Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2019-03-12T13:00:00+01:00

Arrête avec tes mensonges de Philippe BESSON

Publié par Tlivres
Arrête avec tes mensonges de Philippe BESSON

Editions Julliard

Lire un roman de Philippe BESSON, c'est assurément plonger au coeur des sentiments.

Après "Les passants de Lisbonne" et "Une bonne raison de se tuer", les lecteurs.com, que je remercie, m'ont offert la lecture de l'avant-dernier roman en librairie : "Arrête tes mensonges", un livre tout à fait singulier.

Nous sommes en 1984, le narrateur est en terminale C du lycée Elie-Vinet de Barbezieux. Avec l'adolescence, il découvre son homosexualité. Difficile pourtant de mettre des mots sur une évidence. Et puis sa mère, dès qu'il y fait allusion, lui répète à l'envi : "Arrête tes mensonges", elle voulait dire "Arrête tes histoires". Mais avec Thomas Andrieu, c'est autre chose, un émoi jamais ressenti jusqu'à présent, il découvre l'amour avec un grand A. Celui qui vous porte, qui rend fou, là commence une autre vie...

Je ne vais pas vous en dire beaucoup plus parce que les romans de Philippe BESSON sont à lire tout simplement. Ils ont cette particularité d'explorer jusque dans leurs tréfonds les vagues à l'âme. 

C'est par la voie d'un roman d'apprentissage que l'auteur nous invite à découvrir les affres de l'amour entre garçons, entre hommes aussi.

L'amour c'est à coup sûr des émotions incommensurables, c'est aussi l'expression d'un corps qui se révèle, un corps qui est sous emprise, qui s’affranchit de tout ce qui est rationnel et qui répond à des besoins instinctifs, un corps qui vit avec fougue, ardeur et sensualité, un corps soumis au... désir !

 

 


"Et puis le désir ne s’éteint pas comme une allumette sur laquelle on souffle, il se consume. P. 147

Mais un roman de Philippe BESSON ne peut se résumer qu'à cela.

C'est aussi une histoire, celle d'un être  que l'on va accompagner sur plusieurs générations. Au  fur et à mesure que le temps passe, le rythme s'accélère. La narration, parfaitement maîtrisée, cadence le propos. Le premier chapitre consacré à l’adolescence s'égrène sur un peu plus d'une centaine de page, les deux suivants sur une trentaine chacun. Les instants deviennent fugaces, ont-ils seulement existé ?

Quant à savoir si le roman est autobiographique, certains vous diront que oui. D'ailleurs, la 4ème de couverture ne laisse aucun doute, Philippe BESSON obéit à sa mère : "Je dis la vérité".

Personnellement, ce n'est pas ce que j'ai cherché et ce n'est pas ce qui m'a intéressée.

J'ai préféré me laisser porter par la fibre éminemment romanesque du livre, retrouver la signature d'un auteur qui sait mettre les mots justes sur des sujets encore trop souvent tabous.

Voir les commentaires

commentaires

C
Après plusieurs essais infructueux avec cet auteur, je pense que ce livre n'est pas pour moi
Répondre

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog