Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2018-04-05T06:00:00+02:00

Tant bien que mal d’Arnaud DUDEK

Publié par Tlivres

Alma éditeur


J’ai découvert la plume d’Arnaud DUDEK avec « Les vérités provisoires », un roman que j’ai beaucoup aimé. C’est avec quelques acquis que j’ai abordé la lecture de « Tant bien que mal », son tout nouveau livre qui sort aujourd’hui dans toutes les bonnes librairies, et bien, c’est une erreur totale !


J’aurais pourtant dû me méfier, le livre est fin (seulement 90 pages) et les séquences irrégulières, deux premières originalités, mais il ne s’arrête pas là.


Alors, vous comprendrez que je m’adapte quelque peu à cet O.V.N.I. littéraire pour vous proposer une chronique qui sorte des sentiers battus. Une fois n’est pas coutume, commençons avec une citation :
 


Une voiture s’arrête à ma hauteur, la vitre descend, j’ai sept ans, j’écoute ce que me dit le conducteur. [...] Je suis en partie mort ce soir-là. P. 13

Ce roman de 90 pages résonne comme une rafale de kalachnikov. A chaque page sa balle, certaines sont perdues, d’autres atteignent leur cible en plein coeur.


Dans ce livre, le narrateur relate sa vie depuis l’événement, le trou noir.


Ce roman est profondément blessant, le narrateur dit lui-même être en partie mort, la lectrice que je suis s’est retrouvée terrassée, profondément touchée par l’obsession de l’homme à la boucle d’oreille et son odeur de tabac, bouleversée par les conséquences sur le petit être d’alors et la construction de l’homme qu’il est devenu.


Arnaud DUDEK choisit la résilience par la voie de l'écriture, poser des mots sur des faits, des ressentis, des émotions, des sentiments pour offrir une libération du narrateur du fardeau qui pèse sur ces épaules depuis sa plus tendre enfance. Il accompagne le personnage jusqu'à la paternité, c'est là que repose la luminosité du roman et la perspective d'une SURvie. 


L’écriture justement, parlons-en. Dans ce roman, elle est tranchée, les phrases sont courtes, concises, cinglantes. Et si la question vous taraudait :
 


Pourquoi écrivez-vous ?

Vous pourriez trouver cette réponse :
 


[...] Il n’y a pas de raisons, pas de réponse définitive, simplement un fait, c’est ma façon d’être là, d’occuper l’espace, d’y laisser quelques traces. P. 34

Que Monsieur DUDEK soit rassuré, l’univers de la littérature sera bien marqué à jamais de son empreinte !
 

Voir les commentaires

commentaires

C
Un coup de poing sans doute tel que My absolute Darling ou Une petite fille sur la banquise, qui m’ont totalement bouleversée. De ces livres qu’on n’oublie pas...
Répondre
T
Nous sommes d'accord. La singularité de celui-là est que chaque mot soit cinglant... un livre court mais ô combien déstabilisant !
K
Deuxième avis que je lis sur ce livre. Jamais lu l'auteur. Pourquoi pas ?
Répondre
T
C’est une lecture cinglante, une écriture pour mettre des mots sur l’indiciblé.

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog