit que de petits formats. Incroyable !


Je voulais lui faire ce petit clin d'oeil, et je me suis dit que le 8 mars était certainement une date appropriée, non ?

Voir les commentaires

2017-03-08T07:30:00+01:00

Ainsi soit-elle de Benoîte GROULT

Publié par Tlivres
Ainsi soit-elle de Benoîte GROULT

Après avoir récemment brossé le portrait de Joséphine BAKER et Olympe de GOUGES au gré de leurs biographies rédigées et illustrées par CATEL et BOCQUET, et parce qu'il convient de célébrer dignement la journée internationale en faveur des droits des femmes, j'ai choisi en ce 8 mars 2017 de vous parler d'une grande Dame du féminisme : Benoîte GROULT.

 

Elle s'est éteinte l'année dernière à l'âge de 96 ans. 

 

Depuis, ma fille m'a confié "Ainsi soit-elle" en m'invitant avec insistance à le lire (comme c'est bon de se faire conseiller de pareille manière, peut-être une affaire d'éducation !). Je m'étais promise de lire cet essai en mars, c'est chose faite, et je vous invite, vous aussi, à vous y plonger.

 


D'abord, il faut savoir que Benoîte GROULT avait beaucoup d'humour. J'ai ri à la lecture de cet essai qui donne à voir une femme de personnalité capable d'user de la dérision dans le propos, histoire de répondre aux hommes avec tact et finesse. C'était certainement là une de ses très grandes forces. J'ai beaucoup aimé sa réponse à Freud qui parle "d'insuffisance génitale" lorsqu'il évoque les femmes :

 


Parler d'insuffisance génitale à propos d'un être qui possède deux organes de plaisir sexuel, plus un appareil reproducteur, me paraît, soit dit en passant, d'une suffisance... P. 132

Ensuite, parce que Benoîte GROULT avait cette capacité à nous faire déculpabiliser d'être femme, faisant sauter ainsi tous les verrous culturels et psychologiques. Il suffit de suivre les actualités pour se convaincre de la fragilité de la condition féminine encore aujourd'hui, au XXIème siècle. Se remémorer cette sage philosophie devient juste une évidence : 

 


Il faut enfin guérir d'être femme. Non pas d'être née femme, mais d'avoir été élevée femme dans un univers d'hommes, d'avoir vécu chaque étape et chaque acte de notre vie avec les yeux des hommes, selon les critères des hommes. P. 34

Mais aussi, parce que Benoîte GROULT respectait ses adversaires, les hommes. Alors même qu'elle relate des propos odieux tenus par certains d'entre eux traitant les femmes tantôt de singes (Stephen HECQUET en 1960), tantôt de légumes Le Père Lelong en 1972), elle continue de porter un discours avec déférence.


Il semble que la seule notion de liberté féminine dans quelque domaine que ce soit, ait eu le don de rendre enragés, au point d'oblitérer en eux tout jugement, des hommes qui passent par ailleurs pour extrêmement intelligents. P. 55

Enfin, parce que sa définition du féminisme me parle et qu'elle semble toujours être au goût du jour :


Car le féminisme ne se résume pas à une revendication de justice, parfois rageuse, ni à telle ou telle manifestation scandaleuse ; c'est aussi la promesse, ou du moins l'espoir, d'un monde différent et qui pourrait être meilleur. P. 73

Cet essai date de 2006, et pourtant il ne semble pas avoir pris une ride, comme Benoîte GROULT qui restera à jamais une grande Femme. 

Voir les commentaires

2016-06-06T19:28:33+02:00

Nellie BLY, journaliste, croquée par Pénélope BAGIEU

Publié par Tlivres
Nellie BLY, journaliste, croquée par Pénélope BAGIEU

Pénélope BAGIEU a eu un petit coup de mou la semaine dernière (comme moi, je me sens moins seule d'un coup !!!), elle n'a pas diffusé de portrait de femme dans le blog "Les Culottées" !

Mais aujourd'hui, ça y est, elle a retrouvé son rythme de croisière pour notre plus grand plaisir !

Elle nous brosse le portrait de Nellie BLY, une femme extraordinaire, et oui, encore une !

A la question "à quoi sont bonnes les femmes ?", elle a apporté une réponse qui a lancé sa carrière de journaliste d'investigation.

Dommage qu'elle soit décédée à 57 ans, elle aurait pu mener de grands combats.

Réjouissons-nous toutefois qu'elle soit honorée chaque année avec le prix qui porte son nom remis par le New York Press Club aux jeunes journalistes les plus audacieux.

Voir les commentaires

2016-05-25T20:18:55+02:00

Betty DAVIS croquée par Pénélope BAGIEU

Publié par Tlivres
Betty DAVIS croquée par Pénélope BAGIEU

Pénélope BAGIEU nous retrace le parcours d'une femme dont on devrait entendre parler en 2017... Betty DAVIS !

Alors, si vous voulez briller dans les salons... tenez vous informé(e)s, consultez le blog "Les Culottées" !

Je vous donne quelques indices :

* elle est afro-américaine,

* il s'agit d'une auteure-compositrice,

* elle a côtoyé des grands noms de la musique,

* elle a fait sien celui de l'un d'entre eux !

Vous avez deviné ?

Non ?

Je ne peux plus rien faire pour vous... Faites confiance à Pénélope !

Voir les commentaires

2016-05-17T19:48:53+02:00

Thérèse CLERC et la folle aventure des Babayagas

Publié par Tlivres

Thérèse CLERC, vous connaissez ?

Les Babayagas, non plus ?

Est-ce que ce proverbe vous dit quelque chose ? 

 

"Vieillir vieux, c'est bien,

Mais vieillir bien, c'est mieux"

 

Toujours pas ?

Alors, foncez sur le blog "Les Culottées", Pénélope BAGIEU croque le portrait d'une femme que l'on pourrait appeler Simone... 

Voir les commentaires

2016-05-10T12:12:25+02:00

Cheryl BRIDGES croquée par Pénélope BAGIEU

Publié par Tlivres
Cheryl BRIDGES croquée par Pénélope BAGIEU

Après le rap, la course à pied comme levier d'émancipation féminine !

Cheryl BRIDGES a trouver sa voie sur une piste d'athlétisme. Au tout début, il s'agissait de fuir des réalités familiales et de s'offrir un moment de liberté. Mais elle y a pris goût !

Pour le reste, je vous laisse en compagnie de Pénélope BAGIEU via le blog "Les Culottées".

Cette rubrique hebdo, je l'adore !

Voir les commentaires

2016-05-06T14:27:11+02:00

Sonita ALIZADEH, rappeuse, croquée par Pénélope BAGIEU

Publié par Tlivres
Sonita ALIZADEH, rappeuse, croquée par Pénélope BAGIEU

Je m'étais bien habituée au rituel du mardi pour la publication d'un portrait de femme croqué par Pénélope BAGIEU, et puis voilà, des circonstances malheureuses m'ont font perdre la notion du temps...

Mais il n'est pas trop tard !

Si vous voulez connaître l'itinéraire de Sonita ALIZADEH, faites vite, connectez vous au blog "Les Culottées" pour partir sur les traces de cette Afghane peu ordinaire.

Parce que les mutations du monde passeront par les femmes...

Voir les commentaires

2016-04-26T21:15:19+02:00

Temple GRANDIN, croquée par Pénélope BAGIEU

Publié par Tlivres
Temple GRANDIN, croquée par Pénélope BAGIEU

Vous commencez à avoir l'habitude de ce rendez-vous hebdomadaire avec Pénélope BAGIEU, cette illustratrice hors du commun.

Nous en sommes au 16ème portrait de femme sur les 25 annoncés sur le blog "Les Culottées" !

Cette fois-ci, il s'agit de Temple GRANDIN, cette Américaine qui, sans la ténacité de sa mère, aurait vraisemblablement été internée à vie.

Elle a aussi eu la chance de croiser sur son chemin un professeur Xavier... "Vous n'êtes pas ici à cause de vos faiblesses mais grâce à vos capacités", dit-il. Je vous laisse méditer !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog