Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2017-05-16T19:10:22+02:00

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

Publié par Tlivres

Au mois de mai, fait ce qu'il te plaît ! 


Autant depuis le début de cette année, j'ai été très branchée littérature avec un rythme de folie mené avec les 68 premières fois, autant depuis quelques jours, je vagabonde !

Il y a eu la visite de l'exposition "Sisyphe Six Artistes" au Musée Jules DESBOIS de Parçay-les-Pins vendredi soir, il y a eu cette déambulation Place Giffard Langevin à Angers dimanche matin avec la rencontre de Séverine MOISY dite SMO et l'approche de la maladie mentale par la peinture, et puis, hier, dans un lieu improbable, dans une salle d'attente d'un cabinet de kinésithérapie, mon oeil a été attiré par ce qui pourrait être un journal.

 

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

D'une pile composée de magazines dépassait une revue en papier grisé. Son format A3 l'empêchait de se dissimuler et ce fut ma chance. Je l'ai retirée de cette pyramide incertaine et là, je suis restée scotchée à sa couverture : le dessin d'un arbre au feuillage léger, peut-être des roseaux ou bien des bambous. Son titre m'interroge "Dehors-dedans" et puis une légende : Résidence d'artiste 2015 au CHU d'Angers. J'étais happée, impossible de m'en détacher !


Nathalie DUBOIS a été invitée pour une résidence d'artiste par le département de soins de suite et de soins de longue durée pendant six mois. Pourquoi elle en particulier ? Parce qu'elle confère à l'art un rôle majeur dans notre société : "celui de générer du lien entre les personnes, mais aussi entre les individus et leurs lieux de vie et de travail".  Pour explorer l'urbanisme dans ses tréfonds, elle s'est associée à Mustapha SANAOUI, Architecte, il n'en fallait pas plus pour me séduire !

Elle a choisi, pour cette résidence d'artiste, d'appréhender "La Nature" dans le cadre d'oeuvres participatives où patients, visiteurs et personnels du CHU ont apporté leur contribution (des témoignages, des anecdotes...). Sur cette base, elle a stimulé des entrées et sorties pour tisser un lien entre le dehors et le dedans.


Elle s'est appropriée le milieu médical dans lequel elle était accueillie. Ainsi, dans son atelier, elle a convoqué des produits comme la bétadine, la chlorexidine... Elle y a stocké aussi des radios, des opercules de sérum utilisés pour les perfusions, et d 'autres accessoires encore dont elle a dévoyé l'usage.

 
Les oeuvres ainsi composées sont juste magnifiques.

 

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers
Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

A partir d'éléments sources de craintes, de peur, d'angoisses, de souffrance, de douleur, de mal être, elle a réussi à susciter l'esthétisme, le beau, le léger, le merveilleux à l'image de cette branche d'acacia suspendue dans les airs, à l'horizontale, dont les feuilles sont découpées dans de la gaze. Le résultat est d'une légèreté incroyable et d'une beauté exceptionnelle.

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

Pour animer ses oeuvres, elle a aussi fait entrer des oiseaux dans son univers. Ceux qui sont invités parfois, par des patients en fin de vie, à venir manger quelques graines sur le bord de leur fenêtre, comme une bouffée d'air avant le grand départ. L'oiseau retenu ne l'a pas été par hasard. Le chardonneret est effectivement cet oiseau qui se nourrit de chardons, il est à lui seul le symbole des souffrances de l'homme. Découpées dans des radios, les silhouettes des oiseaux laissent apparaître des parties de l'anatomie humaine, une main, un poignet, des doigts... Placées sur un négatoscope éclairé, la réalisation devient une oeuvre artistique remarquable. Le processus est d'une ingéniosité fabuleuse.

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

Le temps passé à attendre dans cette salle impersonnelle a été pour moi une parenthèse d'une très grande impuissance. Je n'ai pas pu résister à l'évoquer avec les professionnels et à leur demander un emprunt de cette publication pour quelques jours, histoire de me permettre de rédiger une chronique à la hauteur de l'émotion ressentie.


L'art soigne les maux, on parle aujourd'hui d'art-thérapie ! En France, les pratiques se multiplient. Elles restent toutefois méconnues. Je suis pourtant convaincue qu'elles peuvent être complémentaires aux pratiques médicales et apporter du bien-être à des hommes et des femmes frappés par la maladie.


Les kinés avec qui j'ai eu la chance d'échanger m'ont dit leur intention d'organiser une exposition des oeuvres de Nathalie DUBOIS. Je ne peux que les inciter à mener à bien ce projet, elles ont besoin de rayonner ! Cette chronique est peut-être un premier pas, notamment pour amener l'artiste à sortir du silence !

Nathalie DUBOIS en résidence au CHU d'Angers

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog