Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2020-08-29T06:00:00+02:00

La femme qui reste de Anne de ROCHAS

Publié par Tlivres
La première de couverture du roman "La femme qui reste" de Anne de ROCHAS avec un petit clin d'oeil à "La Maison Bleue" de JUSSERAND construite à Angers entre 1927 et 1929. On retrouve la fresque de Banksy de Londres qui orne tous mes coups de coeur 2020 !

La première de couverture du roman "La femme qui reste" de Anne de ROCHAS avec un petit clin d'oeil à "La Maison Bleue" de JUSSERAND construite à Angers entre 1927 et 1929. On retrouve la fresque de Banksy de Londres qui orne tous mes coups de coeur 2020 !

Alors que la rentrée littéraire ne fait que commencer, roulement de tambours s'il vous plaît pour un premier roman, celui de Anne de ROCHAS publié aux éditions Les Escales. "La femme qui reste" est un coup de coeur, l'un de ces romans inoubliables, pour la forme, l'écriture est prodigieuse et la narration sensationnelle, le fond aussi, du pur génie !

Quelques mots de l'histoire.

Nous sommes en 1925 en Allemagne. Clara Ottenburg s'apprête à participer à la fête donnée à l'école des arts décoratifs de Burg Giebichenstein. Elle ne saurait toutefois s'en contenter. Ce qu'elle veut, elle, c'est intégrer le Bauhaus, cette école d'art créée par Walter GROPIUS, Architecte et Urbaniste à qui on doit notamment la Cité de Dessau-Törten. L'établissement est sur le point de quitter Weimar pour Dessau, peu lui importe, la distance n'y fera rien. Clara sait ne pas pouvoir compter sur le soutien de sa mère, une jeune veuve, elle se reposera sur sa tante Louise qui croit profondément en ses capacités à prendre part au groupe d'intellectuels et d'artistes avant-gardistes, des illuminés de la création portés par un mentor de la coopération. Son principe à lui, GROPIUS, c'est le travail en équipe pluridisciplinaire. Il pense que les disciplines gagnent à travailler toutes ensemble pour créer une oeuvre unique. Et même si les femmes ont une prédisposition à être affectées à l'atelier des tisserandes, ce qui met Clara hors d'elle, il n'en demeure pas moins qu'elle ne laisserait sa place de Bauhauserin pour rien au monde. Avec Theo et Holger, elle va se laisser porter par le vent de liberté qui souffle alors sur cette école dont la renommée est internationale. Il faut dire que Vassily KANDINSKY et Paul KLEE y sont en résidence, rien de moins ! Beaucoup de grands noms s'y côtoient donc, qu'ils soient en apprentissage ou comme "maîtres" d'une certaine forme de modernité. Les années folles alimentent l'euphorie créatrice d'une jeunesse exaltée que rien ne saurait arrêter, ou presque. Hannes MEYER fait partie des enseignants de la première heure, sa matière à lui, c'est l'Architecture. Il succède à Walter GROPIUS en tant que Directeur. L'idéologie communiste fait ses premiers pas dans les murs de l'école alors que le nazisme gronde à l'extérieur. Chacun aura à choisir son chemin, pour le meilleur... ou pour le pire.

Ce premier roman de Anne de ROCHAS est absolument remarquable.

Il l'est, d'abord, parce qu'il brosse une fresque de soixante-dix années de l'Histoire de l'Allemagne, depuis l'effervescence artistique des années 1920 avec ces hommes et ces femmes aux desseins fabuleux jusqu'à la chute du Mur de Berlin en 1989, en passant par les sombres années de la seconde guerre mondiale. Le récit est passionnant et profondément singulier. En effet, si la littérature regorge de romans avec ce dernier épisode comme toile de fond, ils sont peu nombreux à dresser le portrait de la vie quotidienne des Allemands sous le régime nazi. Anne de ROCHAS prend le parti de décrire Berlin au rythme de la chronologie des événements. Il y a la féerie de la ville, cette capitale européenne où tout est permis, largement convoitée par une jeunesse en mal d'interdits. C'est l'époque de "L'Opéra de quat'sous" de Bertolt BRECHT et Kurt WEILL. Il y a aussi les années 1940 où elle finit ruinée, totalement exsangue. Il y a enfin la création de la R.D.A., République Démocratique Allemande, et la construction du mur qui finira par tomber en 1989. Le pari est audacieux et parfaitement réussi. Dans ce registre, je ne me souviens que de "La chambre noire" de Rachel SIEFFERT, trois nouvelles qui m'avaient captivées. Cette lecture date de quelques dizaines d'années maintenant mais elle continue de me hanter. Je crois que ça sera également le destin de "La femme qui reste".

Outre cette première distinction, il y a une construction narrative extrêmement intelligente. Le livre mêle formidablement fiction et réalité. Ainsi, dans un exercice littéraire fantastique, Anne de ROCHAS construit son roman autour de trois personnages sortis tout droit de son imagination. Il y a Clara Ottenburg, Theodor Schenkel de Hambourg et Holger Berg, le Bavarois. Tous trois vont permettre à l'écrivaine de tisser une toile dans laquelle elle fera se croiser une cinquantaine d'artistes en tous genres dont le point commun aura été de se former ou d'enseigner au Bauhaus. Le parcours d'Otti BERGER m'a profondément émue. Je ne connaissais pas cette femme d'origine austro-hongroise partie étudier à Vienne et qui, malgré une surdité partielle, la conséquence d'une maladie contractée enfant, montera son propre atelier textile et réalisera des lainages pour la haute couture, la maison Chanel s'il vous plaît.

 


Otti n’a pas besoin d’entendre. Tous les rythmes, toutes les variations, la moindre modulation passent par ce regard à ciel ouvert, un regard à capter le bruit du vent, le chant des oiseaux, à écouter les étoiles. P. 159

Avec le personnage d'Otti BERGER, Anne de ROCHAS, elle-même créatrice textile qui a beaucoup travaillé avec Yves SAINT-LAURENT, saisit l'opportunité de magnifier sa discipline artistique et d'expliquer l'indéfectible lien qui unit l'artiste à la matière. Les mots sont puissants, les images d'une profondeur esthétique :


Elle aime la voir jouer infiniment avec les écheveaux, les disposant par ordre chromatique, par matières, superposant les fils sur son index tendu, par deux, par trois, elle a toujours ce même geste doux et brusque à la fois, de torsion, puis de relâchement, quand la réponse lui est venue. Otti la presque sourde converse avec la matière, le mouvement de ses mains leur sert de langue commune. P. 190

Il y a Lux FEININGER aussi, photographe et peintre. Quand on fait connaissance avec lui, il n'est encore qu'un enfant, son père, Lyonel FEININGER, peintre, enseigne au Bauhaus, c'est l'un des "maîtres".

Toutes et tous ont fait partie de cette communauté portée par la fougue artistique des grands jours... 


Peu importe d’où ils viennent, de quel pays, de quel milieu, le Bauhaus leur donne une nouvelle identité, un nouveau passeport, un nom qui viendra toujours, dans ce lieu même et où qu’ils se trouvent, avant leur patronyme ou leur nationalité : Bauhaüsler. P. 58

Ils sont cinquante hommes et femmes dont Anne de ROCHAS assure la mémoire. Inspirée de faits réels, elle nous livre dans les toutes dernières pages quelques éléments de biographie qui viendront renforcer la véracité du propos, l'occasion aussi pour moi de (re)découvrir des itinéraires d'Artistes tout à fait extraordinaires. 

Plus qu'une école d'art, le Bauhaus, c'est un courant de pensée. C'est d'ailleurs à ce titre que le régime en place les a fichés comme les instigateurs de "l'art dégénéré". Devant l'oppression du nazisme, beaucoup ont choisi de migrer. Certains réussiront à échapper aux griffes du Führer, d'autres auront des destins plus tragiques.

La littérature offre cette possibilité de revisiter la grande Histoire, une manière de nourrir le souvenir d'une époque que l'on voudrait révolue à jamais et avouons que Anne de ROCHAS, dans ce premier roman, l'assure tout en beauté. Je me suis délectée des 463 pages de "La femme qui reste", un livre foisonnant dans une plume d'une éblouissante poésie. Chaque mot est savamment choisi...


J’ai commencé à faire cela en 1933, quand j’ai compris que certains mots étaient remplacés par d’autres, ou qu’ils changeaient de sens, qu’ils perdaient leur signification pour devenir des outils. [...] J’ai noté aussi tous les nouveaux mots, ceux dont il fallait se méfier, qui rampaient dans les cendres de ceux qui avaient été brûlés. P. 402

Anne de ROCHAS prend aujourd'hui la voie de l'écriture, grand bien lui fasse. Je lui souhaite un immense succès et de réitérer l'essai. Il me tarde déjà de retrouver la grandeur de sa prose.

Enorme coup de coeur, ne passez pas à côté !

Retrouvez la version audio de cette chronique...

Voir les commentaires

commentaires

manou 02/09/2020 15:36

Un roman que j'ai déjà noté et que je compte bien lire à cette rentrée moi-aussi. Merci aussi pour l'interview de l'auteur que je viens de lire avec plaisir et qui m'a amené jusqu'ici...

Tlivres 02/09/2020 22:53

Un incontournable de cette rentrée littéraire Manou !

Eve-Yeshé 01/09/2020 14:48

noté déjà pour retrouver le Bauhaus et aussi pour découvrir l'auteure.
Les extraits me plaisent :-)

Tlivres 01/09/2020 20:28

Très bonne résolution ! Belle lecture...

Eve-Yeshé 01/09/2020 14:46

noté!!! pour retrouver le Bauhaus déjà et aussi pour découvrir l'auteure :-)
les extraits me plaisent ...

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog