Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-06-11T14:02:13+02:00

Dans les prairies étoilées de Marie-Sabine ROGER

Publié par Tlivres

Il est des livres dont la couverture attire l'oeil. C'est le cas du roman "Dans les prairies étoilées" avec ces oiseaux, cette explosion de couleurs, à l'image de la toile cirée qui recouvrait la table de cuisine de ma grand-mère !

Une fois sorti du rayonnage, je n'ai pas pu le reposer. Imaginez, oh surprise, il s'agissait du dernier roman de Marie-Sabine ROGER, cette écrivaine qui nous a fait rire, pleurer... avec "La tête en friche" et puis, un autre roman, moins médiatisé mais tout aussi tendre et humoristique : "Les encombrants".

Je suis repartie, légère, heureuse, gaie comme un pinson, et c'était de très bon augure, je vous assure !

Prune a 49 ans, elle a une expérience d'une trentaine d'années de vente d'objets anciens. Merlin a 57 ans, il est documentariste (c'est lui qui dessine ces vertébrés tétrapodes à plumes !), auteur de BD à série. Ils partagent leur vie et se sont mis en tête d'acheter une maison, un petit coin de paradis à la campagne où chacun trouverait sa place pour s'y ressourcer. Après de nombreuses visites, la voilà, LA maison, celle qu'ils cherchent, même si elle n'a pas grand chose pour elle... certes, il y a de l'espace, des dépendances, mais il faut bien avouer qu'il faut disposer d'une certaine dose d'imagination pour se projeter dans cette ruine. C'est pourtant le pari fou qu'ils vont faire et se créer, au fil du temps, un petit nid d'amour. Malheureusement, l'ancien voisin de Merlin décède. Il avait 75 ans, Laurent était aussi un ami, il avait inspiré un personnage de la BD qui l'a rendu célèbre. Il l'accompagnait dans son oeuvre, il était son 1er lecteur, son guide. Merlin saura-t-il retrouver seul la voie de la création ?

Ce roman, c'est une perle, un bijou !

D'abord, c'est un roman avec de beaux sentiments, des personnages tendres, attentionnés. La passion qui unit Prune à Merlin est une magnifique histoire d'amour, de celles qu'il est permis de rêver.

Quand Marie-Sabine ROGER met les maisons et l'amour sur un même pied d'égalité, je craque !


Mais les maisons ont ceci de commun avec nous, les humains, qu'elles nous attirent, nous repoussent, ou nous laissent indifférents. Et parfois, c'est le coup de foudre, qui ne correspond jamais, ou presque, à nos critères. On pourrait dire pareil des histoires d'amour. P. 12

Attention, nous ne sommes que page 12 du roman !

Avec la mort de Laurent, bien sûr, Marie-Sabine ROGER va aborder des émotions douloureuses. Ce que j'aime chez cette écrivaine, c'est qu'elle le fait toujours avec beaucoup de poésie. Lisez ceci :


On croit être arrivé au port, on se prépare mollement à vivre une vie de youyou amarré à l'embarcadère, on se laisse aller à l'idée du bonheur, on en accepte la perspective, on s'en réjouit secrètement, et c'est à ce moment-là que survient la tempête. Le tsunami violent qui emporte les digues, ou la modeste crue qui déborde sur le quai, c'est selon. A chacun d'entre nous son propre cataclysme. Ce n'est pas l'ampleur des dégâts qui fait l'étendue de la peine. P. 35

Ou bien encore :


Chaque mort d'un ami est une lampe éteinte, qui rend notre chemin un peu plus hasardeux. P. 128

Et enfin...


L'ami qui part, ou l'amant, ou l'enfant, c'est toute une saison de la vie qui s'achève, et jamais plus ne reviendra. Il nous faut accepter ces puits creusés à vif dans la chair des mémoires, nous asseoir sur le bord un instant et pleurer, puis repartir, laissant derrière nous des paysages effacés à jamais et qui ne viendront plus que dans nos souvenirs. P. 50

Elle parle du deuil comme personne. C'est tellement beau, tellement fort, tellement juste !

Et puis, Marie-Sabine ROGER va affronter un sujet pas si facile à traiter, celui de la création, du travail de l'écrivain seul devant la page blanche, de son inspiration, de son instrumentalisation parfois. Comment réussir à s'affranchir des standards ? Comment se libérer des modèles ?

Non seulement l'auteur doit construire des personnages et assumer leur destin, mais il doit aussi emporter l'adhésion du lecteur, le séduire, et là, c'est encore une autre histoire.


Un auteur sans héros ni lecteur n'existe pour personne, même pas pour lui-même. P. 291

Parlons du lecteur justement, quelle place occupe-t-il pour Marie-Sabine ROGER ?


Les lecteurs... Mettez une apostrophe, on entend "l'électeur". Ce n'est pas un simple jeu de langue, une pirouette. On est lu parce qu'on est élu. P. 215

Et bien, moi je vote pour Marie-Sabine ROGER et son tout dernier roman "Dans les prairies étoilées" ! Coup de coeur pour ce très beau roman qui m'a fait vibrer.

Voir les commentaires

commentaires

Emma 12/06/2016 10:56

J'aime beaucoup les livres de M.S. Roger, il me faudra lire celui-ci :)

Tlivres 12/06/2016 11:03

Absolument Emma, il est dans la même veine. Pur bonheur ! Bon dimanche.

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog