Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #mes expos catégorie

2017-08-21T17:00:51+02:00

Nov'Art, une très belle édition 2017, vivement l'année prochaine !

Publié par Tlivres
Nov'Art, une très belle édition 2017, vivement l'année prochaine !

Les parcours artistiques se multiplient, pour mon plus grand plaisir, et le vôtre ?

Il y a eu les "Echappées d'art" de la Ville d'Angers, puis "Le voyage à Nantes". Et pour ne pas démentir le proverbe : "jamais 2 sans 3", j'ai poursuivi avec le 16ème "Symposium de sculpture monumentale" d'Oudon et comme j'y ai pris goût, je vous emmène maintenant à Villevêque, un petit village d'à peine 3000 habitants situé en bord de Loir.

Nov'Art est un festival artistique hors du commun, l'un de ceux qui alternent le dedans/le dehors avec des oeuvres en tous genres, chacun peut y vibrer en fonction de ses centres d'intérêt.

Cette année, entre peintures et sculptures, mon coeur a balancé, et plus d'une fois ! Je vous explique.

Tout a commencé avec l'arrivée près du moulin, il faut dire que même sans le parcours artistique, ce village est très attractif. Il présente une telle sérénité avec la présence de l'eau, une offre de loisirs avec sa plage, il vaut le détour assurément. D'ailleurs, pour ne rien vous cacher, je m'y suis installée une fois la déambulation réalisée pour lire, un vrai bonheur. Là, je ne vous explique pas !

Donc, revenons à l'objet de ce billet. 1ère source d'émotion, les sculptures de BOS dans le parc du Château. Il faut dire que la visite commence très bien, l'artiste part du postulat que "La vie est belle", programme séduisant, non ? 

Il y a là des bonhommes, certains sont orangés, ce sont "Les marcheurs", d'un pas élancé, ils marchent, il y en a des petits, des plus grands, tous dans la même direction. Et puis, il y a ceux qui m'ont assez naturellement attirée, "Les chuchoteurs". Une belle complicité émerge de ces 4 personnages, on a tout de suite envie de s'immiscer dans le groupe, se glisser dans leur conversation et d'y découvrir peut-être quelques secrets... 

Nov'Art, une très belle édition 2017, vivement l'année prochaine !

Poursuite du parcours avec de très belles créations de Patrice LEBRETON, de celles qui vous mettent des étoiles dans les yeux, regardez plutôt !

Nov'Art, une très belle édition 2017, vivement l'année prochaine !

C'est aérien, léger, explosif, j'aime beaucoup. Et en façade du Château, je trouve que le mariage de l'ancien et du contemporain est particulièrement réussi et renforce le côté moderne de la création.

Mais je n'étais pas au bout de mes surprises... et la plus grosse pour moi, la plus émouvante, la plus intense, la plus drôle, la plus humoristique aussi, c'est une toile de Bertrand BATAILLE : "Le presse citron".

Nov'Art, une très belle édition 2017, vivement l'année prochaine !

Et quand je lis ce que peut en dire l'artiste, j'adore tout simplement !


La peinture est un véhicule pour nos émotions. Ce que les mots ne disent pas, le dessin nous le raconte. Je vais en quête de cette poésie cachée dans l'ombre, et qui se dévoile dans la lumière que notre regard pose sur les êtres.

Alors, vous comprendrez qu'après ces émotions j'aspire à un peu de repos... et dans ce cadre, moi je signe tout de suite ! Pas vous ?

Nov'Art, une très belle édition 2017, vivement l'année prochaine !

Voir les commentaires

2017-08-16T17:39:20+02:00

La 16ème édition du Symposium de sculpture monumentale d'Oudon est terminée !

Publié par Tlivres
Depuis que j'ai découvert le petit village d'Oudon située en bord de Loire, dans la région nantaise, je ne taris plus d'éloges... il faut dire que, outre le charme de cette bourgade ligérienne, la culture y est partout représentée avec des sculptures disséminées dans tous les espaces verts.
 
C'est tout naturel puisque l'association l'O'Cap organise chaque année un symposium de sculpture monumentale dont elle vient de fêter le 16ème  anniversaire. C'est dire si des œuvres il y en a ! En métal comme celle de Bilal HASSAN "Le saltimbanque", en bois avec les réalisations de Stéphane DUFRESNE "Valse à deux" ou Jean-Claude ESCOULIN "Maternité", en pierre aussi comme "La course" de Vitali PANOK. Bref, si vous déambulez dans le village, vous ne manquerez pas de vous faire surprendre par une sculpture monumentale.
 
Mardi 15 août, c'était donc la clôture de cette édition 2017, un grand moment pour les 4 artistes ayant remporté l'appel à projets cette année.
 
Jonathan BERNARD passait les dernières couches de saturateur sur "Hybride", une œuvre qui reflète bien sa création. Il suffit, pour s'en convaincre, de consulter sa galerie et de voir à quel point il excelle dans la maîtrise du bois et la sculpture de ce qui pourrait être vu comme des racines, un élément récurrent dans ses oeuvres. Sa "Mangrove" des Jardins de Brocéliande offre quelques similitudes avec "Hybride".

 

étangsdArt2016 Jonathan BERNARD Pascal GLAIS

étangsdArt2016 Jonathan BERNARD Pascal GLAIS

Chaque fois le même matériau mais aussi cette interprétation du mouvement, de la mutation. Autant dire que le thème du 16ème symposium d'Oudon : "L'an 2050" était fait pour lui !

Personnellement, je suis sensible à l'optimisme qu'elle insuffle. Avec ces 3 feuilles qui trônent au sommet de la sculpture, c'est l'image d'un renouveau, d'un développement, de la croissance du végétal qui est illustrée et qui peut, peut-être, être élargie à l'espèce humaine toute entière. Souhaitons qu'il en soit ainsi, 2050 c'est presque demain !.

La 16ème édition du Symposium de sculpture monumentale d'Oudon est terminée !
Mais il ne faudrait pas réduire sa création à ces seules réalisations. Il suffit de faire une petite pause à la Gare d'Oudon qui accueille jusqu'au 27 août prochain une exposition.
 
Là, vous pourrez y découvrir des tableaux alliant de façon ingénieuse et talentueuse, deux matériaux, le bois et la pierre, plus précisément le pin brûlé et l'argile. Le résultat est tout simplement bluffant, le jeu des couleurs (le noir pour le bois, le marron pour la terre) et des matières a un effet éblouissant. Sobre, épuré, mais tellement fascinant.
La 16ème édition du Symposium de sculpture monumentale d'Oudon est terminée !

Quant à l'homme, c'est encore une autre affaire. Que d'échanges autour du bois, le cèdre en l'occurrence, sculpté, poli, soigné, les nervures et les nœuds qui offrent une beauté exceptionnelle à la matière.

La 16ème édition du Symposium de sculpture monumentale d'Oudon est terminée !
Je tiens à le remercier ici pour sa disponibilité. Ce fut une très belle rencontre avec un homme discret dont le propos est marqué par une certaine pudeur mais aussi empreint d'une profonde humanité.
 
Je ne peux que vous inviter à suivre son actualité et à croiser son chemin...
 
Un autre artiste français était toujours au travail : José BARBIER. Là, il s'agissait de pierre, de la sculpture d'un ours, le nanuk de 2050. Il donnait encore quelques coups de burin dans le socle de son animal et poursuivait le travail de polissage hier après-midi. Quelques mots échangés autour de l'évolution de notre planète, c'est un bien beau message qu'il nous envoie avec cet ours tout en chair. Souhaitons qu'il ait raison et que l'espèce survivra aux changements climatiques. Sa sculpture évoluera dans le temps, la pierre verdira légèrement mais il souhaite qu'elle ne soit pas rénovée, comme un témoignage du temps qui passe.
La 16ème édition du Symposium de sculpture monumentale d'Oudon est terminée !

Les deux autres artistes, étrangers, ont quitté les lieux.

L'œuvre de Aktham ABDULHAMID est terminée. Tous ces visages avec des expressions variées ou le portrait interculturel de notre planète en 2050.

La 16ème édition du Symposium de sculpture monumentale d'Oudon est terminée !
Enfin, celle de Li DONLIANG qui, elle, aura encore besoin de quelques heures de travail pour assurer son équilibre. Les modalités pratiques des symposiums en Chine sont un peu différentes et la réalisation de la sculpture est devenue incompatible avec les délais fixés à Oudon. Elle était hier sanglée pour tenir debout mais portait bien la signature de l'artiste, cette plume, magnifiquement sculptée
La 16ème édition du Symposium de sculpture monumentale d'Oudon est terminée !
Et puis, outre les 4 artistes en création qui laisseront leurs œuvres à la commune, ça fait partie des règles du jeu, il y avait aussi deux ateliers pour petits et grands. Il était ainsi possible de s'initier à la forge avec Ludo et à la poterie aussi pendant ces quinze jours. Beaucoup d'échanges avec Ludo qui organise des ateliers participatifs sur Rezé pendant lesquels chacun peut s'initier aux lois de la physique en manipulant.
 
Pas de grands discours mais un accompagnement dans l'approche de la technique, des explications pour mieux comprendre les réactions du matériau. Là aussi, mais dans un tout autre genre, des valeurs humaines que l'on aimerait voir véhiculées plus largement, un homme qui parle des choses de la vie. Il use des mots comme du matériau, tout en beauté. Respect pour un homme qui aime transmettre, ça se sent, ça s'entend et ça se voit, à l'image de la création d'un jeune homme de 15 ans dont le Papy assurera le transport. Il faut dire qu'elle est légèrement encombrante cette sculpture mais quel joli cadeau en fin d'atelier que de pouvoir remmener chez soi le fruit de sa création.
La 16ème édition du Symposium de sculpture monumentale d'Oudon est terminée !
Ici, il n'y a qu'à FER ! Non, je n'ai pas perdu tous mes repères, FER veut dire ici Forges Electroniques de Rezé, il s'agit en réalité de l'Association de Trentemoult dans laquelle œuvre Ludo. Le jeu de mots est astucieux, comme tous les enseignements du forgeron. Vous êtes peut-être un(e) néophyte dans le domaine, aucun souci, Ludo sait adapter le discours et montrer à chacun que tout est possible. Quelle foi en l'homme, époustouflant 
Ouest France/Mercredi autour du feu avec Ludo le forgero_20/07/2016

Ouest France/Mercredi autour du feu avec Ludo le forgero_20/07/2016

Je vous ai parlé de l'exposition de la Gare d'Oudon. Et bien, là-bas, j'y ai aussi rencontré une jeune femme, passionnée elle aussi, par la matière. Ses créations sont magnifiques, toutes en élégance, légèreté, raffinement. Elles sont réalisées en verre mais pas avec la technique si souvent médiatisée, non, elle, elle souffle le verre au chalumeau, une technique très rare et hautement exigeante. Dans son atelier, Chloé LEBRETON travaille inlassablement la matière, tantôt teintée dans la masse, tantôt transparente. Et là où elle excelle, c'est dans l'assemblage, ses montages relèvent d'une vision, d'une projection de la création dans l'espace, vivant au gré de la lumière, de l'air... Là aussi, que d'échanges autour de l'artisanat d'art, de la création, mais aussi du métier d'artiste... peut-être une rencontre qui en appellera d'autres !

Ouest France/Chloé Lebreton file le parfait amour avec le verre_09/12/2015

Ouest France/Chloé Lebreton file le parfait amour avec le verre_09/12/2015

Mais la boucle n'aurait pas été bouclée sans un passage au Château ! Là-bas, devinez quoi, une autre exposition vous y attend. Des sculptures monumentales, encore et toujours, avec d'autres artistes. J'ai été totalement séduite par la "Vénus de Villemoisan" de Bernard RYCKELYNCK. En cèdre, le corps de cette femme drapée est sublime.

La 16ème édition du Symposium de sculpture monumentale d'Oudon est terminée !

Ce symposium aura été une véritable révélation : un village de bord de Loire magnifique, une initiative artistique hors du commun, des artistes disponibles pour échanger avec le badaud, des sculptures monumentales à profusion, bref, un moment inoubliable.

J'ai déjà hâte de connaître le thème retenu pour l'édition 2018 et les dates de l'événement !

Voir les commentaires

2017-08-13T11:48:23+02:00

16ème édition du Symposium international de sculpture monumentale d'Oudon

Publié par Tlivres

L'art oudoor a le vent en poupe, c'est incontestable. Après "Echappées d'art" sur Angers, "Le voyage à Nantes", voici venu le "Symposium de sculpture monumentale d'Oudon".

 

16ème édition du Symposium international de sculpture monumentale d'Oudon

Quand le parcours urbain et artistique d'Angers fête sa 2ème bougie, d'autres en sont à leur 16ème, et malheureusement à mon goût, restés dans une ombre qu'ils ne méritent, je m'explique.

En nous rendant sur Nantes en empruntant la route départementale pour profiter des paysages et de la beauté des petits villages, nous passons sur Oudon, petite bourgade ligérienne d'un peu plus de 3000 habitant, et là, oh, notre regard est attiré par une première sculpture, celle du "Garde de la tour" de Samuel LEPETIT !
 

16ème édition du Symposium international de sculpture monumentale d'Oudon

Nous tournons un peu autour du monument, en trouvons une autre, "Le saltimbanque". En regardant de plus près le nom de l'artiste, Bilal HASSAN, nous découvrons qu'un symposium a lieu chaque année à Oudon et que l'oeuvre exposée est lauréate de l'édition 2005. Qui plus est, l'événement est international, Bilal HASSAN est Syrien.

16ème édition du Symposium international de sculpture monumentale d'Oudon

Comment avons-nous fait pour passer à côté ?

L'oeil en alerte, nous découvrons finalement une affiche qui annonce que l'événement 2017 est en cours et qu'il se terminera le 15 août prochain. Nous avons bien fait de passer par-là ! 

16ème édition du Symposium international de sculpture monumentale d'Oudon

Nous prenons la direction du port et là, surprise, 4 barnums sont installés. Sous chacun, un artiste est au travail, un artiste, oui, l'édition 2017 est exclusivement masculine !


Certains sont français, Jonathan BERNARD du Morbihan et José BARBIER de Loire-Atlantique, d'autres sont étrangers, Li DONLIANG vient de Chine et Aktham ABDULHAMID de Syrie.

Ces artistes ont répondu à un appel à projets lancé par l'O'Cap, une association, qui a fixé le thème de l'édition 2017  : "L'an 2050". Tous ont présenté leur manière singulière de voir le futur à base de matériaux divers, 2 ont choisi la pierre, le tuffeau, un autre le métal et le dernier le bois.


Pendant 2 semaines, les artistes vont s'affairer à la réalisation de leur oeuvre, à l'image de Jonathan BERTRAND en pleine création de sa sculpture "Hybride".
 

La 16ème édition sera clôturée mardi 15 août 2017.


Alors, si d'ici là, vous ne savez pas quoi faire, un conseil, rendez-vous sur Oudon.

Outre le privilège de participer à un instant magique, celui de la création artistique, vous pourrez ausi découvrir de nombreuses sculptures qui ont élu domicile au port d'Oudon et qui sont d'une très grande beauté.

Personnellement, ma préférée est "Maternité" de Jean-Claude ESCOULIN, elle est en séquoia. Je la trouve sublime.

16ème édition du Symposium international de sculpture monumentale d'Oudon

Il y a des petits villages qui n'ont pas à rougir de la qualité de leurs actions, ici culturelles, ils ont tout des grands, il faut juste qu'on se le dise !

Voir les commentaires

2017-08-12T09:00:30+02:00

Le Voyage à Nantes, ça vous dit ?

Publié par Tlivres

Vous êtes en week-end (prolongé pour les plus chanceux !), le temps est maussade et vous ne savez pas quoi faire... j'ai quelque chose pour vous.

Direction, une ville ligérienne, Nantes. Je suis allée en repérage le week-end dernier, j'y ai découvert quelques pépites que je partage avec vous.

Quelques mots sur le sujet, "Le Voyage à Nantes" c'est un parcours urbain (entendez par-là, une promenade dans la ville) et artistique (au gré de votre déambulation, vous serez surpris par des oeuvres d'art déployées sur votre itinéraire).

Le Voyage à Nantes, ça vous dit ?

Vous êtes en voiture, le mieux est de vous rendre directement sur l'île de Nantes, suivez la direction du Hangar à bananes, vous trouverez à proximité de nombreux parkings.

Vous ne connaissez pas la ville de Nantes ? Vous êtes inquiet(e)s pour vous y repérer. Rien de plus simple : il suffit de suivre la ligne verte !

Attention, ne vous trompez pas... il y a aussi celle-ci mais là, c'est un tout autre voyage qui vous attend !

Le Voyage à Nantes, ça vous dit ?

Selon l'heure à laquelle vous arrivez sur Nantes, soit vous commencez votre promenade, soit vous passez par "La cantine" pour manger la formule ! C'est un lieu très agréable, un très bon rapport qualité/prix où parents et jeunes enfants peuvent trouver leur place !

 

Le Voyage à Nantes, ça vous dit ?

Là, nous sommes en circuit court, le poulet servi vient d'Ancenis et les légumes sont produits sur place sur "Le potager de la cantine". 1er coup d'oeil, vous verrez le jardin et... un graff, 1er cliché !

Le Voyage à Nantes, ça vous dit ?

Cette fois, vous êtes prêt(e)s ? Allez, en route ! On va voir les Grandes Machines et là, petits et grands pourront s'émerveiller devant la beauté de l'animal. Instant magique et féerique !

L'appareil photo est à portée de main ? Ne changez rien, d'autres surprises vous attendent.

Un brin passionnée par l'urbanisme, je me suis laissée surprendre par cet espace de vente de logements peu ordinaires, regardez donc, le mètre ruban y prend ses aises !

Le Voyage à Nantes, ça vous dit ?

C'est une création de Lilian BOURGEAT, bravo !

Quelques pas plus loin, wouah, enfin non, "Splash", cette oeuvre vous saute aux yeux comme la goutte d'eau qu'elle représente au contact d'une surface plane. Réalisée à partir de cagettes en bois, l'effet est extravagant. Cette oeuvre est le fruit du travail du Collectif VOUS.

Personnellement, c'est l'une de mes préférées ! Il y a l'effet visuel bien sûr, mais il y a aussi le message. L'idée est de valoriser la filière bois locale, et là, je trouve qu'elle est joliment représentée.

 

Le Voyage à Nantes, ça vous dit ?

Bon et bien, je crois que vous avez compris le principe. Je peux maintenant vous laisser vous approprier vous-même le circuit et vous ébahir de ce que vous découvrirez sur votre chemin.

Je vais vous quitter, en beauté, encore ! Et je vais rester dans le domaine du végétal, j'ai choisi pour vous "La terre où les arbres rêvent" réalisée par Laurent PERNOT

Cette installation monumentale a trouvé la Place Royale comme lieu de prédilection, avouons que tout y est !

Là, émotion ! Je suis juste subjuguée par la poésie du moment, rien à dire, juste regarder, l'image relève de l'hallucination, du mirage, de la chimère, du songe... je ne sais pas très bien mais je reste silencieuse, c'est de l'ART, dans toute sa splendeur !

Le Voyage à Nantes, ça vous dit ?

Enfin, vous savez très bien, je suis bavarde et j'ai toujours du mal à vous quitter !

Mais, le coeur de TLivres ? TArts ? balance entre l'art et la littérature et là, j'ai un petit clin d'oeil à faire à Jean-Marc CECI, l'auteur de Monsieur Origami découvert avec les 68 Premières fois, des origamis, il y en a une nuée ! 

 

Le Voyage à Nantes, ça vous dit ?

C'est une oeuvre de Myrtille DROUET qui s'intéresse aux petits espaces et aux interstices. "Micr"home" ne fait que 26 m2 et pourtant on y trouve une cuisine, une salle de bain, une chambre et même une salle à manger ! Tiens, tiens, nous voilà revenu(e)s à l'urbanisme, la boucle est bouclée ! 

Voir les commentaires

2017-06-25T11:14:12+02:00

Lionel SABATTE au Musée Joseph-Denais de Beaufort-en-Vallée

Publié par Tlivres
Lionel SABATTE au Musée Joseph-Denais de Beaufort-en-Vallée

Comme le dit le proverbe, jamais 2 sans 3 ! Les Dames de la D.A.M.M. ont voulu le respecter à la lettre et elles ont parfaitement réussi. 


Après l'exposition "Sisyphe Six Artistes" au Musée Jules-Desbois de Parçay-les-Pins, il y a eu "Bidules, machins, trucs ?!" au Musée de Baugé, et puis vendredi 23 juin avait lieu le vernissage de Mirabilia, celle dédiée à Lionel SABATTE au Musée Joseph-Denais de Beaufort-en-Vallée.

 

J'avoue que l'on termine en beauté cette trilogie.


Lionel SABATTE, c'est un homme qui partage sa vie entre Paris et Los Angeles, un Artiste pluriel, il sculpte, il dessine et il peint. Jusque là, peut-être rien de très original me direz-vous ? Et vous aurez certainement raison, beaucoup d'hommes et de femmes à l'esprit créatif aiment à naviguer entre les genres, s'essayer dans des disciplines diverses, repousser les limites de l'art toujours plus loin, c'est d'ailleurs un peu pour ce motif que les Musées sont fréquentés. 

 

Mais dans le travail de Lionel SABATTE, il y a deux originalités majeures.


La première repose dans le fil qui conduit inlassablement ses créations : l'exploration du vivant. L'Artiste aime partir sur les traces de l'humain et en garder la mémoire. A l'image de "Sourire", cette tête créée à partir de moutons de poussière laissés par les visiteurs au Musée Judaïque de Paris. Cette oeuvre est exposée en modèle unique mais elle fait, en réalité, partie d'une trilogie, l'une est installée sur le lieu même de la collecte et l'autre au domicile de l'Artiste.

 

Lionel SABATTE au Musée Joseph-Denais de Beaufort-en-Vallée

L'autre, vous l'aurez peut-être repérée, réside dans les matériaux. Les moutons de poussière, avouons que ce n'est pas si fréquent, il semble même qu'il soit le seul à les travailler. C'est d'ailleurs avec ce matériau qu'il s'est fait repérer et son oeuvre "La Meute" exposée dans le cadre de la FIAC de Paris en 2011 à La Ménagerie du Jardin des Plantes. Il avait alors constitué son stock de poussière à la Station de Métro Châtelet les Halles, station parisienne où l'affluence y est importante.


Mais il ne travaille pas que la poussière ! Il s'attache à créer à partir de collections comme celle des pièces de 1 centime d'euro par exemple. Un peu à l'image de Joana VASCONSELOS, il aime à sculpter des oeuvres aérées avec un même objet utilisé autant de fois que nécessaire. J'ai particulièrement aimé, je l'avoue, "Le K", ce poisson composé de métal et de toutes ces petites pièces orangées qui lui donnent un côté chaleureux. Il y a une certaine énergie qui se dégage de cet animal.

 

Lionel SABATTE au Musée Joseph-Denais de Beaufort-en-Vallée

Mais le top du top en matière d'originalité, c'est je crois "Branche". 

Lionel SABATTE au Musée Joseph-Denais de Beaufort-en-Vallée

A première vue, il s'agit d'une branche de bois mort et de bourgeons à la couleur blanchâtre, crème. De quel matériau peut-il s'agir ? Et bien, de résidus humains. Lionel SABATTE travaille effectivement les fragments d'ongles et autres scories que l'homme s'attache à laisser traîner sur Dame planète. Des peaux mortes pour annoncer le renouveau de Dame Nature ! Autant d'autres sculptures m'inspirent tristesse, douleur, souffrance, et malgré ce qu'en dit l'Artiste lui-même (j'ai pu effectivement échanger avec lui, c'est un Artiste très agréable, accessible et qui parle avec beaucoup de passion de son art, assurément une très belle rencontre !), témoignent d'une vie âpre et difficile, autant celle-ci m'a complètement fascinée pour cet élan d'optimisme qu'elle génère.

 

Et ce n'est pas tout, non ! Cette oeuvre est aussi particulièrement esthétique, d'une très grande élégance, d'un immense raffinement. Le résultat est absolument bluffant, bravo !

 
Si vous suivez mes chroniques régulièrement, vous savez à quel point j'aime à découvrir des sites insolites et des expositions hors norme, peu médiatisées et pourtant d'une qualité artistique remarquable. Mirabilia au Musée Joesph-Denais est tout simplement une exposition d'exception dans un site d'exception, ce Musée entre dans la catégorie des Cabinets de Curiosités. C'est une véritable caverne d'Ali Baba qui regorge d'une diversité incroyable d'oeuvres.

 
Très sincèrement, ce site mérite pleinement une visite. Pour les familles, les enfants y sont aussi les bienvenus avec des animations adaptées et Mirabilia y est en résidence jusqu'au 5 novembre.

 

Je crois que vous n'avez plus aucun motif de ne pas y aller !

 

Impossible de terminer ce billet sans féliciter le travail des Dames de la D.A.M.M.. Vous nous avez offert un spectacle extraordinaire en 2017, on attend déjà avec impatience la programmation 2018 !

 

Voir les commentaires

2017-05-25T13:42:59+02:00

Bidules, machins, trucs ?!

Publié par Tlivres

Dans les expositions temporaires, il y en a pour tous les goûts.

Celle du Musée Jules Desbois de Parçay-les-Pins convoque la mythologie avec "Le Rocher de Sisyphe" revisité par des artistes locaux qui jouent avec les matières.

Celle-ci, clairement, affiche son côté ludique. Le titre suffit à donner le ton de cette exposition qui vient d'ouvrir. Ce sont les D.A.M.M. qui ont encore frappé, entendez bien sûr les 4 dames qui oeuvrent au quotidien pour offrir au public l'objet de ses convoitises, ou bien, plus institutionnelle, la Direction Associée des Musées Municipaux !

Courrier de l'Ouest du 20 05 2017

Courrier de l'Ouest du 20 05 2017

Là, typiquement, c'est le jeune public qui est visé, celui qui va participer à un jeu de pistes et découvrir les usages des objets de la vie quotidienne.

Mais attention, vous ne trouverez pas de téléphone portable, ni de tablette, non, mais des objets ancestraux que nous ne sommes d'ailleurs plus très nombreux à connaître.

C'est donc une découverte pour tous qui s'offre à vous.

Allez, on visite. Qu'est-ce que c'est que ce bidule ?

Bidules, machins, trucs ?!

Vous séchez ? Et bien reportez vous au tableau noir installé à cet effet !

Il vous dévoilera le nom et l'époque de l'objet en question !

Et oui, les 4 dames sont allées jusque-là, pas de tableau blanc numérique, celui qui envahit toutes les classes de nos chères têtes blondes aujourd'hui, non, elles ont installé le bon vieux tableau noir qui siégeait dans les classes de nos parents et grands-parents ! Il est d'époque !

Bidules, machins, trucs ?!

Vous imaginez le temps qu'il fallait pour faire du sucre glace pour saupoudrer les gaufres !

Allez, peut-être un peu plus facile... qu'est-ce que c'est que ce truc ?

 

 

 

Bidules, machins, trucs ?!

Une couronne de mariée ! Si vous pénétrez dans la chambre de votre arrière-grand-mère, il est bien possible que vous trouviez la même chose trônant sur une commode.

Et puis ce machin, c'est quoi ?

Bidules, machins, trucs ?!

J'avoue que c'est mon préféré. Il allie la raffinement, la beauté et l'utilité...

Allez, vous brûlez... 

Bidules, machins, trucs ?!

Original, non ?

Donc, si vous avez envie de vous amuser en famille, direction Baugé-en-Anjou pour une petite visite. Non seulement, vous pourrez voir l'exposition temporaire jusqu'au 17 septembre, mais vous pourrez aussi accéder au Château, celui du Roi René, et profiter d'une mise en scène théâtralisée pour encore plus s'amuser !

Bidules, machins, trucs ?!

Franchement, à Baugé, c'est le pied !

Bidules, machins, trucs ?!

Et il est de taille !

Ah, j'allais oublier. En faisant ma visite, j'ai vaguement saisi une information à la volée, un scoop, quoi !

Il paraît que le proverbe qui dit : "jamais 2 sans 3" sera très bien illustré d'ici la fin du mois de juin. Le Musée de Joseph Denais de Beaufort-en-Anjou sera mis sous les projecteurs avec une exposition très très insolite.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, c'est sûr, je me tiens prête ! 

Voir les commentaires

2017-05-14T18:01:03+02:00

Sisyphe Six Artistes au Musée Jules DESBOIS

Publié par Tlivres

J'aime les expositions insolites, de celles qui sont souvent peu médiatisées mais qui méritent vraiment une visite. Sisyphe Six Artistes fait partie de celles-là.


Nous avons eu la chance d'être invités à son vernissage vendredi 12 mai dernier au Musée Jules Desbois de Parçay-les-Pins dans le Maine-et-Loire (merci Chacha pour ce privilège).


Ce musée, avec celui de Baugé et de Beaufort-en-Vallée, est géré par la D.A.M.M. (Direction Associée des Musées Municipaux) et croyez-moi, il n'a pas à rougir de son prestige.
Ouvert dans le village natal de l'artiste, un ami et un collaborateur de RODIN, il offre dans un site remarquable où le moderne se marie parfaitement à l'ancien une grande diversité d'oeuvres dans des matériaux aussi variés que le plâtre, le bronze, le marbre...

Il accueille actuellement une exposition temporaire qu'il convient de présenter. A l'origine, Jules Desbois avait réalisé une oeuvre "Le Rocher de Sisyphe". C'est donc assez naturellement que l'équipe de la D.A.M.M. a eu l'idée de proposer à 6 Artistes locaux de réinterpréter le mythe, chacun choisissant sa technique.

 

Sisyphe Six Artistes au Musée Jules DESBOIS

Anne AUGUSTE a opté pour le papier, Simon PAVEC la céramique, David RIOU la peinture, Thomas FREY l'illustration et la fresque murale, Christophe FORGET l'estampe, Mr FERROW  la photographie.

 

C'est une exposition très originale qui offre aux visiteurs une diversité d'oeuvres, chacun peut choisir celles qui le font vibrer.

 

Sisyphe Six Artistes au Musée Jules DESBOIS

Me concernant, j'ai été particulièrement sensible à la création de Anne AUGUSTE, peut-être à cause des couleurs chatoyantes et de sa façon à elle de voir le mythe de Sisyphe, une vision très optimiste de la vie : "Il faut imaginer Sisyphe heureux", à l'image de ce que pensait Albert CAMUS.


Anne AUGUSTE nous offre donc un panel d'oeuvres très colorées où les papiers se superposent pour donner des ensembles très harmonieux :

Sisyphe Six Artistes au Musée Jules DESBOIS

Elle travaille en grande dimension, mais aussi dans l'infiniment petit. Elle arrive même à mettre le bonheur en éprouvette, un concept très ingénieux et un résultat particulièrement réussi !

Sisyphe Six Artistes au Musée Jules DESBOIS

En seconde place, je voudrais saluer le talent de Simon PAVEC. Là, les oeuvres sont faites de dégradés de marron plutôt sombres. Je ne suis pas naturellement attirée par ce type de réalisations mais ce qui m'intéresse, c'est le travail du matériau, la céramique, tellement maîtrisé.

Sisyphe Six Artistes au Musée Jules DESBOIS

Quant à l'oeuvre de David RIOU, je crois qu'elle pourrait retenir l'oeil pendant des heures. La toile est faite de mille et un détails qui ne demanderaient qu'à être lentement repérés et analysés.

Sisyphe Six Artistes au Musée Jules DESBOIS

Cette exposition est d'une très grande richesse. Elle offre un panel de réalisations très réussies dans des genres tout à fait différents. Elle assure également la promotion du travail d'artistes locaux bourrés de talent qui ne demandent qu'à percer.


Et plus encore, cette exposition temporaire s'inscrit dans un Musée que je vous invite tous à visiter, au gré d'une promenade dans cette région, entre Longué-Jumelles, Le Lude et Langeais.


Il accueille des oeuvres somptueuses de Jules DESBOIS bien sûr, mais pas que. Il est le lieu de dépôt également de sculptures du Musée d'Orçay, à l'image de "La source" qui date de 1918 et qui dans le faisceau de la lumière du soir prend une dimension toute particulière.


C'est un musée hétéroclite, il suffit de regarder cette perspective pour s'en convaincre.

Sisyphe Six Artistes au Musée Jules DESBOIS

A visiter absolument !

Voir les commentaires

2017-03-18T08:27:39+01:00

32ème salon des Artistes pour la liberté

Publié par Tlivres

Il est des expositions qui, outre la promotion de l'art, sont des actes militants en soi et celles‐là méritent que l'on s'y attarde un peu.


Le 32ème salon des Artistes agit en faveur de la Liberté dans le monde en partenariat avec Amnesty International.


A Angers, et jusqu'à demain, dimanche 19 mars, 18h, 95 artistes exposent pas moins de 167 œuvres en tous genres : peinture, gravure, sculpture, photographie... 

 


L'art est un moyen d'exprimer librement ce que l'on ressent. L'art c'est un acte de jouissance. Au‐delà du plaisir physique c'est avant tout un plaisir intellectuel et moral que procure la création libre. Jouissance de l'âme, de la conscience et de l'esprit.

Voilà le propos que tiennent les artistes qui exposent.


Et comme chacun fait un acte formidable au nom de l'intérêt général, j'ai décide de tous les citer : 


A. BOURG  -  ACKANE  -  ARNO-AA  -  Elisabeth AUER  -  Marie  AURIO  -  Clémence BANVILLET  -  Robert BAUDIN  - 
Jean-Claude BELLANGER  -  Jack BERGERON  -  Paul BERTÉ  -  Aurore BESSON  -  Jean-Michel BLANCHARD  -  Antoine BLOC  -  
Noël BOCCACIO  -  Alain BOISDON  -  Pascale BOUCAULT-LEBOT  -  Donatien BOURCERET  -  BRONDEX  -  Pierre BRUNELLIÈRE  -  Christian CARDIN  -  Jacqueline CHASSERANT  -  Richard CHESTER  -  CHEVY  -  Véronique CORNET  -  Josette DE.BORD  - 
Gérard DERUELLE  -  Bruno DESVAUX  -  Jacques DORIENT  -  Roselyne DUPETITPRÉ  -  Marc d’EAUBONNE  -  Marie-Claude EMAURY  -  Eric FONTES  -  Béatrice FORTIN  -  Patrice GALLARD  -  Monique  GERVAIS  -  Bruno GUIARD  -  Claire GUILLEMET  -  Anne GUILLOT  -  Hélène HIRIBARNE  -  INAYAT -  Annie JEULIN  -  Emma KAYA  -  Josefa LABORDERIE  -  Daniel LACROIX  -  Vincent LAMBERT  - 
Josseline LAMBERT VERHAQUE  -  Gilles LAMOUR  -  Maryline LANGLAIS  -  Vincent LANGLOIS  -  Marcel LARCHER  -  Alain LASSERRE  -   Renée LAURENT  -  LÉNA  -  Marie Hélène LENTGE  -  Michèle LEPEINTRE  -  Guy LHEUREUX  -  MAB  -  Brigitte MAHY  - 
Evelyne MARATIER  -  Claude MARCHAND  -  Louis MARCHAND  -  Jacques MARY  -  MAURI 7  -  MOGRALL  -  Séverine MOISY  - 
Brigitte MONNIER  -  NICOLE  -  Jean-Charles NOGUÈS  -  OLIVIA  -  Marie Carmen ORTEGA-MARTINEZ  -  Marie Hélène OSTA  - 
Cécile PAJÈS  -  Alain PIHOUÉ  -  Daniel PIOLET  -  Claude POIRET  -  Geneviève PONS-VATEL  -  Claude PROULT  -  R. FAM  -  REV  - 
Astrid ROCHE  -  Véronique RONCIN  -  Marie-Annick ROUSSELOT  -  SABRINA B  -  Vincent.TÉTU  -  Christian THARRAULT  -  Frédéric TOTH  -  Nadine TOUZÉ  -  Annette  TROST  -  Josette TULASNE  -  Ana URIBE-BÉCOT  -  Maribé VIAU  -  Jean-Charles VIOLET  -  Aube VRBICA  -  Gérard WEISS  -  Douglas WONG-AGUIRRE


Peut‐être en connaissez‐vous ?


Personnellement, j'affectionne tout particulièrement le travail réalisé par Pierre BUNELLIERE, un artiste peintre installé sur Angers. Ses personnages créés à partir de collages me touchent tout particulièrement, leur mouvement, leur forme corporelle, l'atmosphère de leur environnement... C'est lui qui a d'ailleurs réalisé l'affiche de cette 32ème édition : 

 

32ème salon des Artistes pour la liberté

J'y ai retrouvé également les sculptures de Bruno GUIARD, cet artiste dont j'avais découvert le talent dans le cadre de l'opération "L'art à 2 pas". Il allie 2 matériaux que sont la pierre et le mortier pour donner un effet à l'ensemble tout à fait extraordinaire. Le côté lisse de la pierre fait front à celui ridé, tortueux, du mortier, j'adore. Ce que j'aime aussi beaucoup dans son travail, c'est la sérénité et le calme qu'inspirent le visage du personnage, un idéal en soi !

D'ailleurs, cette sculpture est intitulé "Le temps suspendu", tout un programme en ce début de week‐end...

32ème salon des Artistes pour la liberté

Avec ce salon, j'ai fait une découverte, le travail de Jean‐Charles NOGUES. "La femme" et "Danseuse" qui sont exposées en bois sont d'une très grande beauté, leur mouvement là aussi m'impressionne et puis, il y a la beauté naturelle du matériau décuplée avec le travail de l'artiste, une réussite :

 

32ème salon des Artistes pour la liberté

En arrière‐plan des sculptures, il y a des toiles exposées, les 2 femmes qui se font face sont de Aube VRBICA, là aussi, c'est dune découverte.


Si vous êtes sur Angers ce week‐end, passez Salons Curnonsky, je suis persuadée que vous aussi vous trouverez des oeuvres qui vous ferons vibrer ! 

 

Voir les commentaires

2017-02-05T21:11:48+01:00

15 jours pour les différences au Trois Mâts

Publié par Tlivres

Il y a des expositions de grands Musées parisiens que j'apprécie de visiter lors de mes escapades dans la Capitale, et puis, il y a des expositions en Maisons de Quartier qui présentent aussi une richesse indéniable.

J'ai récemment découvert celle installée au Trois Mâts sur le quartier des Justices à Angers installée dans le cadre des "15 jours pour les différences", un rendez-vous désormais régulier.

Conçue par "Carrefour des Sciences et des Arts" et "Science Animation" sur une idée de la "Société Méridionale de spéléologie et de préhistoire", elle se décompose en quelques panneaux qui ne manquent pas de nous donner l'occasion de méditer sur nos origines, à l'image de celui-ci...

15 jours pour les différences au Trois Mâts

A bien y regarder, nous nous ressemblons plus que nous ne nous différencions !

Cette exposition se marie allègrement à des espaces plus intimistes pour laisser place à des causeries sur des sujets aussi divers que le handicap et la parentalité, les préjugés... Une sorte de café philo, quoi !

15 jours pour les différences au Trois Mâts

Impossible de ne pas faire un clin d'oeil à cette école des paysages d'Angers qui a joliment végétalisé du mobilier de jardin, une idée originale qui, j'en suis persuadée, vous donnera quelques envies de s'y installer avec un bon roman !

15 jours pour les différences au Trois Mâts

Retrouvez l'intégralité du programme proposé jusqu'au 11 février. 

Maintenant, à vous de jouer !

Voir les commentaires

2016-12-12T21:34:25+01:00

Magritte au Centre Pompidou

Publié par Tlivres

Je rentre d'un week-end de folie sur Paris, rassasiée de gourmandises culturelles. Les prochains billets en témoigneront !

Je commence par une exposition, et pas des moindres : les oeuvres de Magritte sont temporairement exposées au Centre Pompidou.

 

 

 

Cet artiste belge, je l'ai découvert au lycée.

A l'époque, je découvrais le mouvement surréaliste. Les oeuvres de Magritte avaient retenu toute mon attention, empreintes de cet esprit décalé, extra-ordinaire !

Depuis, il n'a pas cessé de me plaire. Alors, quand ma grande fille m'a proposé d'aller visiter cette exposition à Beaubourg en attendant la soirée des 68 premières fois, je n'ai pas hésité une seconde et j'ai bien fait !

Cette exposition, je l'ai adorée.

Je me suis remémorée le travail du peintre autour de "problèmes" et son souhait de les élucider avec des équations visuelles, à l'image de la "Variante de la tristesse". Quelle ingéniosité a eu le peintre de mettre en relation la poule et l'oeuf !

 

Je me suis souvenue aussi de cette juxtaposition originale d'objets ayant la même finalité mais rarement associés, comme ce parapluie et ce verre qui tous deux retiennent l'eau ! René Magritte l'a fait avec "Les Vacances de Hegel". Cette toile date de 1958.

 

Magritte, c'est aussi l'artiste qui explora le découpage d'une partie de la toile et son repositionnement sur le tableau pour créer l'illusion, à l'image de "La Décalcomanie". Le résultat de cette technique est surprenant et tellement réussi !

 

Magritte c'est aussi l'allégorie de la caverne de Platon. Entre réalité et perception, mon coeur balance. Pensez aux ombres chinoises, aux mains habilement posées pour représenter un oiseau alors qu'en pleine lumière il ne s'agit que de mains !

Ma réelle découverte dans cette exposition, c'est la sculpture de l'artiste intitulée "La folie des grandeurs", une sculpture qui revisite les mensurations du "canon", tout en beauté. Magnifique !

 

Je ne peux que vous inviter à vous rendre au Centre Pompidou d'ici le 23 janvier 2017 pour découvrir l'intégralité de cette exposition.

En attendant, impossible de vous quitter sans une photo de Magritte, cet homme hautement original !

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog