Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2017-01-05T22:09:39+01:00

L'abandon des prétentions de Blandine RINKEL

Publié par Tlivres
L'abandon des prétentions de Blandine RINKEL

Je me rends compte que je prends goût aux 1ers romans... d'autant qu'il s'agit du dernier crû, de celui de 2017 qui n'est même pas encore sorti en librairie, l'aventure a quelque chose de grisant je l'avoue. Un grand merci aux Editions Fayard et à Netgalley !

 

 

Jeanine est retraitée de l'enseignement, elle est séparée de son mari. Elle fait partie de ces femmes actives, toujours en route, en train de faire quelque chose, et qui passe sa vie à aider, soutenir, accueillir, réchauffer les autres. Elle vit seule dans une grande maison, dans un lotissement de Rezé, une bourgade de Loire Atlantique. C'est dans sa cuisine aux  teintes fuchsia qu'elle partage régulièrement des crêpes et un verre de cidre avec des personnes isolées, fragiles, exclues, invisibles... Quand elle était en activité, elle profitait de ses vacances pour parcourir le monde. Depuis qu'elle est à la retraite, ce sont les autres qui la font voyager.

 

Ce roman est un magnifique portrait brossé par une fille de sa mère, portrait empreint de tendresse et d'amour. Adulte, la narratrice a choisi de laisser une trace de l'action de cette mère attentionnée qui croit profondément en l'humain et qui se nourrit des différences des autres.

 


Or nulle autre raison, derrière ces explorations linguistiques, que la volonté de rencontrer des êtres toujours plus différents, toujours plus lointains, nulle autre envie que celle de se confronter à l'hétéroclite en vue d'élargir le spectre des possibles existentiels.


Jeanine a bien compris ce que peuvent lui apporter Moussa, Hortense et les autres. Bien sûr, les parcours sont chahutés, les relations souvent éphémères, les prises de  risques importantes surtout quand Jeanine offre son toit. Des aventures, elle en a vécu, au risque de se froisser avec ses voisins qui ne voient pas d'un très bon oeil arriver ces migrants et autres marginaux dans leur quartier résidentiel. Mais chaque fois, Jeanine sait prendre les choses en main et s'en sortir sans dommage. 


Mais plus que ça, Jeanine a soif d'utilité, comme peut-être de nombreux bénévoles aujourd'hui qui trouvent dans leurs activités associatives un moyen de vérifier qu'ils ont encore un rôle à jouer dans la société.

 


A présent persuadée de sa vanité fondamentale, Jeanine aime qu'on lui redonne, pour un temps, un sentiment d'utilité.


Et quand vient la fin de la journée, que Jeanine se retrouve seule et qu'elle mesure le chemin parcouru, elle ressent un sentiment de complétude :


[...] mais ce soir-là elle se sentira pleine, remplie de vies et de mémoires, d'histoires, de sentiments, et marchant près de sa grande maison vide, enivrée de tous ces visages croisés, elle pensera à demain [...], et son attente croît, brille, et comme tous les jours la nuit tombe, et comme tous les jours il y aura un ciel.


Jeanine se fait du bien,  c'est indéniable. Mais elle fait du bien aux autres aussi. Grâce à ce climat de confiance qu'elle instaure, grâce à cette reconnaissance qu'elle accorde, Jeanine permet aux êtres humains qu'elle croise sur son chemin de prendre toute leur place. 

 


L'indifférence, quand elle se fait sport d'endurance, peut devenir une véritable arme de destitution des prétentions.

Un petit clin d'oeil au titre du roman !


Parlons de l'écriture de Blandine RINKEL justement. Je l'ai beaucoup aimé. Je me suis laissée porter par sa prose. Et quand elle joue avec les mots, alors là, je craque ! 

 


Car il s'agit de la glycémie de l'amour et bien qu'elle n'y ait elle même que très peu goûté, faute d'opportunités, cette friandise l'attire, réveillant en elle quelque gourmandise secrète dont elle vous montre rapidement, au détour d'un sourire ou d'une intonation rose, la cachette d'espérance, avant d'aussitôt la refermer.

Ce roman, c'est un peu comme un bonbon qu'on laisse fondre tendrement... 


Jeanine nous offre une réponse à la question qui figure sur un post-it collé sur son frigo : "Qu'est ce qu'une vie réussie ?"


Et vous, quelle est la vôtre ?

 

Cette lecture participe au Challenge de

la Rentrée Littéraire MicMelo de janvier 2017 ! 

Voir les commentaires

commentaires

Jostein 02/02/2017 08:55

J'ai lu de très bons articles dans la presse littéraire qui m'ont donné envie de lire ce livre. En lisant ton article ( très bon ), je doute si que ce roman corresponde à mes attentes.

Tlivres 02/02/2017 21:28

Allez, laisse toi tenter, ça transpire l'humanisme. On en reparle ensemble...

Antigone 07/01/2017 09:50

J'ai souri à l'évocation de Rezé, cette "bourgade" est en périphérie de Nantes, plutôt la banlieu nantaise, donc ;) mais effectivement il y a des quartiers qui ressemblent à des villages, encore un peu... Tu sembles avoir pris plaisir à lire ce roman. Pour l'instant je lis peu pour la rentrée de janvier. Bonne journée Tlivres ! Bises

Tlivres 07/01/2017 10:03

Oui, Antigone, du plaisir à accompagner cette femme profondément humaniste, une très belle personne comme on dit ! Beau samedi. Bises

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog