Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-05-29T19:08:15+02:00

Les grandes et les petites choses de Rachel KHAN

Publié par Tlivres
Les grandes et les petites choses de Rachel KHAN

Ce roman fait partie de la sélection des 68 premières fois !


Lu hier, chroniqué aujourd'hui ! Il faut dire que lorsque l'on parle d'athlétisme, je suis dans les starting-blocks !


Nina a 18 ans. Elle commence des études supérieures de droit à la Faculté d'Assas de Paris. Alors qu'elle pense pouvoir s'émanciper dans ce nouvel univers, c'est toute sa condition métisse qui lui éclabousse à la figure, encore et encore. Petite, quand elle pratiquait la danse, on lui reprochait la rondeur de ses fesses. Alors, pourquoi ne pas se confronter à un chrono ? Nina court vite, très vite. L'athlétisme pourrait bien lui donner une chance de devenir quelqu'un...


Dans ce 1er roman de Rachel KHAN, la parole est donnée à une certaine jeunesse de la société française d'aujourd'hui. Il y a bien sûr la découverte de l'amour, c'est l'âge comme l'on dit. Il y a aussi la découverte d'un monde d'adultes avec les études universitaires. Mais les jeunes comme Nina sont singuliers et doivent affronter des démons bien particuliers. Ils sont le fruit de 2 cultures et en portent la trace sur leur peau.


Ma mère m'a faite noire pour que je m'en sorte toujours, pour que ma cachette à moi, ce soit la couleur de ma peau. Mon père m'a faite blanche pour que je n'aie pas à prendre le bateau à fond de cale et que j'aie des papiers en règle. P. 20

Et comme si le faciès n'était pas suffisant, Nina est juive. Et là, c'est encore une autre histoire.


Je suis une fille issue de deux histoires qui sont dans les livres. Celle d'un peuple que l'on a voulu éradiquer et celle d'un autre peuple que l'on a voulu soumettre. J''aurais pu apprendre ces histoires chez moi, de manière intime, sans que j'aie à sortir du quartier, ni même de la rue de la Justice mais ils sont trop pudiques, dans cette maison. P. 19

Avec les études, les livres, Nina découvre l'Histoire, celle d'un peuple, celle de sa famille. Rachel KHAN met le doigt sur l'absence de transmission aux générations descendantes chez les immigrés, sur la difficulté qu'ont les enfants à accéder à l'histoire, au passé de leurs parents. On parle souvent de secret de famille, là il en est un qui concerne souvent des communautés toutes entières.


Nina se pose aussi des questions sur les enjeux de ce passé sur sa propre existence à elle.


Et je me tais pour ne pas comparer nos héritages. Après tout, l'histoire de mes parents est elle encore la mienne ? P. 111

Mais elle trace son chemin, cette jeune femme a des convictions, des valeurs, elle est attachée à son grand-père qui incarne le peuple juif, elle est attachée au savoir parce qu'elle sait très bien que son émancipation y sera liée.


Enfant, je ne comprenais pas que s'en sortir, ça voulait dire apprendre. Plus tard, je m'y suis mise. Je fais actuellement des études de droit. J'ouvre les livres et les dictionnaires. Plus j'apprends, plus les livres lisent en moi. P. 19

Et puis Nina entretient des relations d'amitié, elle se sent portée, accompagnée, et y puise sa force.


En fait, c'est ça les amis, ça vous fait avancer. P. 99

Avec le sport et plus particulièrement l'athlétisme, il s'agit de repousser les limites. La citation de Serge GAINSBOURG en tout début de roman en disait déjà long sur ce qui attendait le lecteur :


Je connais mes limites. C'est pourquoi je vais au delà".

La vitesse de Nina, ses performances, vont lui permettre d'être enfin reconnue pour ses qualités.


Dans les yeux de l'entraîneur, je retrouve la bienveillance de M. Chauvel quand il regarde Camille. Il me trouve intelligente l'entraîneur, je le vois. Pourtant j'ai pas dit grand chose. P. 33/34

Mais tout cela n'aurait pas été possible si Nina n'avait pas été portée par un sentiment de FIERTÉ, fierté d'être juive en mémoire de son grand-père déjà, mais fierté aussi d'appartenir au peuple noir :

Mes yeux s'arrêtent sur la collection "Présence africaine" qui réunit des textes de tous les écrivains noirs de l'après-guerre. Des textes qui clament la fierté d'une race, qui dressent le poing sans colère. P. 172

Ce 1er roman de Rachel KHAN est porteur d'espoir, il montre à quel point il faut y croire. Cette jeunesse, bien que freinée dans son élan par le poids de son passé, du passé plus précisément de la génération d'avant, peut trouver sa place dans la société, c'est tout ce que je retiendrais de ce livre.


En parlant de livre justement, je crois que vous serez sensible(s) à cette citation :


Mais un livre, quel qu'il soit, c'est une consécration de l'existence. C'est être au monde, même après le pire. P. 172

Les grandes et les petites choses de Rachel KHAN

Après des grandes et des petites, ce 1er roman de Rachel KHAN augure de bien belles choses.

Vive les 68 premières fois !

Voir les commentaires

commentaires

Nicole Grundlinger 03/06/2016 18:06

Je n'ai pas autant vibré que toi mais c'est en effet un livre très sincère et touchant.

Tlivres 03/06/2016 19:25

Merci Nicole de la trace de ton passage sur le blog ! j'ai vibré à la lecture de ce roman, c'est vrai, parce que beaucoup de choses résonnent avec des réalités du quotidien. J'aime les romans denses et celui là, je peux le classer dans cette catégorie. Vive les 68 premières fois !

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog