Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-12-22T19:51:47+01:00

Les heures silencieuses de Gaëlle JOSSE

Publié par Tlivres
Les heures silencieuses de Gaëlle JOSSE

Le prochain roman de Gaëlle JOSSE, "L'ombre de nos nuits", sortira le 7 janvier prochain. Alors, en attendant, je me délecte de la découverte des romans publiés ces dernières années. Après "Nos vies désaccordées", voici venues "Les heures silencieuses" !


Nous sommes le 12 novembre 1667. Une femme de Delft, Magdalena Van Beyeren, est une vieille femme. Elle se souvient de sa vie. Le XVIIème siècle est marqué par la conquête de nouveaux territoires. Les voies navigables permettent une économie florissante. Inspirés d'autres contrées, les arts s'en donnent à coeur joie et laissent libre cours à la créativité. Ses écrits cessent le 16 décembre !


Jamais 2 sans 3... Voici le 3ème roman lu en l'espace de 3 semaines traitant du sujet des secrets de famille et du besoin irrépressible de s'en libérer quand la fin de vie approche.


A l'heure où mes jours se ternissent comme un miroir perd son tain, le besoin de m'alléger de ce qui m'encombre devient plus fort que tout. Je garde l'espoir, naïf peut-être, qu'un tel aveu sera comme l'amputation d'un membre inguérissable qui, pour douloureuse qu'elle soit, permet de sauver le reste du corps. P. 27

Après "L'importun" de Aude LE CORFF et "La mémoire des embruns" de Karen VIGGERS, c'est au roman de Gaëlle JOSSE de l'aborder. La singularité repose alors dans la forme et là, Gaëlle JOSSE fait preuve d'originalité. Ce roman épouse le format d'un journal intime écrit sur une petite vingtaine de jours étalée sur un mois. En réalité, cette forme, accompagnée du présent comme temps de conjugaison, est particulièrement bienvenue car elle vient renforcer l'universalité des thèmes qui sont égrénés au cours de ce livre. En 4 siècles, aucun n'a pris une ride : qu'il s'agisse des migrations comme des inégalités sociales, tous transcendent les générations. Dans une dimension plus individuelle, c'est aussi la condition de femme qui est appréhendée, avec ses joies, ses peines, la place et les sentiments d'une mère.


Comme tous les romans de Gaëlle JOSSE, "Les heures silencieuses" composent un roman court. Pas plus de 135 pages mais d'une écriture concise, dense, qui lui donnent une très grande force. Chaque mot est juste. L'écrivaine connaît trop bien leur pouvoir...


Souvent les mots vont plus loin que la pensée, et il est trop tard pour les arrêter. Leur flèche a blessé, et la blessure met du temps à se refermer. P. 77

Une nouvelle fois, Gaëlle JOSSE convoque la musique comme un art capable de panser les plaies. Comme Ian McEWAN dans son tout dernier roman, elle fait référence à la symphonie de Schubert : "An die Musik", elle-même faisant l'éloge de la musique et de ses vertus. Tout est dit !


Enfin, je souhaiterais valoriser ce roman pour les valeurs interculturelles qu'il véhicule. Le rapport à l'Autre est disséqué avec chaque fois, la volonté de semer les graines de la tolérance. N'est-ce-pas le plus beau message qu'un livre puisse transmettre aujourd'hui ?

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog