Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2019-08-29T06:00:00+02:00

La Symphonie du Nouveau Monde de Lenka HORNAKOVA-CIVADE

Publié par Tlivres
La Symphonie du Nouveau Monde de Lenka HORNAKOVA-CIVADE

Alma éditeur

Je suis devenue, au fil du temps, une inconditionnelle de la plume de Lenka HORNAKOVA-CIVADE découverte avec les 68 Premières fois (Mesdames les fées, vous aviez sacrément bien fait de vous pencher sur son berceau), c'était en 2016 déjà ! Elle m'avait alors fascinée avec ses "Giboulées de soleil", et puis il y a eu "Une verrière sous le ciel" et aujourd'hui, son retour avec "La Symphonie du Nouveau Monde", trois romans publiés dans la même maison d'édition. Trois romans, trois coups de cœur, la magie des mots à encore frappé !

Nous sommes en 2002 à Prague, dans le quartier de Karlin. Josefa a 64 ans. Son appartement est menacé par les crues de la Vltava. Un échange avec sa fille, Hana, tourne mal une nouvelle fois. Alors que les eaux commencent à envahir sa cave détruisant à jamais tous les livres qui y sont entreposés, elle mène l'un de ses derniers combats, celui de dicter l'apprentissage du français à sa petite-fille, Arielle. C'est elle déjà qui avait décidé du prénom de la fillette, et si maintenant, elle imposait une nouvelle fois sa vision des choses. Mais d'où lui vient cette obsession pour cette langue ? Cette nuit, elle dormira encore chez elle. Son gendre, Karel, annonce qu'il s'agira de la dernière, demain il faudra déménager. Josefa profite de ce moment de répit et de sa solitude pour sortir de sous son lit une boîte en carton, elle y gardait précieusement une poupée de chiffon. Le couvercle levé, les souvenirs resurgissent, là commence une nouvelle histoire... 


Ouvrir ce livre, c’est déverrouiller une porte bien cadenassée. P. 27

Lenka HORNAKOVA-CIVADE est une formidable conteuse, elle fait partie de ces écrivaines qui savent nous captiver dès les premières lignes avec des histoires romanesques profondément humaines, marquées par des itinéraires EXTRAordinaires. Josefa n'y échappe pas. Elle est née en 1953. C'est aussi cette année-là que Lenka HORNAKOVA-CIVADE décide de commencer à faire résonner la voix de Vladimír VOCHOC, un temps Consul général de la république tchécoslovaque à Marseille. Il s'interroge alors sur l'éventualité d'un tribunal pour juger de ses actes en temps de guerre. Vous l'aurez compris, la grande Histoire fait aussi partie des invités à la table de ce tout nouveau roman.

Passionnée du genre, j'ai adoré découvrir au bras de Lenka HORNAKOVA-CIVADE une nouvelle page de notre passé par le filtre de la République tchèque, son pays d'origine, une façon originale de prendre de la distance avec la France et de revisiter les relations entre nos deux pays. Mais l'écrivaine va beaucoup plus loin avec ce roman, elle restaure la mémoire d'un homme longtemps oublié, depuis quelques années dignement honoré avec le mémorial Yad Vashem israélien édifié à Jérusalem. Parce qu’Italo SVEVO écrivait dans « La conscience de Zeno » 

« Les choses que tout le monde ignore et qui ne  laissent pas de traces n’existent pas »

l’écrivaine mêle très habilement fiction et réalité à travers deux personnages à qui elle va proposer de se côtoyer le temps d'une lecture.

Le peuple juif est un personnage à part entière de ce nouveau roman dans lequel l'écrivaine nous parle de sa migration inlassable, de son déracinement, de la nécessité à chaque fois de s'ancrer à un territoire, avant de...


Partir. Comme toujours. Combien d’entre eux avaient-ils passé leur vie dans un seul et même lieu ? P. 83

L'auteure interroge une nouvelle fois la langue, ce qu'elle représente dans la culture de chacun, un sujet largement exploré dans "Une verrière sous le ciel".

Avouons qu'elle le fait magnifiquement et en français, s'il vous plaît, sa langue d'adoption à elle. Je suis toujours fascinée par la poésie, la beauté, la gravité aussi du propos de Lenka HORNAKOVA-CIVADE. C'est sans compter également sur la qualité de sa narration. Dans "La Symphonie du Nouveau Monde", elle choisit de donner la voix à plusieurs personnages, dont une poupée, un pari audacieux parfaitement réussi. Bravo.

Elle n'oublie pas non plus de faire référence à l'art, une discipline dans laquelle elle aime s'aventurer. Là, c'est la musique qu'elle convie en empruntant le titre de son roman au compositeur tchèque, Antonín Leopold DVORAk et son « Nouveau Monde ». Alors, pour que la boucle soit bouclée, quittons-nous en musique
 

Voir les commentaires

commentaires

M
Je ne la connais pas encore mais tu m'en donnes envie. En plus je fais toujours de belles découvertes quand je choisis de lire un roman publié chez cet éditeur. Merci pour ce partage
Répondre
T
Alors, réjouis-toi, ses trois romans sont justes magnifiques.
Quelle plume !

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog