Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2019-08-03T06:00:00+02:00

Summer de Monica SABOLO

Publié par Tlivres
Summer de Monica SABOLO

Lattès

Après "La vie parfaite" de Silvia AVALLONE, place à "Summer" de Monica SABOLO extrait de la PAL de ma fille. Nouvelle très bonne pioche, une véritable prouesse littéraire, un thriller psychologique envoûtant.

Benjamin consulte depuis quatre mois un psychiatre qui lui donne des ordonnances de Xanax et autre Deroxat. Il aura fallu cette odeur de peinture fraîche dans son bureau pour qu'il replonge. Summer, sa soeur, venait d'avoir dix-huit ans quand elle a disparu lors  d'un pique-nique au bord du Lac Léman. Elle venait de passer son bac. C'était l'été. La famille était adulée par des amis de la société bourgeoise suisse qui réunissait dans la maison familiale. Les mères rivalisaient de beauté avec leurs propres filles, les hommes exposaient leur virilité, leur pouvoir aussi, ils étaient les rois du monde. Benjamin avait alors 14 ans. C'était il y a vingt-quatre ans et treize jours ! 

Le roman de Monica SABOLO se lit d'une  traite, en apnée totale. 

L'écrivaine nous plonge dans l'univers meurtri d'un garçon qui, depuis le début de son existence, s'est toujours senti exclu. Chétif il était alors que son environnement amical et familial reposait sur la suprématie du mâle, angoissé il était alors que tous baignaient dans le bonheur. Depuis son plus jeune âge, il savait qu'un jour un grand malheur se produirait, réduisant à néant le château de cartes des apparences, il le redoutait et l'a vécu de plein fouet, lui et sa famille.


Les autres n'étaient plus que des points à l'horizon, des fourmis, s'agitant dans une dimension à laquelle nous n'appartenions plus ou alors seulement par intermittence quand tout à coup, nous reprenions espoir, et que nous réussissions à croire que tout cela n'était qu'un malentendu. P. 95

Du jour au lendemain, tout a changé. Les amis ont pris de la distance, le vernis des masques a craquelé laissant apparaître des fragilités immenses, des secrets longuement gardés se sont dévoilés. Benjamin s'est retrouvé face à ses parents, deux adultes qu'ils ne reconnaissaient plus. Il a essayé, tant bien que mal, de sauver sa propre peau. S'il avait réussi à se construire une vie d'adulte à peu près ordinaire, sans sa soeur, tout est aujourd'hui à refaire. J'avoue avoir ressenti plus d'un frisson à la lecture des troubles de Benjamin, cet être torturé, déchiré par l'absence de Summer, un individu dont la personnalité est délicatement ciselée.

Le rythme de la narration est intense et haletant. Il est lié à la réminiscence des souvenirs de façon effrénée, les pages se tournent au fil des flashbacks. 

Entre la réalité et les rêves de Benjamin, entre la conscience et ses hallucinations, le lecteur navigue en eaux troubles, et vous verrez que ce n'est pas qu'un jeu de mots dans un roman où le Lac Léman joue le rôle d'un personnage à part entière. Il est présent en permanence et revêt le costume d'un être vivant, hostile.


Dans mes rêves, la surface luit comme un miroir coupant, ou une dalle de verre. L'eau semble glacée et chaude à la fois.
J'ai envie de plonger, d'aller voir ; mais les poissons sont noirs, les plantes se déploient comme des tentacules. Des filaments souples, luisants, qui se balancent dans le courant. P. 10

La plume est percutante, tranchante, elle entretient le suspens jusqu'à la (les devrais-je dire) chute tout à fait magistrale.

Ce roman est bouleversant, il est aussi profondément lumineux. Je vous le conseille absolument, n'est-ce pas Caroline ?

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog