Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2017-08-29T06:59:28+02:00

Minuit, Montmartre de Julien DELMAIRE

Publié par Tlivres
Minuit, Montmartre de Julien DELMAIRE

Editions Grasset


La rentrée littéraire nous réserve de très belles surprises, comme "Minuit, Montmartre" de Julien DELMAIRE, une plume que je ne connaissais pas encore et qui m'a totalement séduite.
Tout commence avec Vaillant, un chat, qui règne en maître sur tous les recoins de Montmartre, ce quartier de la capitale peuplé d'artistes. Théophile Alexandre Steinen fait partie de cette communauté, il est illustrateur, on lui doit la célèbre affiche "Tournée du Chat Noir" à l'effigie d'un cabaret du quartier.

Vaillant n'est autre que le chat du peintre qui vit là depuis une trentaine d'années. Veuf, il vit modestement, sombrant presque dans la misère. Mais c'est sans compter sur l'arrivée d'une femme noire, Masseïda. Venue d'Afrique, elle cherche une maison pour l'accueillir, elle lui propose d'être sa muse mais là commence une toute nouvelle histoire !
Je ne vais pas réussir à vous le cacher bien longtemps, ce roman est d'une très grande beauté, il est charmant comme tout ce qu'il décrit, à commencer par le quartier dont il brosse le portrait. Si vous aimez flâner aux abords du Sacré-Coeur, vous y retrouverez peut-être quelques rues que vous avez l'habitude de fréquenter.

 


Elle marchait rue Norvins. Au loin, des bosquets d'arbres, presque des sous-bois ; la terre était rouge, les rares pavés d'un gris sans tristesse, des draps et des linges bariolés séchaient à des fils tendus entre les façades. Des charrettes stationnaient sur les trottoirs, les sabots ferrés des chevaux résonnaient au lointain. Le chant des merles était plus sonore que n'importe où ailleurs dans Paris. P. 42

Vous l'aurez compris, Julien DELMAIRE parle de la singularité de ce territoire, et pour cela, il mobilise tous les sens. Montmartre pénètre tout votre corps jusqu'à le faire vibrer. Il rend hommage aussi à ces métiers aujourd'hui disparus, qui rythmaient la vie de ces parisiens, à l'image de l'allumeur de réverbères. Quand venait le soir, il faisait le tour des lanternes pour les éteindre, et donnait ainsi place à la nuit, et quelle nuit. Sous la plume de l'écrivain, elle devient un brin poétique :
 


La nuit était dense. Les étoiles dactylographiaient une ponctuation lumineuse, indéchiffrable aux yeux des hommes, limpide pour les bêtes et les esprits qui vagabondaient entre les branches des saules. P. 130

Julien DELMAIRE  parle de la fragilité de l'édifice et de la menace qui pèse sur ce quartier voué à un programme de rénovation. Certes il y a des bâtiments, mais dans cet environnement urbain vivent également des hommes et des femmes dont l'équilibre est remis en cause. Théophile Alexandre Steinen habite rue Caulaincourt où est installé son atelier, il vit péniblement ce projet des politiques qui, aggravé par le deuil de sa femme, va lui faire perdre le goût de dessiner, peindre. Quand Masseïda arrive dans sa vie, il ne sait pas encore que toute son histoire artistique va resurgir. Il y a plus de 30 ans, il peignait le corps de Miss Lala, une femme noire déjà. Julien DELMAIRE évoque ainsi l'évolution de l'oeuvre au fil de l'existence des artistes en fonction de leur maturité, leur expérience, leurs influences.


Mais, en abordant le sujet de la mémoire, le personnage de Masseïda ne sera pas en reste. Originaire du Royaume Mandingue, elle vit son exil comme un déchirement et la vie parisienne lui rappelle des souvenirs douloureux à l'image de cette sortie au cirque avec Théophile Alexandre Steinen et des animaux venus d'ailleurs. La condition noire du début du XXème siècle est abordée avec ce roman. Footit et Chocolat commencent à s'essouffler, la vie des étrangers est difficile et sombre régulièrement dans la prostitution pour survivre, de quoi nous donner à réfléchir avec l'actualité des migrants.


J'ai beaucoup aimé entrer dans l'intimité du peintre, vivre au sein de son atelier entouré de tous ces pigments colorés : 


Jaune de Naples, rouge cinabre, terres de Toscane et de Sienne, ombres brûlées et ocres rares. Toutes les couleurs imaginables. Un sourire éclairait son visage, tandis qu'il contemplait l'alignement parfait des tubes d'aluminium dans le coffre de bois. Il y avait même certaines nuances qu'il n'avait jamais utilisées, comme le bleu de cobalt, cette couleur dont les peintres de Montmartre vantaient l'incroyable profondeur. Il pressa délicatement le tube sur le bout de son doigt. Une coulée de ciel. Un miracle. P. 12

Je me suis laissée porter par la beauté du geste de l'artiste, la finesse du tracé. Il faut dire qu'il est servi par une plume délicate, raffinée, sensuelle aussi.


Ce roman est juste magnifique, je vous le conseille ! Je remercie vivement les éditions Grasset de m'avoir permis de le lire.
 

Cette lecture relève le challenge 1% Rentrée littéraire organisé par Délivrer des livres après :

- Le jour d'avant de Sorj CHALANDON *****

- Un funambule sur le sable de Gilles MARCHAND ***** Coup de coeur

- Un dimanche de révolution de Wendy GUERRA

 

Voir les commentaires

commentaires

Marie-laure 02/09/2017 10:23

Merci pour cette présentation: je place le livre sur le sommet de ma PAL !

Tlivres 02/09/2017 12:50

Merciiiiiii pour ton passage sur le blog et cette empreinte laissée. Je suis allée visiter le tien et tu rédiges de très belles chroniques. Je partage donc le lien : http://lireaulit.blogspot.fr/?m=1
Bel après-midi Marie-Laure

zazy 29/08/2017 17:23

Et bien, je vais suivre ton conseil

Tlivres 29/08/2017 19:50

Très sage décision !

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog