Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-03-06T21:12:08+01:00

Les arbres voyagent la nuit de Aude LE CORFF

Publié par Tlivres
Les arbres voyagent la nuit de Aude LE CORFF

Nouveau coup de coeur pour un roman de Aude LE CORFF, son 1er roman en réalité : "Les arbres voyagent la nuit". Mon échappée belle à vélo de la semaine dernière se justifiait donc largement !!!


La plume de cette écrivaine, je l'ai découverte très récemment avec : "L'importun", son 2ème roman qui m'a totalement bouleversée.


Je crains de ne devoir attendre avec beaucoup d'impatience la sortie de son 3ème...


Mais ne nous éparpillons pas, revenons à l'objet de ce billet !

Les arbres voyagent la nuit de Aude LE CORFF

Après l'école, Manon, une petite fille, a récemment pris l'habitude de se plonger dans la lecture d'un livre sous un arbre du jardin public, voisin de son immeuble. Elle y trouve de nouveaux repères avec ses amis, les chats et les fourmis. Manon interpelle Anatole, ce vieil homme qui habite le même immeuble, au 1er étage, et qui l'aperçoit chaque jour, sous son saule. Lui-même est passionné de littérature, il était professeur de français lorsqu'il était en activité. Alors, un soir, il décide de franchir le pas et de partir la rejoindre avec un livre : Le Petit Prince de Saint-Exupéry. De cette rencontre, vont naître de nouvelles relations de voisinage, avec Sophie, la tante de Manon, qui vit au 3ème, et puis avec Pierre, le père de Manon. Tous ensemble, il vont mettre sur pied un projet totalement fou...


Je ne vais pas tergiverser, ce roman est tout simplement magnifique comme d'autres l'ont dit avant moi... Sabine Faulmeyer, Blablamania, Eliane Convert, Gaby, Melly...

C'est d'abord un petit concentré d'interculturalité. Tout y est, des êtres meurtris par l'absence de l'être aimé, une mère pour Manon, une épouse pour Pierre, une soeur pour Sophie, mais aussi un vieil homme qui vit seul, en lutte contre son corps qui s'affaiblit et le regard des gens qui le classent irrémédiablement dans la catégorie des vieux.


Les gens, le considérant diminué à tout niveau, ont l'horrible manie de lui parler comme s'il était sénile. Tous les vieux sont sourds, dans leur esprit. Pourtant, à part quelques acouphènes qui vont et viennent, il n'a aucun problème auditif. Dans ses mauvais jours, il lui arrive de ne pas répondre quand on le traite comme un arriéré. Il laisse l'énergumène se démener dans le vide, pour finir par lui demander d'une voix posée d'arrêter de crier, on n'est pas dans un asile psychiatrique, enfin. P. 110

Il y a aussi le chemin de la résilience, cet itinéraire que chacun parcourt pour surmonter les épreuves de la vie et qui donne de l'espoir. Alors que chaque personnage essaie de surmonter seul la souffrance qui l'obsède, Aude LE CORFF va avoir la formidable idée de permettre la rencontre de tous ces individus, singuliers, pour se lancer dans une aventure collective, totalement imprévisible et ô combien salvatrice. Les êtres humains sont surprenants...


On ne peut jurer de rien avec les gens, même ceux que l'on croit connaître le mieux. P. 244

Mais il y encore ce rapport au passé, à la mémoire des êtres chers, aux souvenirs...


- Dans les moments de nostalgie, je m'immerge dans ces petites choses du passé, c'est tout ce qu'il me reste d'eux.
- Moi aussi, j'ai un tiroir avec des souvenirs très importants que je regarde souvent.
Ils fixent un instant le vide, chacun perdu dans un monde qu'il aimerait retrouver. P. 40

Et puis il y a aussi la littérature comme toile de fond. Impossible de ne pas fondre sur cette passion et les bienfaits des livres bien sûr !


Et puis il y a encore une multitude de parenthèses faites par l'écrivaine sur autant de sujets qui pourraient devenir à eux-seuls l'objet d'un nouveau roman. J'ai été particulièrement séduite par celle dédiée à la Cathédrale de Cordoue, p. 223, site que j'ai eu le plaisir de visiter il y a quelques années. En quelques lignes, elle retrace le passé de ce monument grandiose qui, au fil des siècles, est passé d'un lieu de culte musulman à un lieu de prière catholique tout en gardant les traces de son histoire.


Ce que j'aime enfin chez Aude LE CORFF, c'est sa capacité à induire de nouvelles lectures. Avec "L'importun", j'avais tiré le fil d'anecdotes relatives à l'histoire de Jeanne HEON-CANONNE et poursuivi avec "Les Hommes Blessés à Mort Crient", ce très beau témoignage préfacé par Albert CAMUS.

Avec "Les arbres voyagent la nuit", je crois que le moment est venu de lire "Miracle de la rose", cette autobiographie de Jean GENET. Là, pas besoin de me le procurer... depuis ma visite de l'Abbaye de Fontevraud, il repose sur l'étagère de ma bibliothèque sans avoir jamais trouvé l'opportunité d'en émerger. Désormais, il y rayonne !


Le 15 décembre dernier, je disais de "L'importun" qu'il faisait "partie de ces romans inclassables". "Les arbres voyagent la nuit" le sont également.


A voir quelle énergie met leur auteure à lutter contre les clichés et autres stéréotypes, quel plus cadeau lui faire que de ne pas classer ses romans dans une quelconque catégorie dans laquelle ils seraient à coup sûr étriqués !

Voir les commentaires

commentaires

krol 07/03/2016 08:21

Je l'ai déjà noté pour le titre ! Tu enfonces le clou ! Je le note pour son intérêt !

Tlivres 07/03/2016 11:07

Bonjour Krol, ouiiiiiiiiiii, il faut absolument le lire, c'est un bijou ce roman. Aude LE CORFF excelle, tant dans ce 1er roman que dans "L'importun". Une écrivaine à suivre de très près !!!

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog