Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2021-02-09T07:00:00+01:00

Impact de Olivier NOREK

Publié par Tlivres
Impact de Olivier NOREK

Éditions Michel LAFON

C’est une première pour moi, j’avoue !

Olivier NOREK, je le connaissais de nom et l’avais écouté à la radio lors de son interview chez Augustin TRAPENARD dans Boomerang le 18 novembre dernier, et puis, il y a eu ce cadeau... Touchée !

Virgil Solal, dans le cadre de ses missions en Afrique et notamment pour assurer la protection d’une bénévole humanitaire, a découvert les charniers du Nigéria, des enfants, des adultes, des vieux, tous rongés par la pollution liée à l’exploitation du pétrole du sous-sol africain. Si des drames assaillent des peuples en voie de développement, Virgil et sa femme, Laura, qui habitent en France, ne sont pas pour autant épargnés des effets de la pollution. Leur petite fille est décédée quelques instants après sa naissance, ses poumons étaient dans l’incapacité de se gonfler d’air, un effet collatéral de notre environnement dégradé. Deux ans après, il engage la greenwar. Il s’attaque à ceux qu’il juge responsables et demande une rançon/caution pour se racheter de leurs erreurs, eux et leurs entreprises internationales aux bénéfices si peu scrupuleux du bien-être de l’humanité. Il commence par le PDG de Total. La stratégie de Virgil Solal intègre une mise à mort en ligne, diffusée dans le monde entier sur les réseaux sociaux. Pour espérer stopper la machine de guerre, un binôme est constitué avec un flic du Bastion 36 et une psychocriminologue. Là commence un nouveau combat.

« Impact », c’est le titre du tout dernier roman d’Olivier NOREK, un seul mot que l’auteur s’attache à illustrer dans ses différentes dimensions.

L’impact, si j’en crois la définition du Petit Larousse, fait référence à un endroit frappé par quelque chose, entendez ici la surface de la terre directement touchée par l’activité de l’Homme, celui-là même qui, sous couvert d’un élan d’industrialisation, s’est lancé dans l’exploitation à outrance de toutes ses richesses, les réduisant à l’envi et générant tout un tas de conséquences à long terme sur la biodiversité. Si je n’avais qu’un flash à retenir de ce roman, c’est celui de l’ours blanc, l’ours polaire, absolument effroyable. Je ne vous en dis pas plus, simplement que  


L’humanité est en équilibre sur les deux pieds arrières d’une chaise, elle se balance dangereusement. P. 113

Nous sommes là dans le FAIRE, c’est-à-dire le fait d’agir et de générer un dérèglement de l'équilibre naturel.

L’impact, c’est aussi l’effet produit par quelque chose, l’influence. Et là, Virgil Solal frappe fort. Son combat, c’est celui de l’écologie. Il n’a d’autres objectifs que d’attirer l’attention des citoyens sur l’état des lieux catastrophique de notre environnement et inciter les responsables à sauver leur peau en prenant des engagements à agir vite. Si sa vie a lui a été détruite le jour de la mort de sa fille, il n’a plus aucun intérêt personnel dans l’affaire, juste de créer un électrochoc pour espérer que l’irréparable soit, au mieux, différé.


Cette histoire ne se déroule pas dans un siècle, pas dans cinquante ans, mais là, dans une vingtaine d’années, assez tôt pour que nous en soyons tous témoins. Ou victimes en fonction de l’endroit du globe où vous regardez cette vidéo. P. 219

Concours de circonstance incroyable, je découvre ce roman au moment même où l’Etat français est condamné à verser l’euro symbolique à quatre associations pour non-respect des accords de Paris, et notamment l’absence de décisions suffisantes pour réduire les gaz à effet de serre. C’est exactement ce que revendique Virgil Solal, non pas que chacun se mette à la circulation à vélo ou à trier ses déchets ménagers, il est trop tard. Non, ce qu’il demande, c’est que les institutions au plus haut niveau assument leurs responsabilités.

Ce roman, Olivier NOREK a puisé son inspiration dans une plaque posée en 2019 dans les Pyrénées


Le glacier d’Arriel, situé le plus à l’ouest des Pyrénées, a disparu, comme 50 % des glaciers pyrénéens ces dernières années. Ils disparaîtront probablement tous d’ici 2040. Cette plaque atteste que nous savons ce qu’il se passe et que nous savons ce qu’il faut faire. Vous seul saurez si nous l’avons fait.

Non seulement la pancarte assure la mémoire de ce que Dame Nature fut, mais elle interpelle aussi chacun de nous à bouger. Nous serons tous coupables... de quoi ? De la mort de la planète, non, que les choses soient claires, de la fin de l’humanité, ça n'est pas du tout la même chose.


Ces moments qui changent tout. Ces moments à saisir les décisions qui font de vous ce que vous êtes. P. 179

La terre, elle, s’en remettra, c’est le message d’Olivier NOREK, tellement résigné devant les catastrophes naturelles liées au réchauffement climatique. Ce ne sont pas les actualités qui le démentiront. Alors, pourquoi lire ce roman ? Parce qu’il est signé d’un écrivain à la plume directe, incisive, rythmée, et qu’il vous aidera à faire le tour de la question. C’est de globalisation qu’il nous parle et non de notre petit pré carré, notre nombril, il nous apprend à lever les yeux, regarder à l’horizon. Souhaitons que ça soit pour le meilleur ! Et puis, entre la vie et la mort, les hommes ont toujours choisi, à l’image de la Directrice financière de la Société Générale, non ?


Mais comme l’autre option était de crever ici, elle se leva, pleine de l’énergie de ceux qui n’ont plus rien à perdre. P. 193

La littérature n’est pas exempte de mobilisation. Olivier NOREK signe avec « Impact » un manifeste en faveur de l’humanité. Réveillons-nous !

Voir les commentaires

commentaires

M
Je ne l'ai pas encore lu mais je l'ai offert à ma belle-fille pour noël et elle me le prêtera un jour ! J'aime cet auteur car il a toujours un beau message à nous transmettre.
Répondre
T
Une belle perspective alors...

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog