Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2022-01-14T18:38:25+01:00

Les nus d’Hersanghem de Isabelle DANGY

Publié par Tlivres
Les nus d’Hersanghem de Isabelle DANGY

Ma #Vendredilecture, c'est le tout dernier roman d'Isabelle DANGY : "Les nus d’Hersanghem", aux éditions Le Passage.

Grégoire Arakelian arrive de Marseille à Hersanghem en avril, il est nommé au Tribunal de Grande Instance pour un premier poste de greffier. Marie, sa fiancée, est restée à Marseille, sa ville d’origine, malgré leur quatre années d’amour. Elle ne se sentait pas prête. Grégoire, de son côté, fait connaissance avec Monsieur Vivien, comptable à la retraite, qui lui fait visiter la ville. Tous deux arpentent les lieux. Au gré de leurs promenades, Grégoire prend des photos qu'il expédie à Marie. Il devient l'ambassadeur de Hersanghem pour lever les doutes de sa bien-aimée. Mais aujourd'hui, les vibrations changent. La ville vit au rythme de l'événement qui ponctue l'année, la braderie estivale, le dernier week-end de juillet. Grégoire perd tous ses repères. Pire encore, le temps est à l'orage !

Peut-être aurez-vous la même tentation que moi et irez chercher Hersanghem sur internet... Vous n'y trouverez rien, cette ville relève de la pure imagination de l'écrivaine, mais quelle imagination ! 

Dans un processus littéraire original, Isabelle DANGY va créer de toutes pièces une cité avec ses propres espaces publics, ses monuments et autres aménagements. Au gré d'une succession de chapitres répondant aux doux noms du Quai d’Hazebrouck, du cinéma du centre Jasmyn... l'écrivaine nous offre un paysage urbain à parcourir, paysage regardé par le filtre de l'appareil photographique.

Mais là où les choses deviennent vraiment intéressantes, c'est lorsqu'elle en brosse le paysage humain. Isabelle DANGY explore avec une incroyable minutie les hommes et les femmes qui y habitent, celles et ceux qui en composent la vie, à l'image du gardien de Beffroi. Dans une approche un brin anthropologique, elle va, les uns, les autres, les mettre à nu. 

 

J'ai un petit faible, je vous l'avoue, pour la librairie du Toton, l'approche du métier de libraire et ce qu'il génère d'envies, c'est truculent. Pour celles et ceux qui, comme moi, aiment la littérature, nul doute que vous vous exposerez au phénomène d'identification !

Par un savamment mélange, Isabelle DANGY va réussir à lier urbanisme et vie sociale, faire en sorte que les lieux impriment leur signature sur les êtres, et vice-et-versa.

Mais rien ne serait plus inquiétant que les phénomènes EXTRAordinaires qui se produisent ce jour-là, donnant à la lecture tout le suspens dont elle a besoin pour devenir l'objet de vos convoitises.


Il y a quelque chose dans l’air ce soir, quelque chose d’un peu orageux peut-être, malgré la pureté du ciel, une vibration encore imperceptible, des bancs d’angoisse inertes dans le remous des avenues. P. 211

La plume est séduisante à l'envi, pleine de poésie, à l'image de cette définition des insomnies...


Perdre le sommeil, c’est comme d’être chassé hors du paradis terrestre. Et de monter la garde à ses portes en espérant y être à nouveau invité. P. 201

On en viendrait presque à en rêver !

Ce roman, c'est une belle lecture de cette rentrée littéraire, un moment hors du temps.

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog