Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2020-05-19T17:30:48+02:00

Ces montagnes à jamais de Joe WILKINS

Publié par Tlivres
Ces montagnes à jamais de Joe WILKINS

Traduit de l’américain par Laura DERAJINSKI
Gallmeister éditions

 

Avec ce roman, nous partons pour le Montana aux Etats Unis. Bienvenue dans le mobil-home de Wendell Newman   au pied des Bull Mountains. Sa mère s’est suicidée, il y vit dans le plus grand délabrement. C’est pourtant sur Wendell que va se reposer, Gillian, l’employée de l’Assistance Publique, pour accueillir Rowdy Burns, son cousin, un enfant de 7 ans ayant un  « retard de développement ». Sa mère est incarcérée et son père est parti pêcher en Alaska. Ouvrier agricole, Wendell va prendre Rowdy d’affection et tenter de lentement l’apprivoiser. Mais comme la vie n’est pas un long fleuve tranquille, Wendell est tiraillée entre le garçon dont l’éducation est à assurer et ses habitudes de vieux garçon dans les bars à s’aviner. Lors d’une soirée bien arrosée, il va y rencontrer une jeune femme qui va s’intéresser à l’homme, puis à l’enfant. Là commence une toute nouvelle histoire !


Ce roman, c’est d’abord celui d’une relation entre deux hommes, l’oncle et son neveu, et plus précisément l’histoire d’un apprivoisement. Derrière un enfant mutique se cache le coeur tendre d’un garçon de 7 ans, sensible à son environnement, aux personnes qui l’entourent. Rowdy se saisit de la main tendue par Wendell pour se libérer du poids qui l’oppresse et enflammer (comme le prédispose son nom de famille) son oncle de ses progrès. J’ai beaucoup aimé cette partie du livre.
Et puis, ce roman, c’est aussi celui d’une aventure. Nous sommes dans un décor de montagnes, désertiques, poussiéreuses, hostiles. J’ai lu les tribulations des personnages un peu comme un western des temps modernes. Il y a le ranch où travaille Wendell. Et puis, entre vieilles guimbardes et grands espaces, les hommes s’apprêtent à lancer une chasse aux loups. Il n’y en avait pas eu depuis plus de 30 ans, depuis la disparition du père de Wendell. C’est avec elle que se réveillent de vieilles querelles du passé.


Enfin, ce roman, c’est une narration particulière avec une voix régulièrement scandée comme autant de parenthèses dans le récit. Au fil de la lecture, on découvre qu’il s’agit de la voix d’un homme, traqué, Verl, qui parle à son fils.


La plume de Joe WILKINS m’a beaucoup fait penser à celle de Joyce Carol OATES dans le côté descriptif de la nature américaine, mais aussi le jeu des rythmes. Il y a celui fulgurant de la vie des adultes et celui, lent et apaisé, du cocon construit autour du petit Rowdy. Et puis, il y a cette galerie de personnages tous plus « cabossés » les uns que les autres, des êtres meurtris qui se battent, à la vie, à la mort.

Voir les commentaires

commentaires

M
L'histoire me plaît beaucoup et j'aime aussi quand la nature est un personnage à part entière :) Merci pour cette nouvelle découverte
Répondre
T
Une lecture totalement dépaysante !

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog