Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2017-12-29T11:04:56+01:00

Quand on n'a que l'humour d'Amélie ANTOINE

Publié par Tlivres
Quand on n'a que l'humour d'Amélie ANTOINE

Editions Michel Lafon
 

Edouard Bresson est humoriste. Il est au sommet de sa gloire. Il vient d'enchaîner plus de 200 représentations et termine avec le Stade de France où 50 000 spectateurs l'attendent. Petit, il bégayait. Il était le bouc-émissaire de la classe. Harcelé par d'autres enfants de son âge, raillé par tous, humilié, blessé. Un jour, il est poussé à relever un défi lancé par la bande de Ludovic. Sa vie, comme celle de son frère cadet, Jonathan, en seront marquées pour toujours. Derrière cette façade de l'homme du spectacle, il y a un homme tout court, un homme profondément seul, rongé par la culpabilité, empoisonné par le non-dit. Et son fils, Arthur, comment vit-il, lui ? Devenu adulte, son père lui offre une formidable opportunité d'accéder à sa véritable personnalité. S'il s'agissait d'un mal pour un bien ?


Ce roman d'Amélie ANTOINE,  c'est Joëlle qui m'a mise sur sa voie et je tiens à l'en remercier, j'ai passé un merveilleux moment d'intimité avec Edouard et Arthur, deux personnages profondément attachants.


D'abord, il y  Edouard bien sûr, l'artiste, celui dont le métier a offert la possibilité d'être un jour reconnu, plébiscité, adulé. Les fans sont au rendez-vous, ils l'adorent. A travers ce parcours, Amélie ANTOINE fait la part belle à l'art du spectacle, à cette voie ouverte aux êtres repliés sur eux-mêmes, introvertis.. qui, par un jeu de rôle, peuvent s'offrir une revanche sur la société. 
 


Parce que depuis le début, il n'y a que sur scène que l'angoisse est totalement vaincue, il n'y a que sur scène qu'il a le sentiment d'être véritablement qui il est supposé être. P. 22

L'art comme thérapie, le champs des possibles.


Mais Edouard n'est pas seulement un artiste, il est, aussi, un homme comme tout le monde avec peut-être, des fragilités un peu plus fortes. Il a été élevé dans un univers ouvrier, aux côtés  d'un père syndicaliste, blasé par le monde professionnel, et la vie toute entière. Il a bien essayé de s'en sortir, lui, mais, sa première tentative, il la garderait en mémoire toute sa vie. Alors, difficile ensuite de se construire, d'envisager une famille. Et pourtant, il y a eu l'amour, la naissance d'un enfant, Arthur. Mais la glace peine à se rompre jusqu'au jour où...


Et puis, par le jeu de l'écriture, Arthur entre "en scène". A son tour de dire "je", d'exprimer son ressenti d'un père toujours absent, avec qui la relation est difficile, voire inexistante. Mais c'est sans compter sur l'ingéniosité de l'écrivaine qui va trouver un moyen hors du commun pour mettre ce fils sur la voie de son père. La chasse aux trésors est engagée !


Cette deuxième partie du roman est profondément humaine, empreinte de sensibilité. J'ai adoré découvrir tous ces témoignages apportés par celles et ceux qui avaient quelque chose à dire d'Edouard Bresson et la découverte, par son fils, d'une autre facette de la personnalité de son père.


Celui de Yoann, son partenaire dans les interventions de l'association à l'hôpital auprès des enfants malades, m'a bouleversée. Ils leur offraient des bulles de savon comme des bulles de rêves et leur permettait ainsi une parenthèse. 


Il y a aussi le personnage de Zita, cette concierge qui remplissait à la perfection sa mission, son portrait est tout en tendresse. 


Ce roman, il montre, s'il en était nécessaire, à quel point on ne connaît jamais vraiment ceux qui nous entourent, ceux qui nous sont proches.
 


Partagé entre l'impression de découvrir une toute nouvelle facette de mon père, une facette généreuse, altruiste, sensible, et l'impossibilité de ne pas me demander comment il a pu être cet homme apparemment dévoué tout en négligeant son propre fils. P. 183

L'itinéraire qu'Amélie ANTOINE offre à Arthur est d'une très grande beauté. Elle lui permet d'accéder à la sérénité, de mettre fin à ses tourments, ses peines et ses chagrins. Elle lui offre la possibilité, avec tous ces petits trésors accumulés, de porter un regard attendrissant sur son père. Assurément, une très belle conclusion :


C'est la première fois que je parviens à harponner un souvenir de la famille qu'on formait tous les trois, cette famille qui m'avait toujours semblé n'avoir qu'un mythe, une légende urbaine qui n'avait jamais eu la moindre consistance réelle. P. 264

La découverte de la plume d'Amélie ANTOINE est une véritable révélation. Elle m'a émue à l'envi. Je n'ai qu'une idée, rechuter !


Un petit mot aussi pour la qualité de la 1ère de couverture. A elle-seule, c'est déjà une oeuvre d'art !

Voir les commentaires

commentaires

K
Ah ! Moi aussi je l'avais trouvé très sympa ce livre. Je l'ai même offert plusieurs fois.
Répondre
T
C'est effectivement une très idée cadeau !
E
c'est vraiment une auteure à suivre!
Répondre
T
Merci Eimelle, je crois bien en être convaincue !

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog